La foule du PEPS unique au pays

Michael Faulds, l'entraîneur-chef des Golden Hawks de Wilfrid-Laurier,... (fournie par l'Université Wilfrid-Laurier, Christian Bender)

Agrandir

Michael Faulds, l'entraîneur-chef des Golden Hawks de Wilfrid-Laurier, était quart-arrière des Mustangs en 2008 lorsque l'Université Western avait perdu la Coupe Vanier contre... le Rouge et Or.

fournie par l'Université Wilfrid-Laurier, Christian Bender

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Bruyante, la foule de football du PEPS? Rien de neuf. Michael Faulds n'est pas le premier ni le dernier à le souligner. Mais l'entraîneur-chef des Golden Hawks de Wilfrid-Laurier met le doigt sur ce qui déroute le visiteur : les cloches et les trompettes!

«Les spectateurs sont différents de ce qui se voit ailleurs au Canada. En Ontario, les gens crient et applaudissent fort. Mais au Québec, il faut ajouter les trompettes et les cloches», a expliqué Faulds au Soleil, mercredi, à la veille de s'amener à Québec pour y affronter le Rouge et Or en demi-finale canadienne, samedi.

«Pour l'équipe visiteuse au PEPS, le bon fonctionnement sur le terrain devient presque plus important que la qualité de l'exécution», poursuit le coach. «Tu dois être capable de mettre le ballon en jeu au bon moment, bien communiquer autant en offensive qu'en défensive, sur les lignes de côté comme sur le terrain. C'est là-dessus que plusieurs très bonnes équipes ont perdu à Québec parce qu'incapables de bien réagir à ces éléments.»

Ancien quart-arrière étoile des Mustangs de Western Ontario, Faulds a foulé le gazon synthétique de l'Université Laval trois fois, en 2007, en 2008 et en 2009. Trois défaites. Chaque fois en présaison. Son seul affrontement officiel face au Rouge et Or s'est tenu lors du match de la Coupe Vanier de 2008, un autre revers, cette fois-ci à Hamilton, lieu du duel ultime encore cette année, le 26 novembre.

Huit ans plus tard, Faulds a une petite idée du défi qui se dresse devant lui et ses hommes. «Glen Constantin et ses coachs sont toujours au sommet, ce n'est pas pour rien qu'ils ont gagné autant de Coupes Vanier», constate-t-il à propos de l'entraîneur-chef et de l'équipe les plus titrés de l'histoire du football universitaire canadien.

En terrain connu

Le patron des Hawks a de plus travaillé auprès de neuf futurs joueurs du Rouge et Or au sein de l'équipe canadienne junior en 2012. Outre Hugo Richard, qu'il dirigeait comme entraîneur responsable des quarts-arrières, Faulds a alors fait connaissance avec Clermont Lebreux, Kevin McGee, Christopher Amoah, Alexandre Savard, Louis-Gabriel Beaudet, Jean-Simon Roy, Edward Godin et Marc-Antoine Varin.

«Ce sont tous des joueurs très talentueux et je suis convaincu qu'ils seront très bien préparés dans le système de l'équipe. J'ai une tonne de respect pour ce qu'ils font à Laval», insiste Faulds, qui, à tout juste 33 ans, boucle sa quatrième campagne à la tête du programme de foot de Laurier.

Les Golden Hawks ont en plus disputé une rencontre préparatoire face aux Carabins, en août, à l'Université de Montréal. Malgré la défaite, ce match alimentera la confiance de ses joueurs, croit Faulds.

«On sait qu'on peut jouer contre une très bonne équipe du Québec. Ce n'est pas par hasard si j'ai approché Danny Maciocia avant la saison. Et après le match, j'ai dit à mes gars qu'on reviendrait au Québec en novembre, sans savoir si ç'allait être chez les Carabins ou le Rouge et Or. J'avais le sentiment qu'on avait les atouts pour y arriver.»

Les Hawks quittent Waterloo jeudi avant l'aube pour entrer à Québec en fin d'après-midi. Les deux équipes s'entraînent au stade du PEPS en soirée.

Résister au sol 60 minutes

Marc-Antoine Varin et ses coéquipiers de la défensive... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 3.0

Agrandir

Marc-Antoine Varin et ses coéquipiers de la défensive du Rouge et Or auront la lourde tâche de freiner l'attaque au sol des Golden Hawks de Wilfrid-Laurier, la plus productive au Canada.

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

Vouloir freiner la course relève de l'évidence, encore plus au football universitaire canadien. Mais confronté à l'attaque au sol la plus productive au Canada, le cliché devient nécessité.

Les Golden Hawks de Wilfrid-Laurier ont cumulé 271 verges de gains offensifs terrestres en moyenne dans chacune de leurs 10 rencontres cette saison. C'est 112 de plus que le Rouge et Or, 1116 verges au total de la campagne.

Dans son match de championnat de conférence, les Hawks ont infligé 225 verges de course et 309 verges de passe aux Mustangs de Western. Qui ont flanché dans les huit dernières minutes en encaissant 24 points sans réplique. Laurier a gagné 43-40 sur le dernier jeu.

«On a visionné tout le match contre Western plusieurs fois, mais la seule portion où j'ai observé les deux côtés du ballon, c'est les huit dernières minutes. Je voulais savoir ce qui s'était passé», a reconnu le secondeur du Rouge et Or Marc-Antoine Varin, mercredi soir, après deux heures et demie d'entraînement sous un crachin continu au stade de l'Université Laval.

«Même s'il tirait de l'arrière par 21 points, Laurier a continué à faire ce qu'il fait bien, son ADN, c'est-à-dire courir le ballon», analyse Varin. «Je ne sais pas si Western avait trop confiance de gagner, mais une seule équipe a fini la partie. Ça nous dit que Laurier n'abandonnera pas.»

Trois secondeurs de ligne

Pour s'assurer de tenir pendant 60 minutes contre cette féroce offensive au sol, le Rouge et Or enverra trois secondeurs de ligne sur le terrain en même temps au lieu de deux. À Varin et Cédric Lussier-Roy s'ajoutera le costaud Daniel Tshiamala.

«On croit qu'on est les meilleurs secondeurs du pays. Que ce soit Marc-Antoine, moi, Cédric ou [le réserviste William] Berryman, on a juste hâte de montrer de quoi on est capables à tout le pays», commente Tshiamala.

Un ingrédient physique que le coordonnateur défensif de l'UL Marc Fortier n'a pas eu souvent l'occasion d'ajouter à sa sauce cette saison, les formations québécoises axant davantage leur attaque sur la passe.

Même si le Rouge et Or s'est classé troisième au Canada contre la course en saison régulière avec 92 verges allouées par rencontre, il en a donné 348 au total de ses deux matchs éliminatoires. «C'est l'occasion de se prouver», résume Varin, à propos du rendez-vous de samedi.

Tshiamala apporte aussi un bagage d'expérience avec sa participation à la demi-finale canadienne pas plus tard que l'an passé, avec St. FX. Il souhaite d'ailleurs une victoire de ses ex-coéquipiers dans l'autre demi-finale de cette année, pour pouvoir les retrouver en grande finale le 26 novembre.

Laurier compte sur un trio de bons porteurs de ballon avec le polyvalent Eric Guiltinan, absent du dernier match pour blessure, le rapide Levondre Gordon et le costaud Osayi Iginuan.

Et à 6'5'' et 220 livres, le quart-arrière Michael Knevel devra absolument être enfermé dans sa pochette par la ligne défensive lavalloise. Varin et plusieurs joueurs du Rouge et Or ont évolué avec le frère jumeau de Knevel en 2012 dans l'équipe canadienne junior, David Knevel, aujourd'hui bloqueur de 6'9'' et 315 livres à l'Université du Nebraska.

Antony Auclair intéresse six clubs de la NFL

Un éclaireur de la NFL s'est déplacé jusqu'à... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 5.0

Agrandir

Un éclaireur de la NFL s'est déplacé jusqu'à Montréal pour voir à l'oeuvre Antony Auclair samedi dernier, dans le match de la Coupe Dunsmore.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Pas moins de six clubs de la NFL se sont enquis d'Antony Auclair auprès de son agent. Chiffre publié par Sportsnet et confirmé par l'agent, Sasha Ghavami. Même qu'un éclaireur de la grande ligue s'est déplacé jusqu'à Montréal pour le voir à l'oeuvre samedi dernier, dans le match de la Coupe Dunsmore. Le centre-arrière du Rouge et Or y a capté trois passes pour 62 verges tout en bloquant à souhait. Auclair mesure 6'6'' et pèse 254 livres, carrure qui ne laisse personne indifférent dans le milieu du football. L'athlète de 23 ans de Notre-Dame-des-Pins se classe 10e parmi les meilleurs espoirs en vue du repêchage de la Ligue canadienne (LCF). Les Golden Hawks de Wilfrid-Laurier, visiteurs au PEPS pour le match de samedi, alignent deux membres de ce top 20 des prospects de la LCF. L'ailier défensif Kwaku Boateng pointe au deuxième rang et son coéquipier secondeur Nakas Onyeka 16e. Le bloqueur du Rouge et Or Jean-Simon Roy arrive 18e sur cette liste qui sera rafraîchie au terme de la saison.

Sentiment de déjà-vu

Pas moyen de se défaire d'un sentiment de déjà-vu. En 2004, comme cet automne, le Rouge et Or avait fini deuxième au Québec avec une fiche de 7-1. Les gars de l'Université Laval avaient ensuite vaincu Concordia en demi-finale québécoise, à Québec, puis les Carabins en finale de la Coupe Dunsmore, à Montréal. Leurs adversaires en demi-finale canadienne avaient alors aussi été les Golden Hawks de Wilfrid-Laurier, Coupe Uteck gagnée 30-11 au PEPS. En route pour Hamilton, où se tient encore cette année l'ultime affrontement du match de la Coupe Vanier, le 26 novembre. Chose sûre, Saskatchewan ne sera pas cette fois-ci le rival final, mais plutôt Calgary ou St. FX. Le Rouge et Or montre une fiche de 6-0 à la maison en demi-finales nationales et vogue sur la meilleure séquence des quatre formations toujours en vie avec neuf victoires consécutives.

Partager

À lire aussi

  • Comme Mathieu Bertrand en 1999...

    Football

    Comme Mathieu Bertrand en 1999...

    Dimanche, il visionnait des vidéos du prochain ennemi. Lundi matin, il a rappelé Le Soleil à 8h30, depuis son bureau, au PEPS. Contrairement... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer