Seahawks-Vikings: après la dégelée, le froid

L'entraîneur-chef des Seahawks de Seattle, Pete Carroll, aura... (Archives AP)

Agrandir

L'entraîneur-chef des Seahawks de Seattle, Pete Carroll, aura besoin de sa tuque et de ses gants pour le match contre les Vikings dimanche au Minnesota, où on annonce -15°C lors du botté d'envoi à 13h05.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Minneapolis

Il y a six semaines, les Seahawks de Seattle ont quitté le Minnesota en riant après une victoire de 38-7. Ils sont de retour en ville pour la revanche, mais les Vikings n'ont pas préparé un accueil très chaleureux.

On s'attend à ce que le mercure se retrouve sous les - 15 °C lors du botté d'envoi, dimanche (13h05). «Il faut trouver un moyen d'en profiter. Personne n'aime avoir froid, mais il faut être à l'aise dans une situation qui rend mal à l'aise», a dit Stefon Diggs, le receveur des Vikings.

Oui, les Seahawks amorceront leur quête vers une troisième participation d'affilée au Super Bowl et une occasion de faire oublier leur défaite crève-coeur face aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre, l'an dernier. Et oui, les Vikings disputeront un premier match éliminatoire à domicile en six ans. Cependant, ce match de premier tour risque de passer à la postérité en raison de la température.

«Ce n'est rien. C'est ce que l'on fait. C'est pour ça que nous sommes au Minnesota», a dit le plaqueur des Vikings Sharrif Floyd.

Les Vikings ont compilé un dossier de 11-5 en deux saisons au TCF Bank Stadium, le meilleur pourcentage de victoire de l'histoire de la NFL pour une équipe dans un domicile temporaire. À moins qu'ils atteignent la finale d'association et qu'ils affrontent les Redskins de Washington ou les Packers de Green Bay, les Vikings en seront à leur dernière partie dans le stade de l'Université du Minnesota.

«Je ne veux pas répéter les mots de l'entraîneur, mais comme il le dit, quand vous avez le bon entraîneur pour diriger les bons joueurs dans la bonne direction, vous allez avoir du succès, peu importe l'endroit où vous jouez», a déclaré le président des Vikings, Mark Wilf.

Les Seahawks pourraient très bien avoir le même mantra. Ils n'auront pas l'avantage du terrain pendant les éliminatoires, mais ils ont gagné cinq de leurs six derniers matchs à l'étranger cette saison.

«Bien honnêtement, je crois que nous avons été meilleurs à l'étranger cette saison», a mentionné le secondeur Bruce Irvin. C'est bizarre, le fait d'être à l'étranger pourrait jouer en notre faveur. Nous avons une tâche à accomplir. Ce ne sera pas facile.»

Lynch toujours absent

Les Seahawks sont privés du porteur de ballon Marshawn Lynch depuis le 15 novembre, quand il avait tenté de jouer face aux Cardinals de l'Arizona malgré une blessure abdominale. Il avait amassé 42 verges de gains en huit courses et avait inscrit un touché lors de cette rencontre, mais il avait sauté son tour la semaine suivante face aux 49ers de San Francisco et il a été opéré le 25 novembre.

Lynch s'est entraîné cette semaine et on croyait qu'il serait prêt à revenir au jeu. Cependant, les Seahawks ont annoncé vendredi soir qu'il allait rester chez lui. Ils vont donc compter sur Christine Michael et Bryce Brown comme porteurs de ballon.

L'ailier rapproché Luke Willson sera aussi absent, mais les Seahawks pourront compter sur le retour au jeu du demi de sûreté Kam Chancellor et des joueurs de ligne offensive Russell Okung et J.R. Sweezy.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer