Fitzpatrick n'a pas laissé filer sa chance

Ryan Fitzpatrick semble enfin avoir trouvé sa place... (AP, Patric Schneider)

Agrandir

Ryan Fitzpatrick semble enfin avoir trouvé sa place dans la NFL avec les Jets de New York, sa sixième équipe en carrière.

AP, Patric Schneider

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

FLORHAM PARK, New Jersey - À sa 11e saison dans la NFL - et son sixième club -, Ryan Fitzpatrick semble finalement avoir trouvé sa place.

Le quart des Jets de New York a le profil typique de celui qui a roulé sa bosse. Il n'était pas le partant quand le camp s'est amorcé, mais quand un ancien coéquipier a frappé Geno Smith à la mâchoire, une occasion s'est présentée. Fitzpatrick l'a saisie et, depuis ce temps, il a gagné la confiance des joueurs et des entraîneurs.

«Il a eu sa chance et il ne l'a pas laissée filer», a résumé l'entraîneur-chef des Jets, Todd Bowles.

Fitzpatrick totalise 2476 de gains aériens cette saison, avec 20 passes de touché et 11 interceptions. «J'ai l'impression d'être un bien meilleur joueur qu'il y a quatre ans», a dit le vétéran de 33 ans. «L'expérience que j'ai acquise, je ne l'échangerais pour rien au monde.»

Choix de septième tour en 2005, le diplômé de Harvard a fait ses débuts dans la NFL avec St. Louis. Après deux ans avec les Rams, il a joué pour Cincinnati (2007-2008), Buffalo (2009-2012), le Tennessee (2013) et Houston (2014). Parfois il était le partant, parfois non, mais l'apprentissage était constant. Voilà qui n'est pas surprenant, quand on a joué dans une institution de la Ivy League.

Fitzpatrick a toujours été effacé. Avant cette année, ses meilleures saisons ont été sous les ordres de Chan Gailey avec les Bills, alors qu'il a atteint 3000 verges et 23 passes de touché à chaque saison avec eux.

«Je pense que vous êtes un peu naïf au début de votre carrière», dit Fitzpatrick. «Je pensais que j'allais rester longtemps avec les Rams. Mais les raisons qui ont mené à mes changements d'équipes ont toujours été différentes. J'essaie juste de tirer le maximum de chaque occasion.»

Dans l'ombre

Quand Bowles a été engagé, il a choisi Gailey pour diriger l'attaque. Les Jets voulaient un réserviste aguerri pour Smith, et ils sont allés chercher Fitzpatrick. Ils l'ont acquis pour un choix tardif et conditionnel, un geste qui est tombé dans l'ombre vu leurs autres acquisitions (Darrelle Revis, Brandon Marshall et Antonio Cromartie). Son arrivée pourrait toutefois être la meilleure transaction du dg Mike Maccagnan.

Les Jets s'orientaient vers Smith comme partant, mais le secondeur Ikemefuna Enemkpali lui a fracturé la mâchoire pendant le camp d'entraînement.

Fitzpatrick a eu des hauts (quatre passes de touchés contre Miami, dimanche dernier) et aussi des bas (trois interceptions face aux Eagles, en septembre). Mais au fil des semaines, il s'est imposé comme un meneur qui impose le respect.

Les Jets ont un dossier de 6-5 à l'approche de leur match contre les Giants, dimanche après-midi. S'ils l'emportaient, ils seraient au plus fort de la course aux éliminatoires. Fitzpatrick n'y a jamais accédé.

«C'est sûr que j'aimerais ça. J'ai vu plein d'amis et d'anciens coéquipiers en éliminatoires, alors je suis un peu jaloux. J'attends patiemment mon tour, mais ce qui compte pour l'instant, c'est le prochain match, c'est tout.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer