«Deflategate»: Brady devra purger sa suspension

Ce jugement pourrait alimenter la controverse sur le... (AFP)

Agrandir

Ce jugement pourrait alimenter la controverse sur le rôle, le cas échéant, que le quart-arrière et grande vedette de la NFL Tom Brady a joué dans l'utilisation de ballons sous-gonflés lors de la finale de l'Association américaine en janvier 2015.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
New York

La Cour d'appel fédérale a jugé que le quart-arrière des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, Tom Brady, doit purger une suspension de quatre matchs imposée par la NFL en lien avec le scandale des «ballons dégonflés».

Ce jugement renverse la décision d'un juge d'une juridiction inférieure et se range du côté de la Ligue dans ce différend avec l'Association des joueurs. La deuxième Cour d'appel de district a rendu cette décision, lundi, à New York. Ce jugement rendu par trois juges pourrait mettre fin à un long débat juridique au sujet d'une affaire qui a alimenté pendant des mois les discussions concernant la pression d'air des ballons et la réputation de l'une des meilleures équipes de la Ligue.

Il est également susceptible d'alimenter de nouveau la controverse sur le rôle, le cas échéant, que la grande vedette de la NFL a joué dans l'utilisation de ballons sous-gonflés lors de la finale de la Conférence américaine en janvier 2015. Les Patriots l'ont remporté 45-7 contre Indianapolis et ils ont ensuite triomphé au Super Bowl.

Cet appel faisait suite à une décision du juge Richard Berman, en septembre, qui allait à l'encontre de la position de la Ligue et annulait la suspension de Brady.

Le commissaire de la NFL, Roger Goodell, a soutenu que la suspension était méritée.

Le comité de trois juges a donné raison à la NFL à deux contre un, affirmant que la sanction disciplinaire était en harmonie avec la convention collective et que Brady avait été traité équitablement. 

Le juge dissident troublé

Le juge en chef Robert Katzmann a exprimé une opinion dissidente. «Je suis troublé par la décision du commissaire de maintenir la suspension sans précédent de quatre matchs, a déclaré Katzmann. Le commissaire n'a même pas envisagé une sanction alternative très pertinente.»

La Cour d'appel a ainsi rendu sa décision bien avant le début de la saison 2016, évitant la tension survenue l'an passé quand Brady n'a appris qu'une semaine avant le début de la saison qu'il pouvait jouer le premier match des Patriots.

Lors des arguments oraux en mars, les juges de la Cour d'appel ont semblé sceptiques devant les arguments présentés par l'Association des joueurs de la NFL au nom de Brady.

Le juge Denny Chin avait déclaré que la preuve de falsification des ballons était «convaincante, sinon écrasante» et qu'il y avait des preuves que Brady «le savait, y a consenti, l'a encouragée».

La Ligue a argumenté qu'il était équitable pour Goodell de sanctionner sévèrement Brady après avoir conclu que le numéro 12 avait entaché la réputation du sport en faisant entrave à l'enquête de la NFL avec la destruction d'un téléphone cellulaire contenant près de 10 000 messages.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer