Coach Chapdelaine «tasse» Calvillo

L'entraîneur-chef des Alouettes Jacques Chapdelaine (à gauche) prendra... (La Presse, Robert Skinner)

Agrandir

L'entraîneur-chef des Alouettes Jacques Chapdelaine (à gauche) prendra toutes les décisions concernant l'attaque pendant qu'Anthony Calvillo observera le jeu du haut de la galerie de presse.

La Presse, Robert Skinner

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
Montréal

On se doutait que les responsabilités du coordonnateur à l'attaque Anthony Calvillo allaient changer avec la nomination de Jacques Chapdelaine. On en a maintenant la confirmation: le nouvel entraîneur-chef des Alouettes de Montréal appellera dorénavant tous les jeux à l'attaque.

C'est ce qu'ont indiqué les deux hommes à la suite du premier entraînement dirigé par Chapdelaine, dimanche, au parc Hébert de Saint-Léonard.

«Je me sens confortable de pouvoir décider des jeux pendant le match, a expliqué le nouvel entraîneur. C'est une chose à laquelle j'ai beaucoup réfléchi. Ça n'a pas été pris à la légère. J'ai pris le temps de discuter avec Anthony et les autres entraîneurs à l'attaque.»

«Jacques et moi avons une excellente relation tout au long de la saison. Si je ne le respectais pas, je ne serais pas ici présentement», a assuré Calvillo, qui n'a pas semblé ébranlé outre mesure par cette nouvelle façon de faire.

«Nous avons une fiche de 3-9. Offensivement, nous n'avons pas connu beaucoup de succès et ils veulent essayer quelque chose de différent. Je peux accepter cela, a-t-il ajouté. Je prends l'entière responsabilité pour les insuccès de l'attaque. Je suis ici pour appuyer les joueurs, l'équipe. Mon rôle ne change pas, mais Jacques a le dernier mot maintenant.»

La façon dont Calvillo assurera ses fonctions a légèrement été modifiée, du moins, lors des matchs, puisqu'il ne se trouvera plus le long des lignes de côté. Il sera plutôt perché sur la galerie de presse, d'où il pourra seconder Chapdelaine en ayant une vue d'ensemble sur le déroulement du jeu. Calvillo continuera aussi de diriger les quarts de l'équipe.

Toutefois, mis à part quelques changements au niveau de la nomenclature «afin d'abréger l'appel», Chapdelaine n'entend pas modifier en profondeur le livre de jeux.

Rythme soutenu

Le premier entraînement de Chapdelaine s'est amorcé avec quelques minutes de retard, alors qu'il avait convié ses nouveaux protégés à une réunion d'équipe, au cours de laquelle il a pu établir ce qu'il attend de tout le monde au sein de l'organisation. «Le premier message que j'ai passé aux joueurs, c'est que tous ceux qui vont suivre vont être importants. Toutes nos décisions en tant qu'entraîneur ou joueur sont critiques. Elles auraient dû l'être davantage depuis le début de la saison; certainement, c'est l'accent qu'on veut mettre. C'est important de réaliser la situation dans laquelle nous nous trouvons. On n'a pas de temps à perdre.»

Ses joueurs ont apprécié cette entrée en matière. «Ça a mis toute l'équipe sur la même longueur d'onde dès la première minute, a noté le centre Luc Brodeur-Jourdain. Ça a été bénéfique : regardez l'entraînement [que nous avons connu]. Évidemment, c'est tout nouveau, tout beau. On verra à la longue.

«J'ai senti qu'il y avait une meilleure concentration et beaucoup plus de rapidité, a-t-il ajouté. L'entraînement a été bien détaillé en réunion : on savait à tout moment où nous allions être sur le terrain. Il n'y avait pas de place pour de la perte de temps.»

«Sans vouloir critiquer sur ce qui s'est passé avant, chaque personne fait les choses à sa façon, a dit Chapdelaine. C'est important pour moi d'avoir une structure et d'établir une direction pour les joueurs. Ce que j'ai dit aux joueurs, c'est qu'au bout du compte, on doit avoir une idée commune et un objectif commun. J'ai demandé aux joueurs d'être engagés et de comprendre et respecter le rôle de chacun.»

Cette clarté dans les rôles a été particulièrement appréciée de ses joueurs. «C'était une bonne réunion. Il a donné le ton. Il a établi ses standards, c'est ce dont nous avions besoin, a indiqué le demi inséré Nik Lewis. Tout le monde sait maintenant ce à quoi on s'attend d'eux. Si on ne satisfait pas ces demandes, il y aura des conséquences.»

«Il s'agissait de mettre notre hiérarchie football en ordre. Après un seul entraînement, on peut dire que c'est déjà bien mieux, a avancé le receveur Duron Carter. Jacques est vraiment en charge. Je compare les joueurs de football à des soldats. Nous sommes de très bons soldats, mais nous avions besoin d'un général, quelqu'un pour nous mettre sur le bon chemin.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer