Des Packers plus énergiques, plus rapides

L'attaque sans caucus a aidé Green Bay et... (AP, Mark Tenally)

Agrandir

L'attaque sans caucus a aidé Green Bay et Aaron Rodgers à renverser la vapeur et à signer une convaincante victoire de 35-18 sur Washington lors de la première ronde des séries de la NFL.

AP, Mark Tenally

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Green Bay

À leur meilleur contre les Redskins de Washington, les Packers de Green Bay retournaient rapidement à la ligne de mêlée, dimanche, après avoir réussi le jeu précédent et ils étaient déjà prêts à remettre le ballon en jeu, tenant ainsi la défensive adverse sur le qui-vive.

Aucun doute que l'attaque sans caucus a aidé Green Bay à renverser la vapeur et à signer une convaincante victoire de 35-18 sur Washington lors de la première ronde des séries de la NFL. Un boni pour la confiance des joueurs des Packers qui se mesureront maintenant aux Cards de l'Arizona, samedi soir.

«Nous aimons bouger rapidement le ballon», a déclaré l'ailier espacé des Packers, James Jones. «Nous sommes difficiles à arrêter quand on réussit à imposer notre rythme.» 

Dans le passé, cela a souvent été le cas avec l'entraîneur Mike McCarthy appelant les jeux et le quart-arrière Aaron Rodgers prenant place derrière le centre.

L'absence de Nelson

Mais les données ont changé cette année en raison de l'absence de Jordy Nelson, blessé au genou pendant le calendrier présaison, et des ennuis éprouvés par une attaque au sol incapable de prendre la relève. L'attaque autrefois productive des Packers a ainsi éprouvé toutes sortes d'ennuis à inscrire des points au tableau indicateur pendant la majeure partie de la deuxième moitié de la saison.

Malgré des poussées offensives orchestrées en fin de match à domicile, les Packers se sont inclinés devant les Lions de Detroit, les Bears de Chicago et les Vikings du Minnesota. Ils ont toutefois pris leur revanche sur les Lions, le 3 décembre, quand Richard Rodgers a capté la passe désespérée de 61 verges lancée par Aaron Rodgers sur le dernier jeu du match dans une spectaculaire victoire de 27-23.

Beaucoup plus d'entrain

Dimanche, contre Washington, les Packers ont réussi à inscrire plusieurs points après un premier quart difficile. En retournant rapidement à la ligne de mêlée, Rodgers a surpris les membres de la défensive des Redskins à quelques reprises, dont un jeu qui a résulté en un touché de Randall Cobb sur une passe de 12 verges au deuxième quart.

Après quelques relais précis de Rodgers, l'attaque au sol des Packers a décollé à son tour, causant encore plus de maux de têtes à la défensive des Redskins. Soudainement, les joueurs des Packers semblaient avoir fait le plein d'énergie. «C'est de cette façon que nous préférons jouer», a précisé McCarthy.

Le travail du quart-arrière des Packers a été facilité par la tenue de la ligne à l'attaque, dont la priorité est de protéger Rodgers. Et quand le synchronisme ne fait pas défaut, Rodgers n'a habituellement pas besoin de beaucoup de temps pour repérer ses receveurs de passes. 

Pour l'instant, les Packers doivent trouver une façon de répéter leurs exploits de la semaine dernière face aux Cards de l'Arizona, qui les ont écrasés 38-8, il y a à peine trois semaines. Lors de ce duel à sens unique, les Cards ont réussi neuf sacs aux dépens des deux quarts utilisés par Green Bay, en plus de complètement dominer sur le plan offensif, franchissant 381 verges contre seulement 178 pour les Packers.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer