James Harrison ne veut pas rencontrer la NFL

Le secondeur des Steelers de Pittsbugh James Harrison... (Archives AP)

Agrandir

Le secondeur des Steelers de Pittsbugh James Harrison

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dan Scifo
Associated Press
Latrobe, Pennsylvanie

Le secondeur des Steelers de Pittsbugh James Harrison ne veut pas être suspendu, mais dit n'avoir aucun intérêt à rencontrer des représentants de la NFL.

Le vice-président de la politique du travail et des affaires de la NFL, Adolpho Birch, a envoyé une lettre à l'Association des joueurs de la NFL, lundi, dévoilant l'intention de la ligue de suspendre Harrison, Clay Matthews et Julius Peppers, des Packers de Green Bay, ainsi que le joueur autonome Mike Neal s'ils ne discutent pas avec elle avant le 25 août.

Harrison a clairement fait savoir mardi qu'il n'était pas intéressé.

«Je ne vais pas répondre à des questions (à chaque fois que quelqu'un dit quelque chose), a-t-il affirmé mardi. Parce que si c'est le cas, quelqu'un pourrait aller sur la place publique et dire que James Harrison est un pédophile. Est-ce qu'ils vont me suspendre et vouloir me questionner parce que quelqu'un a dit cela?»

Imiter Brady

Afin d'éviter une suspension, le secondeur des Steelers se dit prêt à imiter le quart des Patriots de la Nouvelle-Angleterre Tom Brady, qui s'est opposé à sa suspension de quatre matchs liée au scandale des ballons dégonflés pendant 18 mois - se rendant presque devant la Cour suprême des États-Unis - avant de finalement changer son fusil d'épaule.

En juin dernier, Harrison avait dit qu'il était prêt à être questionné uniquement si la rencontre se tenait à son domicile et que le commissaire Goodell était présent. Cette offre est toujours en vigueur.

«Comme j'ai déjà dit, je n'ai pas de problème avec la rencontre, a-t-il dit. Venez chez moi et assurez-vous que Roger soit avec vous.»

De son côté, l'entraîneur des Steelers, Mike Tomlin, n'a pas voulu se mêler de cette situation délicate.

«Cela n'a rien à voir avec nous, a-t-il lancé. C'est entre lui, (l'Association des joueurs) et la ligue.»

Les pouvoirs de Roger Goodell lui permettant de punir des joueurs font l'objet de tensions entre les représentants des joueurs et la NFL depuis quelques années.

La situation de Brady en Nouvelle-Angleterre ainsi que le dossier du porteur de ballon des Vikings du Minnesota Adrian Peterson, qui contestait sa suspension découlant d'allégations de violence faite aux enfants, en sont deux exemples.

À Green Bay, Matthews et Peppers n'ont pas voulu s'adresser aux journalistes, mardi. Le directeur général des Packers, Ted Thompson, a toutefois affirmé que l'équipe comptait soutenir ses joueurs, sans commenter davantage.

La NFL avait prévenu les joueurs concernés de son enquête le 11 janvier dernier à la suite d'un reportage de la chaîne Al-Jazeera sur l'utilisation de produits dopants, évoquant entre autres le nom des quatre secondeurs de la NFL.

Le nom de Peyton Manning avait également été cité, mais l'ancien quart-vedette des Broncos de Denver avait été blanchi après avoir rencontré des représentants de la NFL en plus de fournir les documents demandés par la ligue.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer