Remontée historique des Chiefs

Généralement peu démonstratif, le quart-arrière Alex Smith a... (AP, Ed Zurga)

Agrandir

Généralement peu démonstratif, le quart-arrière Alex Smith a montré sa joie au public réuni au Arrowhead Stadium. Le passeur des Chiefs de Kansas City avait inscrit quelques instants plus tôt le touché vainqueur sur une course de deux verges en prolongation, couronnant une spectaculaire remontée.

AP, Ed Zurga

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Kansas City

Alex Smith, en sortant d'une pile de joueurs qui s'était amassée sur lui dans la zone des buts, s'est dressé sur ses jambes et poussé un grand cri de joie.

Généralement calme, le quart-arrière des Chiefs de Kansas City s'est laissé submerger par l'émotion, résultat de la plus importante remontée en deuxième demie en 56 ans d'histoire de l'équipe. 

Smith a amassé des gains aériens de 363 verges et lancé deux passes de touché, en plus de marquer lui-même le touché gagnant en prolongation sur une course de trois verges, permettant à son équipe d'effacer un déficit de trois touchés dans un gain de 33-27 contre les Chargers de San Diego. 

«Il y avait beaucoup d'émotion dans l'air à la fin du match», a souligné le passeur des Chiefs, souriant. 

Kansas City a ouvert la machine alors que San Diego, en avance 24-3 au troisième quart, semblait se diriger vers un gain facile. C'est à neuf minutes de la fin du quatrième quart que la remontée a commencé à paraître réelle, lorsque Smith a rejoint Jeremy Maclin sur une distance de 19 verges pour réduire l'écart à 27-17. 

Cairo Santos a ensuite ajouté un placement de 33 verges, avant que Spencer Ware ne crée l'égalité grâce à une course payante de cinq verges. 

Après avoir gagné le tirage au sort avant la prolongation, les Chiefs n'ont jamais laissé la chance aux Chargers de toucher au ballon, traversant 75 verges en 10 jeux, séquence culminant avec le plongeon de deux verges de Smith dans la zone payante. 

«Au cours d'une saison, il y a des rencontres comme ça qui vont te forcer à montrer ton caractère et ta détermination», a mentionné l'entraîneur des Chiefs, Andy Reid. «Je suis fier de mes joueurs, ils ont eu confiance les uns aux autres.»

Incapables d'en finir

Du côté des Chargers, Melvin Gordon avait volé la vedette en première demie en inscrivant les deux premiers touchés au sol de sa carrière. Philip Rivers, qui a terminé la journée avec 243 verges de gains, semblait à son aise alors que San Diego a marqué des touchés à ses trois premières possessions de la rencontre. Toutefois, la troupe de Mike McCoy a été incapable de générer une séquence qui aurait pu sortir les locaux du match, permettant ainsi aux Chiefs de remporter un 11e gain de suite en saison régulière. 

«Nous n'avions pas le droit de les laisser revenir dans le match. Nous n'avons pas été capables d'en finir», a relevé le bloqueur Joe Barksdale said. «Tout le monde qui a vu le match peut dire que c'est inacceptable d'échapper une avance de 24-3.» 

En plus d'avoir perdu la rencontre, il semblerait que les Chargers ont perdu un morceau important de leur attaque, alors que le receveur Keenan Allen a dû quitter le match au deuxième quart, lui qui s'est tordu le genou. Allen, dont la blessure semble sérieuse, avait alors 6 attrapés et 63 verges de gains à son actif. 

Controverse d'avant-match

Avant la rencontre, en cette journée commémorant le 15e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, le demi de coin des Chiefs, Marcus Peters, a arboré un gant noir et répété le salut qu'avaient fait Tommie Smith et John Carlos aux Jeux olympiques de México, en 1968. 

Peters a expliqué que c'était pour supporter Colin Kaepernick qu'il avait agi de la sorte. Le quart des 49ers de San Francisco refuse, depuis le début des matchs préparatoires, de se lever pendant l'hymne national afin de protester contre les injustices contre la communauté noire aux États-Unis.

«Je supporte Colin et ses actions. Mon entraîneur m'a dit qu'il était d'accord pour me laisser exprimer mes opinions, alors je l'ai fait», a mentionné le joueur de deuxième année, qui a grandi dans la région d'Oakland.

Osweiler réussit son entrée texane

Le quart des Bears, Jay Cutler, s'est fait... (AP, Eric Christian Smith) - image 3.0

Agrandir

Le quart des Bears, Jay Cutler, s'est fait plaquer derrière la ligne de mêlée à cinq reprises dans la défaite des siens à Houston, dimanche. Whitney Mercilus (59) a réussi deux sacs pour les Texans.

AP, Eric Christian Smith

Brock Osweiler a amassé 231 verges et lancé deux touchés à ses débuts avec sa nouvelle équipe, les Texans de Houston, qui l'ont emporté 23-14 sur les Bears de Chicago, dimanche.

Osweiler, qui a signé un contrat de 72 millions $ au cours de la saison morte, a complété des passes à huit receveurs différents, menés par la recrue Will Fuller (107 verges et 1 touché), qui est devenu le premier joueur dans l'histoire de la concession à enregistrer au moins 100 verges à ses débuts. DeAndre Hopkins a ajouté 54 verges et un majeur tandis que le demi offensif Lamar Miller a récolté 106 verges au sol à son premier match avec les Texans.

«Je crois qu'il [Osweiler] représente tout ce que nous espérions de lui», a déclaré le propriétaire des Texans, Bob McNair, satisfait de sa nouvelle acquisition.

«Il n'y a rien eu de parfait dans ce match, mais nous avons continué à jouer et nous avons réussi les gros jeux lorsque nous en avions besoin», a ajouté Osweiler.

La journée de celui qui a quitté les Broncos de Denver après le dernier Super Bowl s'est amorcée avec un faux pas lorsqu'il a lancé une interception à sa première séquence, mais il a rapidement trouvé son rythme.

Les Texans tiraient de l'arrière par un point à l'aube du quatrième quart avant que le quart de 6'8'' ne repère Fuller sur une courte passe. Ce dernier a franchi 18 verges pour porter la marque à 20-14 avec un touché. Nick Novak ajouté un placement de 38 verges plus tard pour compléter le pointage.

Jay Cutler a amassé 216 verges par la passe avec un touché et une interception, mais il a aussi encaissé cinq sacs - dont deux de la part de Whitney Mercilus. 

«Nous avons connu des ennuis en deuxième demie quand nous avons eu besoin de jouer du football de rattrapage. Nous devions lancer des passes pour combler l'écart, a déclaré l'entraîneur des Bears, John Fox. Ils sont talentueux et lorsque vous devenez unidimensionnels, ça devient problématique pour tout le monde.»

J.J. Watt n'a pas semblé être limité par sa blessure au dos. Le joueur défensif en titre n'a cependant pas été aussi efficace qu'à l'habitude et a eu de la difficulté à gérer le garde gauche Josh Sitton.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer