Les Steelers souffrent et gagnent

Chris Boswell a réussi un placement de 35... (AP, Frank Victores)

Agrandir

Chris Boswell a réussi un placement de 35 verges avec 14 secondes à faire et les Steelers ont réussi à se sauver avec une victoire de 18-16, samedi.

AP, Frank Victores

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Cincinnati

Les Steelers ont souffert pour poursuivre leur route en séries lorsqu'ils ont vaincu les Bengals 18-16 grâce à un botté de placement avec 14 secondes à faire au match, samedi à Cincinnati.

Les Bengals se dirigent donc vers une autre longue saison morte après un effondrement aussi catastrophique que complet. Ils semblaient pourtant en voie de signer leur première victoire éliminatoire en 25 ans.

Menant 15-0, les Steelers étaient en contrôle du match jusqu'au dernier jeu du troisième quart lorsque Ben Roethlisberger a semblé se blesser à l'épaule après avoir été victime d'un sac de Vontaze Burfict. «Big Ben» été transporté en voiturette vers le vestiaire pour être examiné.

Les Bengals ont ensuite marqué 16 points sans réplique et ont intercepté une passe de Landry Jones avec moins de deux minutes à faire au match. Jeremy Hill a toutefois échappé le ballon pour redonner une chance aux Steelers, qui ont ramené Roethlisberger aux commandes.

Pittsburgh s'est mis en bonne position pour le placement après deux pénalités de 15 verges aux Bengals, dont une à Burfict pour avoir frappé sournoisement Antonio Brown. De la ligne de 35 verges, Chris Boswell n'a pas raté son coup lorsqu'il a réussi son quatrième placement du match.

Les Steelers ont signé leur première victoire éliminatoire depuis le match de championnat de l'Association américaine de 2010. Ils ont maintenant rendez-vous avec les Broncos dimanche prochain, à Denver. 

Quant aux Bengals, il faut remonter au 6 janvier 1991 pour retracer leur dernière victoire éliminatoire, contre les Oilers de Houston. Ils ont perdu 20 de leurs 29 derniers affrontements contre les Steelers, qui ont gagné 15 de leurs 18 matchs au Paul Brown Stadium depuis son ouverture, en 2000.

Knile Davis a ramené le botté d'envoi sur... (AP, Eric Christian Smith) - image 2.0

Agrandir

Knile Davis a ramené le botté d'envoi sur 106 verges pour donner les devants aux Chiefs dès la 11e seconde et donner le ton à une victoire de 30-0 contre les Texans, à  Houston. 

AP, Eric Christian Smith

Comme des chefs!

Après 22 ans sans signer une victoire en éliminatoires, les Chiefs étaient déterminés à ne pas céder les devants cette fois.

Kansas City a inscrit assez de points pour gagner après avoir pris les devants 7-0 au cours des 11 premières secondes du match. Ils ont aussi appliqué une pression constante pour causer cinq revirements et l'emporter 30-0 face aux Texans de Houston, samedi. Le Québécois Laurent Duvernay-Tardif n'a pu savourer la victoire puisqu'il a subi une commotion cérébrale au deuxième quart, ce qui l'a contraint à quitter la rencontre.

Cette fois, les Chiefs ont  été assez intelligents pour ne pas lâcher par la suite, eux qui ont bousillé une avance de 28 points dans une défaite aux mains des Colts d'Indianapolis à leur dernière apparition en éliminatoires, en 2013. «Ce qui nous est arrivé il y a quelques années, tout le monde s'en souvient, y compris les entraîneurs. Notre mentalité était de finir le travail», a déclaré le quart-arrière Alex Smith. «La mentalité ne change pas.»

Ils ont terminé le travail rapidement contre les Texans et ont forcé les amateurs à huer leurs favoris dès le deuxième quart. Brian Hoyer a connu le pire match de sa carrière avec quatre interceptions et un échappé. La défensive des Texans leur a permis de demeurer dans le match en première demie, mais J.J. Watt a quitté en raison d'une blessure au troisième quart, Jadeveon Clowney n'a jamais enfilé son uniforme et les Chiefs ont été en mesure de sceller l'issue de la rencontre en deuxième demie.

Les Chiefs ont prolongé à 11 leur séquence de victoires et feront face aux Patriotes, samedi prochain en Nouvelle-Angleterre. «Nous voulions dominer», a indiqué le demi de sûreté Eric Berry. «En ce moment, nous sommes prêts pour la semaine prochaine.»

Hoyer malmené

Sur le botté d'envoi, Davis a obtenu trois bons blocs aux environs de la ligne de 10 verges et a ensuite semé ses poursuivants pour inscrire le deuxième plus long retour de botté d'envoi (106 verges) dans l'histoire des séries éliminatoires. En 2014, Jacoby Jones avait ramené le ballon sur 108 verges lors de la victoire de 34-31 des Ravens de Baltimore contre les 49ers de San Francisco.

«C'était très gros. Ç'a donné le ton», a commenté Davis. «Ça a fait taire tout le monde et les gars se sont calmés.»

La défensive a ensuite fait sa part en malmenant Brian Hoyer pour le forcer à commettre un échappé et trois de ses quatre interceptions avant la mi-temps et aider les Chiefs à prendre une avance de 13-0.

«J'ai pris quelques mauvaises décisions qui ont fait mal à l'équipe», a analysé Hoyer. L'entraîneur des Texans Bill O'Brien a affirmé n'avoir jamais pensé à le clouer au banc, mais le réserviste Brandon Weeden avait une autre version et soutenait qu'il s'est échauffé en fin de match.

«Nous avions parlé de cette possibilité», a dit Weeden. «Brian voulait finir le match. Je ne le blâme pas.» Hoyer, qui a été hué tout au long du match, a complété 15 de ses 34 tentatives de passes pour des gains de 136 verges alors que les Texans ont encaissé une première défaite éliminatoire à domicile. 

Alex Smith a lancé une passe de touché et Spencer Ware a ajouté une course payante de cinq verges sur le premier jeu du dernier quart pour faire 27-0.  AP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer