Le confort et la différence...

Jean-Christophe Bourque St-Hilaire et Christopher Amoah... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Jean-Christophe Bourque St-Hilaire et Christopher Amoah

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Samedi, le Rouge et Or de l'Université Laval se battra pour le confort. Pour le premier rang du classement québécois, certes, mais aussi pour l'avantage de jouer dans ses pantoufles, à la maison, en finale de la Coupe Dunsmore, duel déjà annoncé contre les Carabins de Montréal. Quant à lui, le Vert & Or de Sherbrooke luttera pour sa vie. Pour une place en séries éliminatoires qui rachèterait une saison en dents de scie. Et tout pourrait se décider sur un simple différentiel de points accordés...

Une lutte pour survivre

La bonne nouvelle pour le Vert & Or  : il détient les bris d'égalité à la fois contre McGill et contre Concordia, ses adversaires dans la quête d'une place en séries. La mauvaise : il semble qu'il devra battre le Rouge et Or pour la première fois de son histoire s'il veut en profiter.

Avec sa fiche de 3-4, Sherbrooke est à égalité avec Concordia au quatrième rang de la conférence québécoise. Le Vert & Or devancera les Stingers si ceux-ci échappent leur dernier match de la saison, mais ils affrontent les Gaiters de Bishop's (1-6), dont la dernière victoire contre une équipe québécoise remonte au 9 octobre 2014. Pas impossible, toutefois, puisque les Stingers ont éprouvé des ennuis face aux Gaiters plus tôt cette saison dans une victoire de 50-34.

Devant Sherbrooke et Concordia se trouve McGill, avec ses quatre victoires en sept rencontres. Le Vert & Or peut aussi espérer devancer les Redmen. Ceux-ci doivent toutefois perdre contre les Carabins samedi - jusqu'ici tout semble plausible - pendant que Sherbrooke doit battre Laval. C'est là où ça se corse.

Le clan sherbrookois est conscient de la tâche colossale qui l'attend. «Sans dire qu'on a besoin d'un match parfait, on a besoin d'un très bon match. Au-delà de la victoire ou de la défaite, ce serait dommage de ne pas sortir notre meilleur match de la saison», souligne l'entraîneur-chef David Lessard.

Malgré ses insuccès chroniques contre Laval, Sherbrooke ne souffre d'aucun complexe contre la meilleure équipe au pays, assure Lessard. Pas de panique, pas de stress dans le vestiaire.

Le Vert & Or a été capable du meilleur et du pire, cette saison, et Lessard est le premier à le reconnaître. «On a une équipe à deux visages. On doit travailler à cacher le visage qui est moins bon», lance-t-il. L'entraîneur-chef du Rouge et Or, Glen Constantin, s'attend d'ailleurs à affronter une équipe qui tentera toutes sortes de choses pour se démarquer, dont des jeux truqués.

Cinq points bénis

Les cinq petits points accordés qui séparent le Rouge et Or des Carabins sont une bénédiction pour le groupe d'entraîneurs de l'Université Laval. Avec cet enjeu bien quantifiable à l'approche du dernier match de la saison, impossible pour les joueurs de perdre leur concentration.

«Le focus est à son plus haut ni­veau», assure l'entraîneur-chef Glen Constantin. «Il n'y a aucune perte d'intérêt, aucune perte de motivation.» Ce que risquerait le Rouge et Or s'il était déjà assuré de son rang.

Malheureusement, l'équipe lavalloise ne contrôle pas sa destinée. Elle pourrait blanchir Sherbrooke samedi, connaître le meilleur match défensif de son histoire... Si les Carabins accordent moins de cinq points contre McGill pendant ce temps, les Montréalais auront eu le dessus.

Malgré tout, Constantin ne gardera «aucunement» un oeil sur l'autre pointage. «Ce qu'on peut contrôler, c'est d'avoir un blanchissage», lance-t-il. «On ne peut rien faire sur ce qui se passe à Montréal.» Ce jeu blanc, s'il survient, ne sera pas l'affaire que de la défensive. L'attaque aura un rôle-clé pour le positionnement sur le terrain. «La meilleure défensive, c'est une bonne offensive», formule d'ailleurs Constantin.

Comme la semaine dernière contre Bishop's, attendez-vous à plusieurs courses des porteurs Christopher Amoah, Sébastien Serré et Vincent Alarie-Tardif (s'il est en santé). Il y a des mauvaises journées pour le jeu aérien, mais jamais pour le jeu au sol, dit Constantin. La météo annonce un temps maussade et frisquet.

Battu 41-3 par Laval au PEPS plus tôt cette saison, Sherbrooke offrira une bien meilleure opposition samedi, croit le coach. «C'est sûr. [...] Ils exécutent mieux dernièrement. Et leur quart-arrière [Jean-Christophe Bourque St-Hilaire] est assez mobile, débrouillard. Il est capable de bien soutenir des jeux avec ses jambes.»

Mais le Rouge et Or peut aussi faire mieux, prévient Constantin. Le 18 septembre, son jeu a été décousu, dit-il. Même s'il n'a accordé que trois points...

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer