Coupe Dunsmore: doublement savoureux

Après un lent départ, le receveur de passes... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Après un lent départ, le receveur de passes et spécialiste des retours de bottés Antony Dufour a connu une excellente deuxième moitié de saison avec le Rouge et Or.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pour Antony Dufour, le match de la Coupe Dunsmore sera doublement savoureux, samedi. Car à pareille date l'an dernier, le receveur de passes et spécialiste des retours de bottés du Rouge et Or devait se contenter du rôle de spectateur, un genou en compote.

Quelques semaines plus tôt, lors d'un match, l'ancien des Titans du Cégep Limoilou s'était déchiré le ligament croisé antérieur, une blessure majeure qui exige opération et longue réhabilitation. Il était inconsolable sur les lignes de côté.

Le match de samedi contre les Carabins, au CEPSUM, lui permet de mesurer le chemin parcouru. «C'est vraiment le fun. On a travaillé fort pour ça tout au long de l'année. J'ai hâte. On va le prendre comme une game comme les autres, mais honnêtement, c'est sûr qu'on a un petit peu plus d'excitation que d'habitude», admet Dufour, qui a perdu près de 50 livres pendant sa convalescence.

Il a vécu péniblement son absence de l'an dernier. La veille du match, il avait été élu joueur par excellence dans les unités spéciales au Québec, une récompense amère. «J'aurais aimé mieux ne pas gagner et pouvoir jouer.»

Contre Concordia, samedi dernier, Dufour a réussi un retour de botté de dégagement de 101 verges bon pour un touché. Une petite verge de plus et il égalait son propre record d'équipe, établi en octobre 2014 contre Bishop's. Cette course imparable lui a valu le titre de joueur par excellence de la dernière semaine au Canada sur les unités spéciales. Elle a couronné une excellente deuxième moitié de saison.

«J'ai trouvé mon début au ralenti un petit peu», analyse l'athlète de 23 ans. «Je me suis entraîné comme un fou cet été, je voulais vraiment performer. Je me mettais peut-être un peu trop de pression. Mais depuis le milieu de saison, j'ai pris mon erre d'aller, je suis confiant. Mon genou, je n'y pense plus. Je fais juste jouer.»

Ne pas jouer sur les talons

En saison régulière, Dufour a conservé la quatrième moyenne au Canada pour les retours de bottés d'envoi (26,1 verges), en plus d'effectuer 55 retours de bottés de dégagement (8,2 verges). Il a aussi capté huit ballons comme receveur de passes, dont quatre lors des deux derniers matchs de la campagne.

Pour la rencontre à Montréal, Dufour a répété les mêmes objectifs que ses entraîneurs : bien exécuter, limiter les erreurs. Et il en a ajouté un autre : ne pas jouer sur les talons. Facile à faire, dans un match si important? «Il ne faut juste pas que tu penses», a répondu Dufour. «Plus tu penses, pire c'est. Quand t'essaies de trop penser, c'est là que tu fais le plus d'erreurs.» Bref, l'équipe qui saura le mieux gérer son stress partira gagnante.

Le Rouge et Or sera prêt pour le bruit de la foule hostile du CEPSUM, assure Dufour. L'équipe a d'ailleurs pratiqué sa cadence silencieuse, un passage obligé lorsque les amateurs crient «DEFENSE» à tue-tête. Évoluer devant une telle foule est motivant pour Dufour.

«Les gars de la NFL jouent devant 100 000 personnes et réussissent à gagner. [...] On va avoir de nos partisans aussi là-bas. Ce n'est pas infaisable, au contraire. On est vraiment confiants. Je pense que l'équipe voulait retourner là-bas. Ça fait deux ans qu'on se fait faire le coup à la maison...», lance Dufour, en référence aux défaites du Rouge et Or contre Montréal lors des dernières Coupes Dunsmore, au PEPS.

Lévesque ira un botté à la fois

Le botteur Dominic Lévesque ne souhaite ni ne redoute se retrouver dans une position semblable à celle de l'an dernier, ce moment où son pied décide de la victoire ou de la défaite en finale de la Coupe Dunsmore.

Pour les amateurs recrues du Rouge et Or, rappelons les faits. Lors de la finale québécoise de l'an dernier, au PEPS, Lévesque a quelque peu raté un botté de placement qui aurait donné la victoire au Rouge et Or en toute fin de match. Le ballon a finalement été bloqué par Junior Luke, et les Carabins sont partis de Québec avec une victoire de 18-16.

«Si ça arrive, ça arrive. Si ça n'arrive pas, ça n'arrive pas», a répondu le Beauceron, vendredi, après un court entraînement dans le vent, au PEPS. «Ce n'est pas plus grave que ça. Pour moi, l'important, c'est d'aider l'équipe, de bien placer le ballon, de réussir mes bottés.»

Il y a certes les frappes pour trois points, mais dans un match où chaque verge sera l'objet d'une dure bataille, le positionnement sur le terrain revêt aussi une importance capitale. Lévesque et ses bottés de dégagement joueront ici un rôle primordial. Et même si sa moyenne de 39,7 verges par botté le place quatrième au Canada cette saison, Lévesque aura face à lui le meilleur au pays, Félix Ménard-Brière et ses 42,4 verges par claque du pied. Une lutte à surveiller.

De son expérience de l'an dernier en finale - et on parle ici de l'ensemble de la rencontre -, Lévesque retient les petites leçons apprises au fil du temps. «D'aborder le match un botté à la fois, de jouer mon match. De botter comme j'ai botté cette saison», a énuméré celui qui n'aurait pas grand-chose à dire à l'athlète qu'il était il y a un an, s'il pouvait lui parler. «Non! Je suis content de tout ce que j'ai fait depuis que je suis arrivé ici. Je me suis amélioré sur tous les plans. Je suis plus calme, ce dont je suis vraiment content.»

Auclair et Betts récompensés

Mathieu Betts (9), du Rouge et Or, a... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 4.0

Agrandir

Mathieu Betts (9), du Rouge et Or, a remporté le titre de joueur de ligne par excellence cette saison.

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

Le brio d'Adam Auclair cette saison n'est pas passé inaperçu. Le demi défensif du Rouge et Or a été nommé recrue de l'année au Québec, succédant à son coéquipier Mathieu Betts, lui-même auréolé du titre de joueur de ligne par excellence en 2016. Le Lévisien Samuel Caron, quart-arrière des Carabins, a quant à lui obtenu le statut d'athlète par excellence.

Les trois hommes ont reçu leur prix vendredi midi à Montréal, un peu plus de 24 heures avant le botté d'envoi du match de la Coupe Dunsmore entre l'Université Laval et l'Université de Montréal, au CEPSUM.

Auclair, un Beauceron de Notre-Dame-des-Pins, a été le meilleur des siens avec 35,5 plaqués cette saison, ce qui le place au 11e rang du classement québécois. Le rapide athlète de 6'2'' et de 198 livres a aussi réussi un sac du quart et une interception. Le Rouge et Or a la mainmise sur ce titre depuis trois ans : le quart Hugo Richard l'avait emporté en 2014.

De son côté, Betts a fait fi de la couverture serrée de ses adversaires pour réussir neuf sacs du quart, le deuxième plus haut total au pays. En seulement deux saisons, le colosse de 6'3'' a déjà 21 réussites du genre au compteur, à seulement 5,5 du record d'équipe en carrière, détenu par Vincent Desloges. Le sommet de l'histoire au Québec est aussi à sa portée : Jim Aru en avait obtenu 31,5 dans les années 90, alors que les Gaels de Queen's s'alignaient dans la conférence Ontario-Québec.

Betts succède lui aussi à deux anciens du Rouge et Or. Desloges avait remporté cette distinction en 2014, suivi l'an dernier par Charles Vaillancourt.

Le plaisir de Caron

De son côté, Samuel Caron a prouvé une nouvelle fois vendredi avoir fait le bon choix. Le Lévisien a mis sa carrière en veilleuse l'an dernier pour déterminer s'il souhaitait continuer dans le football. L'ancien du Cégep de Lévis-Lauzon a brillamment pris le relais du retraité Gabriel Cousineau, complétant 68,5 % de ses passes pour des gains de 1863 verges. Il a aussi cumulé 300 verges en 46 courses, ce qui le place neuvième au Québec chez les porteurs de ballon!

«J'ai retrouvé le plaisir de jouer au football et c'est ça qui est important. C'est du sport, on fait ça pour avoir du plaisir et je pense l'avoir démontré sur le terrain», a affirmé le joueur par excellence à La Presse canadienne.

Finalement, Danny Maciocia a été préféré à Glen Constantin comme entraîneur de l'année. Il a conduit ses Carabins (7-1) au championnat de la saison régulière grâce à cinq petits points accordés de moins que le Rouge et Or. Jonathan Boissonneault-Glaou (Carabins) a été nommé joueur défensif par excellence pour une deuxième année de suite. Son coéquipier Félix Ménard-Brière a reçu pareil honneur pour les unités spéciales.

Chacun des gagnants se retrouve en nomination pour recevoir le même prix au niveau national. Dans la lutte au titre de joueur par excellence (trophée Hec Crighton), Caron aura pour rivaux trois autres quarts, Noah Picton (Regina), Derek Wendell (Ottawa) et Tivon Cook (StFx).

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer