Les Bengals et l'art de se compliquer la vie

Le quart-arrière des Bengals de Cincinnati AJ McCarron... (AP, Jack Dempsey)

Agrandir

Le quart-arrière des Bengals de Cincinnati AJ McCarron (5) a impressionné en première demie du match contre les Broncos de Denver, lundi.

AP, Jack Dempsey

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Cincinnati

La quête des Bengals de Cincinnati de mettre fin à leur longue futilité éliminatoire est soudainement devenue beaucoup plus difficile.

La défaite de 20-17 subie en prolongation, lundi soir, à Denver, a possiblement coûté les chances des Bengals (11-4) d'obtenir un laissez-passer au premier tour éliminatoire. Si les Broncos (11-4) battent les Chargers de San Diego (4-11) à domicile, dimanche, ce sont eux qui obtiendront ce laissez-passer.

Au lieu de profiter d'une semaine de congé au cours de laquelle le pouce fracturé du quart-arrière Andy Dalton aurait pu guérir, les champions de la section Nord de la Conférence américaine devront peut-être disputer chez eux un match de premier tour à la place, avant de devoir signer deux gains sur la route pour atteindre le Super Bowl, une voie beaucoup difficile à emprunter.

Cette défaite a donc fait très mal. «C'est certain que nous connaissions les enjeux et ce que nous aurions pu récolter», a déclaré l'ailier défensif Carlos Dunlap.

Plusieurs partants des Bengals sont blessés et souhaitaient obtenir une semaine de repos. Le receveur A.J. Green joue en dépit de douleurs au dos. L'ailier rapproché Tyler Eifert a raté les deux derniers matchs en raison d'une commotion. Le demi de sûreté George Iloka est touché à l'aine et a raté deux matchs, tandis que le demi de coin Adam Jones joue malgré une blessure au pied droit.

Un laissez-passer aurait donné une semaine de plus à Dalton pour guérir. Cela fait deux semaines qu'il est blessé. Les Bengals espèrent le revoir en matchs éliminatoires, mais cet éventuel match de premier tour complique les choses.

«C'est difficile, a admis Green. Nous avons plusieurs gars touchés par des blessures et on aurait bien aimé profiter de ce laissez-passer. Mais tout ce qu'on peut faire, c'est de donner le maximum ce week-end et espérer pour le mieux.»

Les Bengals accueilleront les Ravens de Baltimore (5-10) dimanche. Ils peuvent toujours obtenir cette semaine de congé en battant les Ravens, si les Broncos s'inclinent. S'ils perdent, les Broncos doivent perdre et les Chiefs de Kansas City doivent remporter leur duel.

McCarron impressionne

La façon dont ils ont perdu ce match à Denver a été particulièrement décevante. A.J. McCarron a effecué son deuxième départ dans la NFL et il a été impressionnant en première demie. Il a mené les Bengals à deux longues poussées couronnées de touchés en début de rencontre face à la meilleure défense du circuit Goodell. Il les a ensuite menés en position pour inscrire un placement, raté par Mike Nugent.

Cette performance de McCarron a convaincu les Bengals que si Dalton n'est pas de retour pour les éliminatoires, ils pourront se fier sur lui. Il a complété 12 de ses 17 passes pour des gains de 119 verges avec un touché. Les Bengals menaient alors 14-3. «Il a très bien joué, a souligné Green. Il a fait tout comme il le devait.»

Les Broncos ont misé plus souvent sur une défensive de zone en plus de lancer plus de blitz en deuxième demie, avec pour résultat que McCarron n'a complété que 10 de ses 18 passes pour 81 verges. Il a été rejoint deux fois derrière la ligne de mêlée. Et il a échappé une remise en formation parapluie en prolongation, scellant l'issue de la rencontre. «Nous nous sommes placés en position pour gagner ce match et j'ai laissé tomber l'équipe», a indiqué le quart des Bengals. «C'est ce qui s'est passé au final.»

McCarron s'est blessé au poignet gauche en tentant de récupérer l'échappé et devait subir de plus amples examens mardi. Comme ce n'est pas la main avec laquelle il lance, il devrait être à son poste face aux Ravens. Son substitut est Keith Wenning, promu de l'équipe d'entraînement quand Dalton s'est blessé.

Les Bengals auront maintenant besoin de beaucoup de chance pour mettre fin à la plus longue série d'insuccès de l'histoire de la NFL en matchs éliminatoires, eux qui n'en ont pas gagné un depuis 1990. «On ne peut pas s'attarder sur les si, a fait valoir le demi de sûreté Reggie Nelson. On est de retour à la case départ.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer