L'autre visage des Stingers

Les Stingers ont l'habitude de s'en remettre beaucoup... (Fournie par l'Université Concordia, Brianna Thicke)

Agrandir

Les Stingers ont l'habitude de s'en remettre beaucoup au jeu aérien en raison de leur excellent quart-arrière, Trenton Miller. Mais samedi, Concordia pourrait miser en début de match sur le talent du porteur de ballon Jean-Guy Rimpel (1), qui a terminé au sommet de la conférence pour les verges totales au sol (514), le nombre de portées (112) et les verges au sol par match (64,2).

Fournie par l'Université Concordia, Brianna Thicke

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Depuis plusieurs années, les Stingers de Concordia présentent une attaque axée presque entièrement sur la passe. Mais attention, prévient le plaqueur du Rouge et Or Vincent Desjardins. L'adversaire de samedi pourrait révéler son visage caché.

«On s'attend pas mal à ce qu'ils courent au début du match», dévoile le joueur de ligne défensive tout juste étoilé pour la présente saison régulière. Il en veut pour indice le dernier face-à-face entre les deux clubs, le 10 septembre. Concordia avait couru avec le ballon sur plus de la moitié de ses jeux offensifs au premier quart.

«Quand on a fait le plan de match pour jouer là-bas, on s'attendait à beaucoup de passes. On s'attendait à ce qu'ils lancent le ballon vu qu'ils ont un bon quart-arrière. Mais ils nous ont surpris en début de partie avec un sixième joueur de ligne offensive, des fois même un septième.»

Le porteur de ballon Jean-Guy Rimpel a effectué 9 de ses 14 portées au premier quart pour 41 verges de gains. Mais les représentants de l'Université Laval menaient quand même 19-7 après 15 minutes de jeu et Rimpel n'a retouché au ballon qu'à trois reprises au deuxième quart et deux autres fois dans toute la seconde demie.

Les Stingers se sont rabattus sur leur arme habituelle, le bras du quart Trenton Miller et une bonne unité de receveurs. Dont le meilleur universitaire à cette position au Québec cette saison, la recrue Vincent Alessandrini, d'ailleurs seule récipiendaire d'une étoile dans son camp cet automne.

Concordia sort de plus d'une performance canon au sol, la semaine passée. En l'absence de Miller, qui devrait être de retour pour la demi-finale québécoise de samedi, Rimpel a empilé pas moins de 234 verges de gains nets et trois touchés. Contre la défensive poreuse des Gaiters de Bishop's, doit-on toutefois préciser.

Rimpel a du coup gonflé ses chiffres pour finir au sommet de la conférence pour les verges totales au sol (514), le nombre de portées (112) et les verges au sol par match (64,2). «Ils sont donc confiants avec lui et ils ont eu du succès contre nous, alors on s'attend à ce qu'ils reviennent avec ça», calcule Desjardins. «Et en deuxième demie que ce soit comme une autre partie, qu'ils reviennent avec la passe et laisse aller Trenton.»

Surprenant agréablement ses patrons, qui le croyaient d'abord trop léger pour tirer son épingle du jeu à l'intérieur, Desjardins prévoit surtout une intense guerre de tranchées contre l'une des plus grosses lignes offensives de la conférence.

«Ça risque de brasser!» lance-t-il avec le sourire malicieux d'un chat devant une souris. «On va déterminer au premier quart qui peut donner le ton au match», se promet le 92. Si la tendance se maintient, Laval prendra les devants et Concordia n'aura alors plus le choix de lancer le ballon.

L'effet Betts

Aux côtés de Desjardins, on trouve son bon ami et coéquipier Mathieu Betts. L'ailier défensif étoile du Rouge et Or, il a été recrue de l'année au Canada l'an dernier, mérite la plupart du temps une double couverture de la part de l'offensive adverse. Betts a quant même récolté huit de ses neuf sacs de la saison au cours des trois derniers matchs.

«Mathieu a tout vu!» s'exclame l'entraîneur-chef, Glen Constantin. «En tout cas, moi, je ne connais pas d'autre protection! Alors j'ai dit aux autres joueurs que c'était à eux d'élever leur jeu d'un cran. C'est là qu'on voit l'importance de Mathieu, même s'il ne ramasse pas toujours les stats. Les autres gars sur la ligne défensive ne seront pas doublés, alors c'est à eux de gagner leur un contre un», réclame la sommité défensive.

Betts et Desjardins se connaissent depuis plusieurs années, ont évolué contre et ensemble dans l'équipe du Québec avant de se joindre au Rouge et Or en 2015. La chimie développée leur confère une efficacité peu commune de leur côté de la ligne.

Pas d'inquiétude

Le garde du Rouge et Or Samuel Lefebvre estime que les principales forces défensives à Concordia s'appellent Samuel Narkaj, plaqueur étoilé sur la scène canadienne l'an passé, et Lukas Redguard, ailier défensif. «Deux gars forts, pesants et rapides qui ont une bonne lecture du jeu. Mais je ne suis pas inquiet de les affronter», affirme Lefebvre... Même s'il ne sera pas télédiffusé, TVA Sports retransmettant l'autre demi-finale entre Montréal et McGill, le match entre le Rouge et Or et les Stingers se mettra en branle à 14h, au stade du PEPS, au lieu de l'habituel 13h... Les météorologues annoncent des possibilités de flocons sur Québec, samedi matin, alors que la pluie pourrait se mettre de la partie en après-midi... Après avoir réécrit le livre des records de la première division collégiale pour les verges par la passe (2983), les passes captées (203) et les passes tentées (322) en une saison, le quart-arrière des Géants de Saint-Jean-sur-Richelieu Dimitri Morand a annoncé vendredi qu'il se joignait aux Carabins de Montréal en vue de la prochaine saison universitaire.

Douze étoiles chez le R et O

Le vétéran demi défensif Gabriel Marcoux fait partie... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche) - image 4.0

Agrandir

Le vétéran demi défensif Gabriel Marcoux fait partie de la douzaine de joueurs étoiles chez le Rouge et Or cette saison.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Douze joueurs du Rouge et Or s'alignent parmi les 27 étoiles de la conférence Québec de football universitaire. Encore et toujours plus que les cinq autres équipes.

Première nomination autant pour un finissant qu'une recrue de la ligne tertiaire, les deux demis défensifs Adam Auclair et Gabriel Marcoux. Avec le demi de coin Alex Hovington et le secondeur de couverture Gabriel Ouellet, c'est quatre membres du Rouge et Or sur les six que compte la tertiaire universitaire québécoise idéale.

Ajoutez l'ailier défensif Mathieu Betts et son voisin de ligne et plaqueur Vincent Desjardins et vous saurez pourquoi le club de l'Université Laval n'a accordé qu'un point à ses deux derniers matchs, 78 au total des huit rencontres régulières.

«Je ne sais pas si c'est ma meilleure saison, mais c'est ma plus spéciale», lance Marcoux, qui avait pris sa retraite avant de changer d'idée, l'hiver dernier. Le voilà étoilé. «Je suis heureux de voir comment la vie a tourné et j'en profite au maximum. Je suis reconnaissant», affirme le vétéran de cinquième saison.

Comme son coéquipier Auclair, Marcoux relativise la récompense individuelle par rapport à l'objectif collectif : gagner la Coupe Vanier. Et pour cela, le Rouge et Or (7-1) doit d'abord vaincre les Stingers de Concordia (4-4) en demi-finale provinciale, samedi après-midi. «Sinon, tout le travail de la saison n'aura servi à rien», tranche le jeune Auclair.

Lui qui fait sans doute partie du premier duo familial étoilé la même année. Son frère aîné et coéquipier Antony Auclair a aussi été primé pour son travail comme centre-arrière, une deuxième nomination dans son cas en quatre ans.

Domination aussi au sein de la ligne offensive avec trois représentants de l'UL sur cinq au firmament des gros bonshommes avec le bloqueur Jean-Simon Roy et les gardes Samuel Thomassin et Samuel Lefebvre, aussi une recrue.

Le Rouge et Or compte au moins trois des cinq étoilés de la ligne à l'attaque pour une quatrième année de suite. Dix ans que l'UL occupe au minimum 40 % du front offensif rêvé de la conférence, soit au moins deux sur cinq sans faillir depuis 2007.

Alarie-Tardif y sera

Le porteur de ballon Vincent Alarie-Tardif a lui aussi sa place dans la constellation québécoise, tout comme le retourneur de bottés Antony Dufour. Blessé au genou gauche il y a deux semaines, Alarie-Tardif reprendra son poste dans le champ arrière contre les Stingers.

Alarie-Tardif a démontré avoir récupéré toutes ses facultés sur une course du tonnerre durant l'entraînement de jeudi. Christopher Amoah et Sébastien Serré demeurent les autres porteurs utilisés par le Rouge et Or, groupe auquel s'ajoute pour une quatrième fois de la saison la recrue Alexis Côté.

Les Carabins de Montréal arrivent deuxièmes avec neuf joueurs étoiles, McGill trois, Sherbrooke deux et Concordia une, tandis que Bishop's n'obtient aucune étoile pour une deuxième année consécutive. Les prix majeurs individuels seront décernés vendredi prochain, à la veille du match de la Coupe Dunsmore.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer