1500 km en 72 heures pour le Rouge et Or

Scott Brady et Glen Constantin... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Scott Brady et Glen Constantin

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les voyages forment la jeunesse, dit-on. L'escapade du Rouge et Or jusqu'à Sackville, au Nouveau-Brunswick, ajoutera au développement des footballeurs de l'Université Laval. Mais les jeunes joueurs des Mounties de Mount Allison et leur entraîneur-chef de 29 ans y gagneront le plus. À part le match, qu'ils risquent fort de perdre.

Douleurs de croissance

Les Mounties apprennent à la dure. Leur manque de constance a déjà coûté deux victoires dans un court calendrier de huit matchs réguliers. Difficile de croire qu'ils viendraient à bout d'une puissance comme le Rouge et Or.

Encore moins avec un entraîneur-chef et un quart-arrière recrues. «Nos gars savent que Laval aligne l'un des meilleurs clubs au Canada chaque année. Mais ce n'est pas différent d'un autre match. Il faut déceler leurs tendances, identifier leurs meilleurs joueurs et essayer de les contrer», explique Scott Brady, nommé à la barre au terme de la campagne 2015.

Il remplace Kelly Jeffrey, meilleur entraîneur de foot universitaire en 2014 et maintenant coordonnateur des unités spéciales chez les Argonauts de Toronto, dans la LCF. Brady et Jeffrey discutent chaque semaine. Le second continue de prodiguer astuces et conseils à son dauphin, dynamique similaire à ce que le duo avait amorcé l'an passé.

Brady compte sur la course pour faire avancer son attaque. Le quart partant, Jakob Loucks, n'a que 18 ans. Quatre de moins que le pivot de troisième année du Rouge et Or, Hugo Richard. L'Ontarien  Loucks sort tout juste d'un high school de Buffalo.

«Jakob s'est amélioré beaucoup de la première à la deuxième semaine. Il utilise ses jambes et est capable de créer des choses à l'extérieur de la pochette», analyse Brady, à propos de l'auteur de 114 verges de gains au sol la semaine dernière. Loucks est appuyé par le porteur de ballon de 5'6'' Chris Reid, qui a cumulé 184 verges en deux matchs, tandis que leur autre bon demi offensif, Kiel Ambursley, est blessé.

Brady connaît le Rouge et Or pour l'avoir affronté comme joueur, en 2009, puis à titre d'entraîneur, en 2013. Deux revers desquels il ne garde pas rancoeur. Lui et ses collègues de Mount Allison sont venus à Québec dans les dernières années pour assister à la clinique d'entraîneurs donnée au PEPS chaque mois de mars. En plus d'avoir coaché avec Brad Collinson au sein de l'équipe canadienne des moins de 18 ans en 2014, il entretient une bonne relation avec Glen Constantin et Marc Fortier.

Bons partenaires dans la ligue

Vous ne ferez pas dire à Glen Constantin que cet aller-retour de 1500 km en 72 heures n'enrichira pas vraiment son équipe. «Il faut être des bons partenaires dans la ligue, je vais m'en tenir à ça», a commenté l'entraîneur-chef, jeudi midi, entre la séance d'entraînement matinal et le grand départ.

N'empêche que Mount Allison aligne des bons athlètes, insiste-t-il. Et même si les matchs contre les Maritimes ne sont pas de ceux «où tu progresses le plus, comme contre Montréal, tu apprends beaucoup sur le sérieux de ton équipe, l'intensité, le respect de l'adversaire. Et le fait de jouer à notre niveau! C'est toujours notre optique de s'entraîner et de jouer à notre niveau, peu importe l'adversaire».

Un adversaire qui privilégie l'attaque au sol et la pression défensive, comme en témoignent 11 sacs au dossier des Mounties en deux matchs. Constantin, lui, souhaite voir son unité offensive «ouvrir le cahier de jeux» davantage, «courir un plus à certains moments et avoir des tracés de passe plus profonds». La protection du front s'améliore, il est temps de commencer à en profiter.

Pour avoir discuté avec lui lors d'ateliers donnés à Québec par des entraîneurs des Giants de New York et des Packers de Green Bay, Constantin tient son vis-à-vis Scott Brady en haute estime. «C'est un très bon jeune coach, très structuré, très exigeant envers ses joueurs et qui connaît bien son football», dit celui qui, à 51 ans, pourrait quasiment être le père de Brady, âgé de 29 ans et plus jeune entraîneur-chef universitaire au Canada.

L'expérience d'un long voyage permet à l'esprit d'équipe de se resserrer, croit Constantin, qui ne craint pas d'incartades nocturnes de ses protégés. «Chaque joueur recrue est jumelé à un vétéran pour apprendre les rudiments du voyage, comment on voyage, nos exigences, comment se comporter, la ponctualité. Ils sont bien encadrés. Et on s'en va quand même à Sackville, pas à Las Vegas!» laisse-t-il tomber, en riant.

Le demi de coin Raphaël Robidoux et l'ailier défensif Marc-Antoine Ouellet effectuent un retour au jeu après deux matchs d'absence.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer