Peyton Manning en furie contre Al-Jazeera

Le reportage d'Al-Jazeera soutient que Peyton Manning aurait... (AP, Jack Dempsey)

Agrandir

Le reportage d'Al-Jazeera soutient que Peyton Manning aurait reçu des hormones de croissance d'une clinique «anti-âge» en 2011, alors qu'il était toujours avec les Colts d'Indianapolis.

AP, Jack Dempsey

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
ENGLEWOOD, Colorado

Peyton Manning a affirmé qu'un reportage de la chaîne Al-Jazeera avançant qu'il aurait consommé des substances interdites était «complètement inventé et rapportait des bêtises».

Manning a furieusement nié au réseau ESPN avoir utilisé des hormones de croissance lors de sa rééducation après une opération au cou en 2011, dimanche, quelques heures avant la diffusion prévue du reportage.

Il a dit n'avoir jamais utilisé d'hormones de croissance et a sévèrement critiqué le reportage qui rapporte que les substances en question étaient envoyées à sa femme Ashley.

«Je ne peux pas parler pour les autres athlètes. Je sais ce que j'ai fait, je sais à quel point j'ai travaillé fort durant ma carrière de 18 saisons dans la NFL, a-t-il déclaré. On ne peut pas tourner les coins ronds dans la NFL. J'ai pris le chemin le plus long et le plus dur. Le fait d'insinuer le contraire est une vraie farce, c'est de la diffamation et ça me dérange beaucoup.»

Les Broncos de Denver et les Colts d'Indianapolis ont publié des communiqués pour soutenir Manning, dimanche.

«Connaissant Peyton Manning et tout ce pourquoi il se bat, les Broncos de Denver le soutiennent, a écrit l'équipe. Ce sont de fausses informations d'Al-Jazeera et nous ne croyons pas le reportage.»

L'équipe a ajouté que «Peyton est en droit d'être frustré par les allégations qu'il a niées à notre organisation et dont la source principale s'est rétractée.»

Les Colts, l'équipe de Manning entre 1998 et 2011, ont émis un communiqué qualifiant le reportage de «totalement ridicule».

«Nous connaissons l'immense éthique de travail de Peyton, son historique médical et son intégrité, ont écrit les Colts. Peyton a joué au football à Indianapolis pendant 14 ans de la bonne manière. Il n'a jamais pris de raccourci et ce serait absurde d'avancer qu'il ait consommé des substances interdites.

«Nous notons également que la source de ces allégations a réfuté les allégations. L'organisation des Colts d'Indianapolis et la famille Irsay espèrent que cette vulgaire tentative de ternir la réputation de Peyton ne sera pas permise pour entacher l'héritage d'un grand Colt.»

Traitements «anti-âge»

Manning s'est joint aux Broncos en 2012 et a établi des records en maintenant une fiche de 47-15 au cours de ce qu'il appelle le deuxième chapitre de sa carrière. Il s'est déchiré le fascia plantaire du pied gauche le 15 novembre, le même jour où il a fracassé le record de Brett Favre pour le plus de verges aériennes en carrière.

Il est tenu à l'écart du jeu depuis et le réserviste Brock Osweiler en sera à son sixième départ consécutif, lundi, lorsque les Broncos (10-4) accueilleront les Bengals de Cincinnati (11-3).

Manning affirme qu'il a reçu des traitements holistiques comme de l'oxygène hyperbare et de la thérapie nutritive au Guyer Institute, une clinique «anti-âge» d'Indianapolis, en 2011 avec le consentement du personnel d'entraîneurs et de l'équipe médicale des Colts après avoir été opéré au cou à quatre occasions.

Charles Sly, un ancien stagiaire au Guyer Institute, s'est rétracté après avoir affirmé que Manning avait utilisé des hormones de croissance. Sly a été enregistré à son insu par Liam Collins, un sauteur de haies britannique embauché par Al-Jazeera pour un reportage sur le dopage dans le monde du sport.

Sly, qui a aussi accusé d'autres grands athlètes grâce aux enregistrements de Collins, a dit à Al-Jazeera que les déclarations qu'on lui attribue étaient «absolument fausses et incorrectes». Sly a aussi déclaré à ESPN qu'il avait inventé les allégations pour mettre la légitimité de Collins à l'épreuve.

Le reportage soutient que Manning aurait reçu des hormones de croissance d'une clinique «anti-âge» en 2011 alors qu'il était toujours avec les Colts. On y apprend que la substance, qui a plus tard été bannie par la NFL dans la convention collective de 2011, aurait été livrée à sa femme pour faire en sorte que le nom du quart ne soit jamais associé à cette affaire.

D'autres athlètes sont visés dans le reportage pour les mêmes raisons. L'avocat du joueur de baseball des Phillies de Philadelphie, Ryan Howard, a annoncé que son client allait se battre contre les allégations soutenant qu'il aurait reçu des substances interdites.

William Burck de la firme Quinn Emanuel a qualifié les accusations faites à l'endroit de Howard et de Ryan Zimmerman, des Nationals de Washington, de «mensonges éhontés».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer