Rouge et Or: Daniel Tshiamala comblé

«Je suis né prêt. Le football, c'est le... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

«Je suis né prêt. Le football, c'est le football. Aujourd'hui je suis prêt, demain je serai prêt. Hier, j'étais prêt», a affirmé le secondeur du Rouge et Or Daniel Tshiamala, mercredi.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Daniel Tshiamala avait le sourire facile, mercredi, après l'entraînement du Rouge et Or.

Le secondeur venait d'apprendre que Sport interuniversitaire canadien (SIC) acceptait sa demande de compassion. Il pourra donc jouer sous les ordres de Glen Constantin pour les deux prochaines saisons.

Habituellement, un athlète qui change d'université doit attendre un an avant de porter les couleurs de sa nouvelle maison d'enseignement. Mais Tshiamala a perdu ses deux parents en l'espace de trois mois, à l'automne 2014. Sa mère a d'abord succombé à un cancer du foie à seulement 47 ans. Puis son père à une crise cardiaque. Il avait 54 ans.

En s'amenant à l'Université Laval depuis l'Université St. Francis Xavier (Nouvelle-Écosse), le natif du Congo souhaitait se rapprocher de sa famille. Sa soeur aînée et son frère de 11 ans habitent Ottawa.

«Je suis vraiment comblé. J'ai laissé tout à Dieu. Il a fait ce qu'il voulait faire», a d'abord dit le sympathique athlète, qui risque de jouer dès samedi soir, contre les Carabins.

Il assure être prêt pour l'action, même s'il a vécu les dernières semaines dans l'incertitude. «Je suis né prêt. Le football, c'est le football. Aujourd'hui, je suis prêt, demain, je serai prêt. Hier, j'étais prêt», a-t-il affirmé avec un grand sourire.

Les Carabins manquent d'humilité

Le nouveau Rouge et Or a déjà lancé ses premières pointes en direction de l'ennemi montréalais. Les joueurs des Carabins manquent d'humilité sur le terrain, selon le footballeur de 22 ans, qui a joué au CEPSUM en 2014.

«Je n'aime pas beaucoup Mont-réal. J'espère qu'ils vont l'entendre, je veux leur faire savoir. [...] Ils parlent beaucoup, comme s'ils avaient gagné le Superbowl. J'ai joué contre Laval l'an passé ici, et ils étaient humbles. On voyait le respect.» Le Rouge et Or avait pourtant gagné ce match 64-0.

Tshiamala n'est pas le dernier venu. Il a été nommé dans l'équipe d'étoiles de la Conférence atlantique pour la saison 2015. Avec ses 6'1'' et ses 235 livres, il ajoute aussi du poids et de la vitesse dans l'unité défensive lavalloise.

Samedi, il aura le soutien des milliers de spectateurs au Stade Telus, mais aussi celui de «deux anges qui sont derrière moi, qui me protègent à chaque fois».

Maciocia ne croit pas au titre de favori

«Je n'ai jamais compris c'est quoi, être favori.» Voilà comment a répliqué Danny Maciocia à Glen Constantin, mercredi. La veille, l'entraîneur-chef du Rouge et Or de l'Université Laval avait concédé le titre de favori aux Carabins, sans cacher vouloir ainsi mettre la pression sur ses adversaires. «Ça fait parler dans les médias, ça donne de bonnes histoires», a ajouté le coach des Montréalais, mercredi.

«Moi, j'ai été à quatre Coupes Grey. Les deux fois où on était favoris, on a perdu. Les deux fois où on n'était pas favoris, on a gagné», a rappelé Maciocia pour illustrer le peu d'importance qu'il accorde à ce statut. «La réalité, c'est qu'on a deux excellentes équipes qui se respectent beaucoup et qui vont tout faire pour gagner. Il y a beaucoup de facteurs en jeu.»

Pause salutaire pour Samuel Caron

Originaire de Lévis, Samuel Caron pourrait être le... (Fournie par les Carabins) - image 4.0

Agrandir

Originaire de Lévis, Samuel Caron pourrait être le quart-arrière partant des Carabins, samedi, contre le Rouge et Or.

Fournie par les Carabins

À pareille date l'an dernier, Samuel Caron remettait sa carrière de footballeur en question. Après deux saisons avec les Carabins de l'Université de Montréal, il revenait dans sa région natale de Québec, histoire de faire le point sur son avenir... Il a bien réfléchi. Tellement que samedi, contre le Rouge et Or, Caron pourrait être le quart-arrière partant des visiteurs, devant quelque 15 000 personnes au Stade Telus de l'Université Laval. Un retour sous le signe d'une «énergie renouvelée», lance le principal intéressé.

L'entraîneur-chef des Montréalais, Danny Maciocia, n'a toutefois pas voulu confirmer mercredi lequel des quatre quarts-arrières présents au camp d'entraînement sera du premier jeu, samedi soir, lors du match inaugural de la saison 2016 du football universitaire québécois. En plus d'occuper un poste-clé, l'heureux élu remplacera officiellement Gabriel Cousineau, pilier des Carabins au cours des cinq dernières saisons.

Partant ou non, Caron pourra profiter du moment pour contempler le chemin parcouru dans les derniers mois. «Après la saison 2014, je me questionnais. J'avais besoin de prendre du temps pour moi. Ça faisait plusieurs années que je jouais au football. Et ça n'a pas été facile de quitter la famille. Mais quand j'ai décidé de revenir [à Montréal], c'était à 100 %», a raconté mercredi l'ancien des Faucons du Cégep Lévis-Lauzon.

Ce retour s'est fait en janvier dernier, quelques semaines après la défaite des Carabins en finale de la Coupe Vanier, à Québec. En renfilant le maillot bleu, Caron visait le poste de partant. Mais il devait d'abord démontrer à tout le monde que ses doutes étaient chose du passé.

«Je voulais prouver à toute l'équipe que j'étais là à 100 %. Je crois que j'ai réussi à gagner la confiance de mes coéquipiers», indique l'étudiant en génie civil.

Commentaires élogieux

L'état-major des Carabins a «compris et respecté» la décision de partir de Caron, explique Danny Maciocia. Si l'on se fie aux commentaires élogieux du coach à son endroit, le numéro 4 a même bien fait de prendre une pause.

«Il a beaucoup plus de confiance cette année que dans les années précédentes. Il compétitionne tous les jours, il est aimé de tout le monde dans le vestiaire. C'est un jeune homme très heureux», a dit Maciocia, ajoutant que les ponts n'avaient jamais été vraiment coupés entre Caron et les Carabins.

L'athlète de 23 ans a démontré sa belle forme lors d'un match présaison contre les Golden Hawks de Wilfrid Laurier, samedi dernier. Dans ce triomphe de 37-33 des Carabins, il a complété 18 de ses 26 passes pour des gains de 239 verges. Tout ça en étant remplacé au troisième quart.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer