Rouge et Or: des réponses sur le front

À sa quatrième saison avec le Rouge et... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

À sa quatrième saison avec le Rouge et Or, Jean-Simon Roy fait figure de vétéran sur la ligne offensive étant le seul du lot à avoir déjà été partant avant 2016.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Avec trois partants perdus aux pros et un quatrième à la retraite, la ligne offensive constituait le plus gros point d'interrogation à l'aube de la nouvelle saison du Rouge et Or football. Et des réponses ont émergé dès la première semaine, positives.

«Tout le monde se demandait si on allait être bons. Maintenant, il nous reste à maintenir ça toute l'année», affirme le bloqueur à gauche Jean-Simon Roy, à la veille du deuxième match de la saison samedi après-midi (15h), face aux Stingers à l'Université Concordia.

À sa quatrième campagne universitaire, Roy fait figure de vétéran du groupe étant le seul du lot à avoir déjà été partant avant 2016. Le grand numéro 68 ne manque pas de confiance. Même si on dit son unité jeune et affaiblie par rapport aux années passées.

«Tant mieux si les autres équipes pensent en profiter, on aime relevé les défis. On dit que notre ligne est jeune, mais en réalité, il n'y a qu'une seule recrue, Samuel Lefebvre. Les autres se sont tous entraînés dans ce système de jeu depuis au moins un an et ils ont vu et analysé plein de matchs», insiste Roy.

«Dans une autre équipe, Francis Chabot aurait pu être partant dès l'an dernier. Louis-Gabriel Beaudet est un peu tombé dans l'oubli durant ses premières années, mais pendant ce temps-là, il a assimilé plusieurs jeux et situations de match.»

Joueur de quatrième année, sa troisième d'admissibilité, Beaudet prend le centre, flanqué des deux Samuel comme gardes, la recrue Lefebvre et le deuxième année Thomassin, tandis que Chabot, aussi à entré à l'UL en 2015, bloque l'extrémité droite de la ligne offensive.

Lefebvre parle d'une même arme rechargée avec de nouvelles munitions, tout simplement. Les conseils de mentors comme Roy et Beaudet conjugués à l'immense expertise d'un entraîneur de position comme Carl Brennan le rend chaque jour plus à l'aise dans son rôle.

Contre les Stingers, il aura entre autres à l'oeil le plaqueur Samuel Narkaj, qui «bouge très bien pour sa grosseur».

«On était plus prêts»

Roy assure que le quintette n'a pas à pâlir des comparaisons avec leurs prédécesseurs. Sur la défaite de 24-21 de samedi dernier contre Montréal, il estime que l'attaque du Rouge et Or a malgré tout connu davantage de succès par la course face aux Carabins que par les années passées, surtout en première demie.

«On a plus réussi à s'imposer physiquement que d'habitude. On était plus prêts. On n'avait pas besoin de réfléchir, juste de foncer.» Ses coéquipiers ont fait preuve d'un calme exemplaire tout au long de la rencontre, dit-il, l'unité se montrant en possession de tous ses moyens. «Tout le monde savait où on s'en allait», résume le gaillard de 6' 3'' et de 285 livres.

Mais la perfection est encore loin, Roy en convient. Le retour du vestiaire samedi, après la mi-temps, a été pénible. Le Rouge et Or a connu un début de troisième quart difficile, laissant les Carabins inscrire 10 points sans réplique.

«Il faut ressortir plus fort au troisième quart. Les 10 premières minutes de la deuxième demie dictent la fin du match. L'attaque n'a pas livré la marchandise autant en deuxième demie», avoue-t-il.

Le personnel d'entraîneurs du Rouge et Or a apporté cinq changements à son alignement. Le plus important, le retour au jeu du vétéran Félix Faubert-Lussier. Le receveur intérieur est enfin remis d'une blessure à la cuisse subie au camp d'entraînement professionnel des Tiger-Cats de Hamilton, en juin.

Une heure qui coûte cher

Une heure. Si le match du Rouge et Or aujourd'hui s'était tenu une heure plus tard, soit 16h au lieu de 15h, le club de l'Université Laval aurait épargné souper, couché et déjeuner pour une soixantaine de personnes à Montréal. Les deux autocars de l'équipe auraient plutôt quitté Québec samedi matin, au lieu de vendredi après-midi. D'aucuns souligneront que l'heure normale d'un match à Concordia est 14h, quand la télé ne s'en mêle pas. C'est à la demande de TVA Sports que le duel Rouge et Or/Stingers a été placé à 15h, entre les affrontements préparatoires Finlande/Suède et Canada/États-Unis (19h) de la Coupe du monde de hockey, difficiles à déplacer.

Les Carabins écrasent les Gaiters 61-0

Les Carabins de Montréal (2-0) ne se sont pas embarrassés des Gaiters de Bishop's (0-2), vendredi soir, dans un massacre en règle de 61-0. Maîtres chez eux plus que jamais et campés au sommet du palmarès des meilleures formations au pays, les loups du CEPSUM ont attaqué leurs proies dès le départ avec des points sur six de leurs sept premières séries offensives, dont quatre touchés. Simple : Bishop's a été complètement dominé dans toutes les phases du jeu, dont 520 (311 air, 232 sol) contre 48 (55 air, 33 sol) pour les verges nettes amassées. Le quart Samuel Caron a compilé 216 verges de gains aériens et deux passes de touché en une demie de travail grâce à 16 passes captées sur 19 (84 %). Son remplaçant, Pierre-Luc Varhegyi (6 en 7, 95 v, 2 pdt), en a ajouté, mais sans exagérer. Chez les Gaiters, l'ancien pivot du Cégep Limoilou Mathieu Demers (5 en 9, 28 v, 1 int) et son acolyte Jaeden Marwick (3 en 8, 27 v) n'ont rien fait qui vaille. Mauvaise nouvelle toutefois dans le camp montréalais, le principal porteur Sean Thomas-Erlington s'est blessé à la cheville droite au premier quart.  Olivier Bossé

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer