Le Rouge et Or gagne... et perd

Malgré son triomphe de 14-1 sur le Vert... (La Tribune, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Malgré son triomphe de 14-1 sur le Vert et Or, l'Université Laval termine au deuxième rang de la conférence québécoise.

La Tribune, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Rouge et Or a gagné son match contre Sherbrooke, mais a perdu la bataille des points accordés contre Montréal, samedi. Malgré son triomphe de 14-1, l'Université Laval termine au deuxième rang de la conférence québécoise.

La troupe de Glen Constantin (7-1) n'avait pas échappé le championnat de la saison régulière depuis 2004. «Il n'y a personne qui est déçu», a assuré le botteur Dominique Lévesque.

«On n'avait aucun contrôle sur la partie à Montréal. Je ne peux pas être fâché par ça», a réagi le joueur de ligne défensive Mathieu Betts. «Ça aurait été l'fun d'avoir l'avantage du terrain pour jouer la Coupe Dunsmore chez nous, [...] mais ultimement c'est la Coupe Vanier qu'on veut et elle ne sera pas à Québec de toute façon.»

À McGill, les Carabins (7-1) ont blanchi les Redmen 13-0 pour confirmer leur championnat de la saison régulière. Pendant ce temps, les Stingers de Concordia (4-4) ont écrasé les Gaiters de Bishop's 39-6. Résultats nets pour les demi-finales : Laval affrontera Concordia, Montréal se mesurera à McGill (4-4). Sherbrooke (3-5) et Bishop's (1-7) sont éliminés.

La troupe de Glen Constantin devait combler un écart de cinq points avec les Carabins pour atteindre le sommet, et la défensive lavalloise a tout fait pour y parvenir, samedi, dans le froid et l'humidité. Surtout en première demie, alors que Hugo Richard et l'attaque en ont arraché avec seulement trois premiers jeux. Le Vert & Or est même retourné au vestiaire avec une avance de 1-0 à la demie, résultat d'un placement de 29 verges raté, bon pour un simple.

«On n'a pas joué à la hauteur des standards qu'on se fixe à Laval», a commenté le receveur Félix Faubert-Lussier, qui aimerait revoir quelques offrandes de Richard qu'il n'a pu maîtriser.

«La température n'était pas un facteur», a assuré le quart à son tour. «On jouait sur les talons, on n'a pas exécuté. Des ballons échappées, des passes imprécises...»

«Il y a un monsieur qui me disait : "Vous avez joué en première demie pour ne pas donner de points". Non, on ne jouait pas bien. Ça n'avait rien à voir», a raconté Constantin en riant.

Quelques gros jeux

Le résultat aurait pu être pire pour Laval. Le Vert & Or s'est retrouvé souvent dans le territoire ennemi. Quelques gros jeux, dont une interception de Marc-Olivier Simard, ont toutefois mis fin aux menaces.

«Les unités spéciales ont fait un très gros travail. La défensive aussi», a analysé Constantin. «On avait un peu de misère à avoir un rythme en offensive. Mais on savait qu'on avait tout pour réussir. C'était une question de se parler à la demie et de se dire qu'on ne pouvait pas faire pire offensivement.» Il n'y a jamais eu de panique dans le coin rouge, ont assuré Richard et Faubert-Lussier.

L'offensive est d'ailleurs sortie avec plus de pep au troisième quart. Après quelques courses de Christopher Amoah, Richard a rejoint Faubert-Lussier dans la zone des buts. Un jeu de 27 verges. Le quart s'est ensuite chargé d'inscrire le deuxième touché du Rouge et Or sur une course de sept verges. Il a complété 15 de ses 25 passes pour 143 verges.

Pour le Vert & Or, les occasions bousillées font désormais partie d'une routine désespérante pour l'entraîneur-chef. «Encore!» a réagi David Lessard. «Je pense qu'on a eu plus de chances que la semaine passée [défaite de 30-5 à Montréal], même si on en avait eu beaucoup. Si on avait été capables de marquer un touché au premier quart, je pense que la pression serait tombée sur Laval. Mais on ne l'a pas fait. C'est dommage.»

Dominic Lévesque a maintenu une moyenne de 39,3... (La Tribune, Marie-Lou Béland) - image 2.0

Agrandir

Dominic Lévesque a maintenu une moyenne de 39,3 verges sur ses 15 bottés de dégagement contre le Vert et Or, samedi à Sherbrooke.

La Tribune, Marie-Lou Béland

«Dominic a été exceptionnel»

Tous les joueurs et entraîneurs questionnés après la rencontre ont souligné la belle tenue du botteur Dominic Lévesque et son importance dans la victoire de 14-1 du Rouge et Or, samedi à Sherbrooke. «Dominic a été exceptionnel», l'a même vanté son entraîneur-chef Glen Constantin.

Dans ce match serré où le positionnement sur le terrain était primordial, le Beauceron a effectué 15 bottés de dégagement pour une moyenne de 39,3 verges. Il a particulièrement brillé sur une frappe de 56 verges au deuxième quart depuis la ligne de 15. En temps normal, le Rouge et Or aurait concédé un touché de sûreté en pareille situation.

«Il a eu un gros match. Et ça a fait une grosse différence. Grosse différence», a répété l'entraîneur-chef du Vert & Or, David Lessard, en roulant ses «r» pour accentuer le mot grosse. «Il a été capable de nous donner une bonne position de terrain, a affirmé le quart-arrière Hugo Richard. Ç'a été la clé pour nous garder hors du trouble».

«Ç'a bien été», a dit Lévesque avec un sourire en coin. «L'autre botteur aussi a eu un très bon match. Je le connais, Mathieu Hébert. Il y a une bonne petite compétition entre nous deux.»

Sept sacs et trois interceptions

Si les unités spéciales ont brillé, la défensive en a fait autant d'un bout à l'autre de la rencontre. Mathieu Betts et Marc-Antoine Ouellet ont chacun réussi deux des sept sacs du Rouge et Or. Marc-Olivier Simard, Kevin McGee et Gabriel Marcoux ont intercepté des offrandes de Jean-Christophe Bourque St-Hilaire.

Pour le Sherbrookois McGee, il s'agissait d'un premier match chez son équipe préférée à l'adolescence. En plus de son interception, le demi défensif a réussi un solide plaqué sur un troisième jeu de Sherbrooke.

«Je suis fier de ça, je suis fier de nous», a souligné McGee en parlant de ses coéquipiers de la défensive. «C'est sûr que ça m'a fait quelque chose au début [du match] de jouer contre mon équipe quand j'étais jeune, dans ma ville. C'était spécial, j'ai vraiment aimé ça.»

Un règlement qui pèse lourd

Le Vert & Or est exclu des séries éliminatoires pour la première fois depuis 2009. Le règlement stipulant que les trois premières équipes au classement de la saison précédente s'affrontent deux fois a pesé lourd dans la balance pour la formation sherbrookoise, forcée de jouer un total de quatre rencontres contre Laval et Montréal. «Je pense vraiment qu'on a une équipe qui mérite d'aller en séries. Mais on n'y va pas. Et là, c'est fini», a dit l'entraîneur-chef David Lessard, qui vient de compléter la dernière année de son contrat.

En vertu de sa cinquième place en 2016, Sherbrooke n'aura pas le même problème l'an prochain. Mais Lessard estime que certaines choses doivent changer. «Je crois en cette ligue-là, mais c'est certain qu'il va falloir s'asseoir tous ensemble pour qu'on s'assure que tout le monde puisse compétitionner. On a l'impression que les équipes les plus pauvres sont en Estrie», a dit Lessard en parlant du Vert & Or et des Gaiters de Bishop's.

Triste fin

Triste scène sur les lignes de côté à la fin du match. Le quart-arrière partant du Vert & Or de Sherbrooke, Jean-Christophe Bourque St-Hilaire, pleurant à chaudes larmes, un sac de glace sur le genou gauche. Victime d'un sac du quart de Mathieu Betts au quatrième quart, le Beauceron n'a pas terminé sa dernière rencontre dans les rangs universitaires. Il aura complété 11 de ses 21 passes pour 124 verges de gains. Il avait raté toute la saison 2015 en raison d'une déchirure du ligament croisé antérieur. Son entraîneur-chef David Lessard ignorait si la blessure subie samedi avait un lien avec celle-ci.

Belle progression du R et O

Le Rouge et Or a progressé au goût de Glen Constantin dans les dernières semaines, tout ça grâce à cette étrange course au premier rang avec les Carabins. L'entraîneur-chef a même comparé sa jeune formation à certaines des grandes équipes du Rouge et Or dans le passé. Sans les nommer, on sent qu'il fait référence à celles championnes de l'une ou l'autre des sept Coupes Vanier sous ses ordres. «Le défi d'essayer de finir en premier avec les points contre nous a permis comme équipe de progresser beaucoup», a-t-il affirmé. «Depuis le match à Montréal, [...] ça ressemble aux équipes avec plus de vétérans qu'on a eues dans le passé. Ça a permis à notre jeunesse de comprendre comment on fait les choses à Québec.»  

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer