Victoire et... égalité

Sébastien Serré a couru trois fois avec le... (La Presse, Robert Skinner)

Agrandir

Sébastien Serré a couru trois fois avec le ballon pour 14 verges en plus de capter une passe de 12 verges lors de la victoire du Rouge et Or, 22-19, contre les Carabins.

La Presse, Robert Skinner

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Un autre grand classique! Le Rouge et Or a arraché une victoire de 22-19 aux Carabins, samedi après-midi. Première victoire à l'Université de Montréal en trois ans. Et voilà que les deux clubs sont à égalité parfaite au classement pour une fin de saison régulière exaltante.

Tout s'est encore décidé sur le dernier jeu. À la ligne de 19 du Rouge et Or, les Carabins ont moins d'une verge à franchir. Reste 20,6 secondes et Montréal n'a plus de temps d'arrêt. La faufilade... en vain.

Un placement de 26 verges aurait créé l'égalité et un simple réduit l'écart à deux, donnant l'avantage au bris d'égalité du classement au Carabins. Mais le Rouge et Or aurait disposé d'encore un peu de temps et d'une dernière chance.

Danny Maciocia jure qu'il reprendrait la même décision. «On a gagné une Coupe Vanier sur un troisième essai et une demi-verge [en 2014]! On devrait être capable d'exécuter ce jeu-là, on ne l'a pas fait et on a payé pour», a résumé l'entraîneur-chef des Carabins, après avoir vu son attaque à court de quelques centimètres.

Son vis-à-vis avouait qu'il aurait fait la même chose. «On parlait de moins d'un pied», a fait valoir Glen Constantin, dans le camp vainqueur. «C'est jouer avec le feu, mais je pense que j'aurais fait la même chose, j'aurais essayé de gagner le premier essai.»

Constantin très heureux

Constantin était quand même très heureux que ça n'ait pas fonctionné. Souriant comme rarement après un match de saison, le patron du Rouge et Or se réjouissait de la victoire, mais par-dessus d'avoir gagné au CEPSUM. Tant pis pour le petit point manquant qui aurait propulsé sa bande au sommet du classement. 

«On aurait aimé mieux un écart de quatre, mais l'important était de gagner. Si on doit revenir jouer ici [en séries], les gars vont savoir qu'ils peuvent gagner», a expliqué Constantin, dont l'équipe montre maintenant une fiche de 3-5 à l'UdeM depuis 2009.

Fiche identique

Dix des 12 derniers affrontements entre ces deux clubs se sont soldés par un écart de sept points ou moins, une possession. Ils ont maintenant une fiche identique de 5-1 et sont à égalité 43-43 au pointage dans leurs deux matchs l'un contre l'autre, puisque Montréal a gagné le premier duel 24-21.

Les points alloués au total de la saison régulière feront donc foi de tout, après huit rencontres. Montréal a pour l'instant le dessus 67-77. Rouge et Or et Carabins doivent bien sûr gagner leurs deux derniers matchs.

De quoi faire réfléchir Constantin. «Ça va changer notre manière de coacher dans nos deux dernières games, alors qu'on a l'habitude de faire jouer nos jeunes quand on détient une bonne avance», a-t-il prévenu, laissant entendre que ce ne sera plus le cas.

D'abord en avance 10-0, le Rouge et Or est rentré au vestiaire en retard 18-10 à la demie, après deux touchés en 38 secondes des Carabins. Montréal a inscrit 18 de ses 19 points au deuxième quart.

L'attaque lavalloise est revenuesur le terrain au troisième quart avec une séquence du tonnerre de 80 verges en cinq jeux qui a mené au majeur. Un placement de 24 verges à 1 min 31 s de la fin aura finalement fait pencher la balance.

Deux blancs comme plan

Les joueurs du Rouge et Or et des... (La Presse, Robert Skinner) - image 3.0

Agrandir

Les joueurs du Rouge et Or et des Carabins ont le même plan de match pour leurs deux dernières rencontres: ne pas accorder de points!

La Presse, Robert Skinner

Devant la perspective de devoir accorder 10 points de moins que les Carabins dans les deux derniers matchs de la saison, Vincent Desjardins a la solution idéale : «On n'accordera plus de point!»

Le plaqueur du Rouge et Or venait de vivre une fin de match très intense. Il était en première ligne pour bloquer l'ultime tentative des Carabins d'obtenir un premier essai avec 20 secondes à jouer et moins d'une verge à franchir. «Ça poussait fort!» a souri le 92, abordé sur le terrain après la victoire.

«Comme je disais aux gars, on a tout le temps bien fait sur les troisièmes essais et un. Ça s'est joué par un demi-pouce, on a tout donné. Dans ces situations-là, tu te pitches et tu espères que tu fais le jeu. C'est une combinaison du travail de tout le monde. Et que ce soit ce jeu-là ou l'interception de Marc-Olivier Simard [jugé hors lignes], on méritait cette game-là», a analysé Desjardins.

L'ailier défensif Mathieu Betts aussi était sur la scène du crime. «Rendu là, ce n'est pas une question de schéma de jeu. On savait que ç'allait être la faufilade du quart. C'était nos joueurs contre leurs joueurs. On a eu une bonne poussée de nos deux plaqueurs. Je dirais qu'on les a arrêtés à un quart de pouce, même pas. Belle fin pour un match comme ça.»

Le numéro 9 a réussi les trois sacs de l'Université Laval. Cela lui en fait quatre en six matchs, lui qui avait bouclé la dernière saison avec 12. Les Carabins ont mis le grappin sur Hugo Richard à six reprises. 

«Je suis juste content de la victoire», a ensuite soufflé Betts, lui-même de Montréal. «Peu importe si on a l'avantage du terrain en séries, qu'on les joue ici ou chez nous, peu importe la ronde, on va être là», a-t-il prédit.

L'attaque au sol des locaux a été inefficace avec 40 verges de gains nets sur 15 courses. Premier porteur de ballon des Carabins, Sean Thomas-Erlington a conclu la rencontre avec neuf verges de gains nets en sept portées. Par voie aérienne, le quart-arrière Samuel Caron a quand même réussi 27 de ses 38 passes pour 304 verges.

Parlons pression

Dans le camp des perdants, le secondeur Alex Cromer-Émond zieute le même projet que Desjardins. «S'il faut qu'on accorde zéro point jusqu'à la fin, si vous nous dites que c'est ce qu'il faut faire pour finir premiers, on va tout faire pour le faire», a répondu l'ancien du Cégep Lévis-Lauzon.

Le monsieur n'a jamais eu froid aux yeux. «Si vous trouvez que c'est de la pression, c'est correct. Moi, j'aime ça avoir cette pression-là sur mon dos. Je carbure à ça. Que ce soit au football, à l'école, dans la vie de tous les jours, j'en mange, de la pression. Et les gars, pareil. On va sortir grandis de cette défaite-là et ça augure bien pour le reste de la saison», a conclu Cromer-Émond.

La dernière victoire du Rouge et Or à Montréal, en même temps la dernière défaite à domicile des Carabins, remontait au 26 octobre 2013, par le pointage de 30-11.

Breton-Robert en vedette

Jonathan Breton-Robert... (La Presse, Robert Skinner) - image 5.0

Agrandir

Jonathan Breton-Robert

La Presse, Robert Skinner

À son premier départ universitaire, le receveur Jonathan Breton-Robert a brillé avec 108 verges cumulées sur sept passes et deux courses, mais surtout le touché qui a relancé le Rouge et Or en début de deuxième demie. «Je savais que j'étais prêt pour ce match-là et j'ai livré la marchandise», a résumé le produit collégial de Lévis-Lauzon. Son lien avec Hugo Richard a été très efficace. Le quart-arrière auteur de 277 verges de gains aériens sur 20 passes réussies en 35 regrettait toutefois ses deux interceptions et deux échappées, dont une recouvrée par l'adversaire. Il s'attendait d'ailleurs à recevoir des nouvelles du coordonnateur offensif Justin Ethier dès dimanche, à ce sujet. Mais Richard savourait surtout cette première victoire en carrière chez les Carabins. «Suffit de passer la première et les autres risquent d'être moins grosses et difficiles, mentalement du moins.» L'attaque au sol a surtout été confiée à Vincent Alarie-Tardif, avec 72 verges en 14 portées. Christopher Amoah n'a couru qu'une fois avec le ballon.

La course à trois est relancée

Avec la victoire du Vert & Or de Sherbrooke 43-17 aux dépens des Stingers de Concordia, samedi, la course à trois est relancée pour les deux dernières places en éliminatoires. Dernière Montréal et Laval à 5-1, Sherbrooke, Concordia et McGill sont 3-3. Les Stingers menaient 17-3 au milieu du deuxième quart, mais la suite a été 100 % l'affaire du Vert & Or. Isaac Lauzon a inscrit deux touchés par la course et Jean-Raphaël Moisan a capté pour 144 verges de passes, mais c'est Keith Sanscartier qui s'est le plus illustré avec deux interceptions, dont l'une retournée pour un majeur. Le quart-arrière de Concordia, Trenton Miller, a vu quatre de ses tirs être interceptés, trois en deuxième demie. Seulement 23 de ses 51 passes (45 %) ont été captées par ses coéquipiers.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer