Bengals-Steelers: rivaux... et menteurs

Jordan Todman (30) et Fitzgerald Toussaint auront la... (AP, Gene J. Puskar)

Agrandir

Jordan Todman (30) et Fitzgerald Toussaint auront la lourde tâche de faire oublier l'absence du porteur de ballon DeAngelo Williams.

AP, Gene J. Puskar

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Cincinnati

Pendant toute la semaine, ils ont joué les bons enfants. Les Bengals de Cincinnati et les Steelers de Pittsburgh ont tout fait pour éviter de dire ce qu'ils pensaient vraiment les uns des autres. Parlons d'autre chose. C'est un match comme les autres. Oubliez la rivalité... Personne ne va croire ça.

Les rivaux de la rivière Ohio se détestent tellement que les joueurs s'étaient échangé des bêtises sur Twitter avant leur duel au Paul Brown Stadium de Cincinnati, le 13 décembre. Certains joueurs des Steelers accusaient Vontaze Burfict d'avoir blessé le porteur de ballon Le'Veon Bell intentionnellement, le 1er novembre à Pittsburgh.

Douze jours plus tard, une échauffourée a éclaté pendant la période d'échauffement. Et il y avait eu tellement d'infractions pour rudesse dans la rencontre que la NFL avait imposé plus de 100 000 $ en amendes aux joueurs.

Quatre semaines plus tard, la seule différence est que l'enjeu est encore plus important. Les Bengals (12-4) tenteront de faire oublier 25 ans de misère en éliminatoires quand ils accueilleront les Steelers (10-6), samedi soir. Ils devront garder leur sang-froid pour y parvenir. Ils avaient craqué dans une défaite de 33-20 il y a quatre semaines et ce revers leur a coûté un laissez-passer direct pour le deuxième tour et leur quart-arrière étoile.

Andy Dalton dominait la ligue pour le taux d'efficacité quand il s'est fracturé le pouce droit en tentant un plaqué après une interception. Les Bengals ont confirmé vendredi qu'AJ McCarron obtiendra son quatrième départ dans la NFL, avec Keith Wenning comme réserviste.

«Tout ça est derrière nous», a dit le bloqueur Marcus Gilbert (Steelers) en référence aux débordements du dernier duel. «Je connais ces gars-là. Ils ne tentent pas d'être suspendus ou mis à l'amende. Tout ce qui s'est passé il y a quelques semaines est oublié. Comme eux, nous voulons à tout prix gagner le match.»

Sans DeAngelo Williams

Du côté des Steelers, le porteur de ballon DeAngelo Williams sera absent en raison d'une blessure au pied droit. Il pourrait revenir au jeu la semaine prochaine si jamais les Steelers l'emportent.

Fitzgerald Toussaint et Jordan Todman tenteront de combler la perte du porteur de ballon de 32 ans, qui a terminé à égalité au premier rang du circuit avec 11 touchés au sol cette saison, après avoir remplacé Bell. Toussaint a récolté 24 verges de gains au sol et a attrapé une passe sur un converti de deux points après que Williams fut tombé au combat contre Cleveland, dimanche. Todman a accumulé 22 verges de gains en quatre courses cette saison.

«Pendant toute la saison, nous avons vu des gars prendre la relève, alors pourquoi les choses seraient-elles différentes cette fois-ci?» a déclaré le quart Ben Roethlisberger. «Peu importe qui est employé comme porteur de ballon, la bonne nouvelle est que les gars sont ici depuis le début de l'année. Ils connaissent le système de jeu. Ils savent quoi faire et nous nous attendons à les voir être à la hauteur.»

Alex Smith ... (Archives AP) - image 2.0

Agrandir

Alex Smith 

Archives AP

Les Chiefs ne sont pas hantés par leur passé

La dernière fois que Kansas City a gagné un match éliminatoire, Bill Clinton dirigeait les États-Unis. Et son adversaire de samedi ne portait pas le même nom! Les Chiefs (11-5) ont en effet été battus huit fois en éliminatoires depuis leur victoire face aux Oilers, à Houston, le 16 janvier 1994. Ils seront de retour dans cette ville pour y affronter les Texans lors d'un match de premier tour.

Forts de 10 gains de suite - un record d'équipe -, les Chiefs insistent pour dire que cette disette ne les hante pas. «Je ne pense vraiment pas que ce soit un fardeau», a dit le quart Alex Smith (photo). «Tout cela est bien lointain, nous vivons dans le moment présent.»

À la place de penser aux échecs passés en éliminatoires, incluant les trois placements ratés de Lin Elliott face aux Colts d'Indianapolis en 1995 et à l'avance de 28 points gaspillée face à ces mêmes Colts en 2014, les Chiefs souhaitent se concentrer sur l'adversaire qui sera devant eux sur le terrain, samedi. «Nous sommes un peu en "mode éliminatoires" depuis la fin octobre», a mentionné le secondeur Derrick Johnson en faisant allusion au dossier de 1-5 qu'affichait alors Kansas City.»

Les Texans (9-7) ont eux aussi racheté un début de saison catastrophique et ils sont peut-être l'équipe-surprise des éliminatoires, auxquelles ils participent pour une première fois depuis 2012. Au fil de la campagne, ils ont utilisé quatre quarts et ont dû composer dès octobre avec la blessure au tendon d'Achille qui a mis fin à la saison du demi-offensif Arian Foster. Un bon coup de pouce est venu de la défense, qui a mené la NFL pour la moyenne des points accordés dans les neuf derniers matchs (12,7). J.J. Watt a dominé la ligue avec 17 sacs et demi et Whitney Mercilus en a ajouté 12, dont cinq et demi en décembre.

Le match de samedi sera le deuxième duel entre les deux équipes cette saison. Les Chiefs avaient gagné 27-20 face aux Texans lors de la première semaine de la campagne.  AP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer