Gus Bradley sur la corde raide

Les dirigeants des Jaguars de Jacksonville ont dépensé... (AP, Mark Zaleski)

Agrandir

Les dirigeants des Jaguars de Jacksonville ont dépensé beaucoup d'argent au cours des deux dernières années pour permettre à l'entraîneur Gus Bradley de diriger une meilleure équipe en 2016, mais les résultats positifs tardent à venir en Floride.

AP, Mark Zaleski

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

La saison 2016 devait être celle où Gus Bradley transformerait les Jaguars de Jacksonville en prétendant aux grands honneurs.

Après avoir compilé un dossier de 12-36 lors de ses trois premières campagnes, Bradley a obtenu une prolongation de contrat jusqu'à la fin de la saison 2017. Et les attentes étaient élevées cette année.

Après tout, les Jaguars ont dépensé plus de 350 millions $ sur le marché des joueurs autonomes lors des deux dernières saisons pour mettre la main sur 10 joueurs partants. Ils ont assemblé un noyau de jeunes joueurs talentueux.

Tous les signes pointaient vers un grand pas vers l'avant. Mais les Jaguars ont plutôt un dossier de 2-6 à la mi-parcours, même s'ils évoluent dans la section Sud de l'Américaine, une des sections les plus faibles de la NFL.

Au moins six entraîneurs ont perdu leur poste dans la NFL au cours des six dernières saisons mortes. Bradley pourrait être le premier à écoper cette fois-ci, et il pourrait se retrouver au chômage avant la fin de la saison régulière.

D'autres entraîneurs se retrouvent aussi sur un siège éjectable.

REX RYAN

Les Bills n'ont pas participé aux éliminatoires depuis 1999, la plus longue disette dans la NFL. Ryan a promis de mettre fin à cette séquence quand il a été embauché la saison dernière. Il a échoué à sa première tentative, compilant un dossier de 8-8. Ryan a congédié le coordonnateur offensif Greg Roman après deux défaites en ouverture de saison, mais il pourrait être dans l'eau chaude si les Bills (4-5) affichent un dossier négatif.

CHIP KELLY

Les 49ers ont encaissé sept défaites d'affilée après avoir amorcé la saison avec une victoire par jeu blanc face aux Rams. Kelly doit encore écouler trois saisons à son contrat et les 49ers ont congédié Jim Tomsula après la première d'un contrat de quatre saisons à la suite de la campagne 2015. Il serait donc étonnant que Kelly connaisse le même sort. Cependant, il pourrait souhaiter retourner au niveau universitaire et les 49ers pourraient l'encourager à partir.

MIKE MCCARTHY

Les Packers ont atteint les éliminatoires 8 fois en 10 saisons sous les ordres de McCarthy. Mais ils enchaînent les échecs en éliminatoires depuis leur triomphe au Super Bowl en 2011. Ils ont un décevant dossier de 4-4 cette saison et si Aaron Rodgers n'est pas en mesure de renverser la vapeur, l'ère McCarthy pourrait prendre fin à Green Bay.

MARVIN LEWIS

Les Bengals ont atteint les éliminatoires 7 fois en 13 saisons sous les ordres de Lewis, incluant les cinq dernières campagnes. Ils ont toutefois une fiche de 0-7 en éliminatoires. Avec un dossier de 3-4-1 à mi-parcours, la séquence de participations aux éliminatoires pourrait prendre fin et les Bengals pourraient être à la recherche d'un nouveau patron sur les lignes de touche pour une première fois depuis 2003.

JOHN FOX

Les Bears ont une fiche de 2-6 après avoir compilé un dossier de 6-10 lors de la première campagne de Fox en 2015. Pendant ses séjours avec les Panthers et les Broncos, Fox a vu ses équipes faire un pas vers l'avant lors de ses deuxièmes campagnes, mais ce n'est pas le cas avec les Bears. Il pourrait ne pas obtenir de troisième chance.

MIKE MCCOY

Les Chargers ont chuté à 4-12 en 2015 après avoir atteint les éliminatoires lors de chacune des deux premières saisons de McCoy sur les lignes de touche. Ils ont maintenant un dossier de 4-5 et une autre saison sous la barre des ,500 pourrait signaler la fin de l'aventure pour McCoy.

Les erreurs des officiels profitent encore à Seattle

Ce sont les erreurs des officiels qui ont... (AP, John Froschauer) - image 3.0

Agrandir

Ce sont les erreurs des officiels qui ont retenu l'attention à la suite de la victoire de 31-25 des Seahawks aux dépens des Bills de Buffalo, lundi, notamment sur la façon qu'ils ont géré le temps lorsque le botteur Dan Carpenter a été blessé.

AP, John Froschauer

Encore une fois, un match du lundi soir impliquant les Seahawks de Seattle a été marqué par la controverse. Pour la troisième fois au cours des cinq dernières années, ce sont les erreurs des officiels qui ont retenu l'attention à la suite de la victoire de 31-25 des Seahawks aux dépens des Bills de Buffalo.

Aussi bons Jimmy Graham, Russell Wilson et Tyrod Taylor ont été, leurs performances ont été assombries par des erreurs des officiels en fin de première demie. Ces erreurs ont d'ailleurs influencé le résultat final du match.

«Je ne suis pas trop certain de ce qui s'est passé, mais je dirais que les officiels ont horriblement géré la situation», a déclaré Taylor, qui a offert l'une des meilleures performances de sa carrière avec 289 verges de gains par la passe et 43 au sol. «Ils ont pris des décisions horribles tout au long du match. On ne blâme pas les officiels, mais je crois qu'ils doivent être responsables et donner des explications.»

La dernière tentative de passe de Taylor, envoyée dans la zone des buts sur un quatrième essai, n'a pas été complétée, confirmant la troisième défaite d'affilée des Bills.Taylor s'est retrouvé dans cette situation précaire en raison des événements de la fin du deuxième quart, qui ont privé les Bills d'une tentative avantageuse de placement et les ont forcés à tenter le touché dans les dernières secondes de la rencontre.

Ces derniers moments chaotiques de la première demie ont commencé lorsque Dan Carpenter s'est installé pour tenter un placement de 53 verges avec trois secondes à faire. Ils se sont conclus plusieurs minutes plus tard, dans la colère.

Sherman puni

Richard Sherman a reçu une pénalité pour hors-jeu et non pour rudesse envers le botteur après qu'il soit entré en contact avec Carpenter en tentant de bloquer le botté, une décision incorrecte, selon l'arbitre en chef de la NFL, Dean Blandino. Les Bills ont dû prendre un temps d'arrêt pour blessure après que leurs soigneurs eurent accouru sur le terrain, croyant que Carpenter était blessé, et ils ont été forcés de brûler le jeu suivant afin qu'il leur reste une seconde à faire pour tenter de nouveau un placement, Carpenter devant quitter le terrain pour au moins un jeu.

Mais les arbitres ont commis une autre bourde, ne redonnant pas aux Bills les 40 secondes auxquelles ils avaient droit pour leur jeu. L'équipe a ainsi écopé d'une pénalité pour avoir retardé le jeu. Carpenter a finalement raté une tentative de 54 verges.

Tous ces événements semblaient anecdotiques à ce moment-là, puisque les Seahawks sont rentrés au vestiaire en menant 28-17. Ils sont toutefois revenus au coeur de l'histoire en deuxième demie, quand les Bills ont comblé l'écart, mais avaient toujours besoin d'un touché en fin de match.

«La sécurité des joueurs n'était pas au coeur de leur préoccupation. Il était hors jeu et a plongé sur la jambe de notre botteur. C'est un jeu salaud», a indiqué le secondeur des Bills, Jerry Hugues, au sujet du jeu de Sherman.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer