Qui se ressemble s'affronte

Glen Constantin, l'entraîneur-chef du Rouge et Or et Danny Maciocia,... (Infographie le Soleil)

Agrandir

Glen Constantin, l'entraîneur-chef du Rouge et Or et Danny Maciocia, le coach des Carabins

Infographie le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les adversaires à la Coupe Dunsmore se connaissent si bien qu'ils rappellent un vieux couple se ressemblant de plus en plus au fil des ans. Samedi (14h), au CEPSUM, ils poursuivront leur valse, les yeux dans les yeux. Un 12e affrontement en quatre ans entre le Rouge et Or et les Carabins, un troisième de suite en finale québécoise... Un rendez-vous où les petites attentions feront la différence.

Anticiper, sans «chasser les fantômes»

«On se connaît très, très bien comme équipes. On connaît leurs tendances, ils connaissent les nôtres.» À tel point que Glen Constantin a parlé des «contre-tendances», jeudi, lors de son point de presse hebdomadaire.

Autrement dit, les entraîneurs du Rouge et Or tenteront samedi de déceler ces moments où les Carabins sortiront de leurs habitudes. Prévoir, anticiper, tout ça sans «chasser les fantômes», explique Constantin, conscient que l'Université de Montréal ne s'éloignera pas trop de ses forces, au demeurant nombreuses. Ce sera donc un match «très stratégique», ajoute le Rouge et Or en chef.

L'Université Laval pourra prendre exemple sur cette rencontre remportée 22-19 le 15 octobre au CEPSUM. «Les clés de la victoire seront un peu ce qu'on avait fait contre eux : avoir un bon début de match, éviter les erreurs, éviter les punitions. La position de terrain sera super importante, donc les unités spéciales seront sollicitées beaucoup», explique Constantin, une marque de respect pour la «très bonne» offensive des Carabins.

Ceux-ci n'avaient effectué que 15 courses lors du duel d'octobre. L'entraîneur-chef du Rouge et Or s'attend à un scénario différent samedi, surtout dans le froid de novembre. «Ça va être hyper important pour nous d'être étanches au sol. [...] J'ai l'impression qu'on va voir une offensive plus équilibrée de leur part», souligne celui qui espère voir ses joueurs montrer une bonne gestion de leurs émotions, les bonnes comme les mauvaises.

Le Rouge et Or a d'ailleurs fait un bon travail en ce sens cette saison... sauf lors du dernier match, la demi-finale contre Concordia. Des vétérans y ont pris des pénalités d'indiscipline. «Ç'a été adressé, a souligné Constantin. Je ne dirais pas que c'est une erreur de parcours, mais je ne comprends pas pourquoi [c'est arrivé]. On doit gérer nos émotions mieux que ça. Mais je ne crois pas que ce soit un problème. C'est réglé.»

Les adversaires à la Coupe Dunsmore se connaissent si... (Infographie Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

L'importance de gagner les micro-duels

Dans sa longue carrière d'entraîneur-chef, Danny Maciocia n'a jamais vu deux équipes si semblables que le Rouge et Or et les Carabins versions 2016.

«C'est la première fois. On avait besoin de régler ça [la course au premier rang] avec les points accordés. C'était fou à la fin. Les deux dernières semaines ont été complètement différentes que ce que j'ai vécu les 20 dernières années. [...] Je n'étais pas tout à fait à l'aise avec ça, mais ça va passer à l'histoire», a affirmé Maciocia lors de son point de presse, plus tôt cette semaine.

Bien malin qui peut prédire l'issue du match de samedi. Cette saison, les deux clubs ont remporté un match chacun contre leurs rivaux. Ils ont tous les deux inscrit 43 points lors de ces rencontres. Ils ont terminé la saison avec une fiche de 7-1. Même en épluchant les statistiques plus en détail, la ressemblance demeure frappante entre les deux meilleures défensives au pays. Regardez les tableaux ci-contre s'il faut vous en convaincre.

Dans ces circonstances, le match se gagnera avec le diable bien caché : dans les détails. Maciocia parle lui-même de l'importance des micro-duels. «C'est 12 batailles. Il faut gagner la majorité des batailles pour aller gagner ce jeu en particulier. Et si ça se répète, tu vas augmenter tes chances d'aller chercher une victoire. Il faut être dans le moment. Il faut être concentrés. Tu ne peux pas regarder autour de toi et te laisser affecter par les distractions dans le stade ou sur les lignes de côté», a dit Maciocia, l'ambiance électrique du CEPSUM pouvant déranger tout le monde, même les joueurs locaux.

Bien plus que les deux victoires des Carabins lors des dernières Coupes Dunsmore au PEPS, celle du Rouge et Or au CEPSUM, en octobre, servira d'étalon. «Ç'a prouvé aux jeunes joueurs qu'on pouvait gagner à Montréal», a dit l'entraîneur-chef de Laval, Glen Constantin. «On a gagné en confiance de ce côté-là.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer