Un match très attendu face aux Carabins

Alex Hovington tourne la page sur sa carrière... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Alex Hovington tourne la page sur sa carrière universitaire à la fin de la présente saison. Il en sera peut-être, samedi, à un dernier match au stade du CEPSUM qu'il affectionne particulièrement.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Comme la plupart de ses coéquipiers, Alex Hovington a encerclé d'un grand cercle rouge l'affrontement de samedi entre le Rouge et Or et les Carabins.

«Montréal, c'est l'adversaire contre qui on a envie de jouer», a confié le vétéran de cinquième année. «Des rencontres Laval-Carabins, ce sont toujours de bons matchs. Et après notre défaite en début de campagne, on avait déjà les yeux sur cette rencontre-là, même si on ne voulait pas regarder trop loin en avant. Avoir Montréal tout de suite après la pause, ça ne pouvait pas mieux tomber. On a vraiment hâte de disputer ce match-là.»

Difficile pour Hovington d'oublier le premier affrontement disputé au Stade TELUS-Université Laval? Le vétéran a admis que le revers de 24 à 21 lui a laissé un goût amer dans la bouche et qu'il en était de même pour ses coéquipiers en défensive. 

Mais même si l'enjeu du duel de samedi sera très grand pour les deux équipes, le demi défensif a indiqué que les Lavallois devaient ne pas voir trop loin dans le temps. Pas question de focaliser sur le résultat et ses conséquences. Les joueurs doivent plutôt se concentrer sur chaque élément de leur préparation cette semaine et samedi, lors du match, sur chaque jeu.

«Les Carabins font de belles choses sur le terrain. Et notre travail, c'est de les arrêter. En défensive, il faut se demander qu'est-ce que l'on peut faire pour aider l'équipe, comment on peut faire notre 12e. Si tout le monde fait son travail et que nous sommes synchronisés et coordonnés, ça va bien aller.»

Le compte à rebours est commencé pour Hovington, qui devra tourner la page sur sa carrière universitaire au terme de la présente campagne. Si en août, la saison lui semblait longue, il doit aujourd'hui se rendre à l'évidence qu'il ne lui reste plus que trois matchs réguliers à jouer.

«Je trouve que ça passe vite. Mais c'est une bonne chose. À mes premières saisons, je ne profitais pas de chaque moment que je vivais avec les boys dans le vestiaire, à l'entraînement ou sur le terrain. Cette année, c'est très différent. Je profite à 100 % de chaque petit truc que me procure ma carrière d'étudiant-athlète.»

L'affrontement de samedi pourrait être le dernier de Hovington au CEPSUM, un terrain qui était le sien lors de ses années avec les Spartiates du Cégep du Vieux-Montréal. Comme toujours, jouer dans le stade des Carabins lui apportera beaucoup de plaisir.

L'ambiance du CEPSUM

«Jouer au CEPSUM, avec les fans qui sont un peu superposés au terrain et le son des amateurs qui crient, c'est juste un bon moment que l'on passe là-bas. À la base, jouer au football, c'est ce que l'on aime faire. Mais quand on est au CEPSUM, avec la rivalité avec les Carabins, ça ne peut pas être mieux.

«Je m'en irai à Montréal en me disant que c'est peut-être la dernière fois que je jouerai au CEPSUM. Car on va aller là-bas en ne voulant rien de moins que de remporter le match et de s'assurer de disputer la finale à la maison.»

Appelé à analyser sa saison, Hovington a d'abord dit qu'il travaillait fort avant de vanter les coéquipiers qui l'entouraient et les entraîneurs.

«On est tellement bien préparés. Les coachs nous mettent dans des situations qui nous permettent d'avoir du succès. Marc Fortier m'impressionne. De semaine en semaine, il trouve toujours une manière de nous donner la chance de nous distinguer. Et quand je suis sur le terrain, je suis juste confiant parce que nous sommes tous prêts. Je sais ce qui va arriver. Et c'est ça qui fait toute la différence du monde. Je me sens libre et je peux m'exprimer sur le terrain.»

Hovington a conclu en disant que la défensive avait beaucoup progressé depuis le premier match de l'équipe face aux Carabins. «Je suis content car c'est toujours agréable de progresser. Mais en même temps, nous sommes encore loin d'où nous voulons être. Il nous reste encore des éléments à peaufiner.»

Un congé bénéfique

Après s'être vu accorder quatre jours de congé, les footballeurs du Rouge et Or ont poursuivi, mardi, leur préparation pour leur match de samedi face aux Carabins de Montréal. Heureux de ce qu'il a vu lors des deux derniers jours, Glen Constantin a dit qu'il n'avait jamais craint que la pause dont avaient profité ses hommes puisse avoir des effets négatifs sur sa troupe.

«Au contraire!» a lancé l'entraîneur-chef. «Ce fut un bon congé. Les gars n'avaient pas eu de pause depuis la mi-août et une certaine saturation s'était installée. C'était donc la première fois qu'ils avaient l'occasion de déconnecter. Ils avaient le mot d'ordre de décrocher et de faire le vide. Les joueurs sont revenus plus prêts, tant physiquement que mentalement. Nous avons des effectifs prêts et dispos. Et c'est ce que l'on voulait. 

«C'est certain que contrairement à certaines équipes, on n'a pas tenu les gars loin du terrain pendant toute la semaine. Ils se sont entraînés jusqu'à mercredi. Et ils ont recommencé à travailler lundi. Tout de suite, on a senti une bonne énergie.»

Atmosphère électrisée

L'entraîneur-chef n'a pas caché que le fait que le prochain match des siens aurait lieu à Montréal face aux Carabins avait aussi contribué à électriser l'atmosphère régnant au sein de son équipe. 

Et même si ses hommes ont perdu leur premier duel de la saison face aux Montréalais, Constantin a indiqué qu'il ne sentait pas que ses joueurs voyaient l'affrontement de la fin de semaine comme l'occasion de venger l'échec.

«Le match de samedi est très important pour le classement. Et c'est la raison pour laquelle nous voulons le gagner. Sauf que pour le moment, nous n'en sommes pas encore rendus à la finalité de la rencontre. Nous sommes dans notre préparation.»

Défait par les Carabins au pointage de 24 à 21 le 3 septembre, le Rouge et Or devra battre ses rivaux montréalais par au moins quatre points s'il espère prendre une option sur le championnat du calendrier régulier et de s'assurer que la finale provinciale soit jouée sur son terrain.

NOTES : Le Rouge et Or a conservé sa deuxième place au classement national. Comme la semaine dernière, ce sont les Carabins de l'Université de Montréal, seule équipe invaincue au Canada, qui sont premiers. Les Mustangs de Western, les Rams de Regina et les Dinos de Calgary complètent le top 5... Le Rouge et Or, qui tentera d'éviter le balayage cette année face aux Carabins, n'a pas subi deux revers au cours d'une même campagne depuis 2002.  

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer