Vaillancourt et Gagnon ne joindront pas les Giants

Charles Vaillancourt... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Charles Vaillancourt

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Charles Vaillancourt et Philippe Gagnon n'auront pas réussi à convaincre les Giants de New York de leur offrir un contrat au terme du mini-camp auquel les deux joueurs du Rouge et Or ont participé, en fin de semaine.

La déception était toutefois loin de ravager Vaillancourt, qui savait d'emblée que la formation new-yorkaise affichait complet avec 15 joueurs de ligne offensive déjà sous contrat. D'ailleurs, personne à cette position n'est reparti de New York avec une entente en poche. «On a toujours un peu d'espoir quand on va là-bas. Mais ça me prépare encore plus pour le prochain. J'ai vécu l'intensité des pratiques, l'intensité des meetings...»

Car Vaillancourt aura une autre chance de se faire valoir devant une équipe de la NFL. Les Raiders d'Oakland l'ont aussi invité à leur mini-camp, qui aura lieu du 13 au 15 mai. «Je sais un peu plus à quoi m'attendre», dira le garde de 6'4'' et 315 livres pendant son entretien avec Le Soleil.

Ces camps sont courts, d'où leur nom, mais leurs journées sont chargées et exigeantes. À New York, Vaillancourt, Gagnon et compagnie se levaient aux aurores et passaient 13 heures au centre sportif où se déroulait l'activité.

Difficile d'imaginer que ce sera plus facile à Oakland. Mais Vaillancourt croit davantage en ses chances d'être retenu : il reste chez les Raiders un poste de joueur de ligne offensive à pourvoir. De plus, certains des athlètes sous contrat à sa position n'ont signé que tout récemment, contrairement à New York.

Repêchage de la LCF

D'ici là, toutefois, il y aura le repêchage de la Ligue canadienne de football (LCF). Dans le dernier classement des espoirs publié par la LCF, Vaillancourt occupait le sixième rang, tandis que Gagnon pointait au neuvième. Leur coéquipier Jason Lauzon-Séguin devrait aussi trouver preneur ce soir-là, lui qui est classé 17e.

Les Alouettes de Montréal parleront en deuxième. «C'est sûr et certain» que Vaillancourt aimerait entendre son nom prononcé par l'équipe montréalaise. Il pourrait ainsi jouer près de la maison familiale, à Coaticook. Mais peu importe qui le sélectionnera et à quel rang cette équipe le fera, ajoute-t-il. Vaillancourt espère d'abord se retrouver au sein d'une formation qui a vraiment besoin de lui.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer