À qui la faveur du public à la Coupe Vanier?

Pendant que Blake Nill (à gauche) dit adorer... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Pendant que Blake Nill (à gauche) dit adorer se retrouver dans un environnement hostile, Danny Maciocia croit que les partisans de Québec vont se ranger derrière ses Carabins.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Deux grandes questions resteront en suspens d'ici le match de la 51e Coupe Vanier, samedi après-midi, au PEPS. Il faudra attendre la fin de l'affrontement pour répondre à la première : qui l'emportera? Mais la deuxième sera résolue dès les premiers instants : de quel côté la foule se rangera-t-elle?

Difficile de croire que les plus ardents partisans du Rouge et Or applaudiront les bons coups de l'ennemi juré, les Carabins de l'Université de Montréal. Mais c'est malgré tout ce que souhaitent l'entraîneur-chef de ces derniers, Danny Maciocia, ainsi que son quart-arrière, Gabriel Cousineau.

«On est une équipe du Québec et c'est très important de garder la Coupe au Québec», a dit Maciocia. «À chaque Coupe Dunsmore, on se dit la même chose, Glen [Constantin] et moi : "Continue de travailler et essaie de ramener la coupe [Vanier] au Québec."»

«On représente la province en entier. Si le Rouge et Or avait été là, on aurait voté pour eux», a ensuite ajouté Cousineau.

Les entraîneurs-chefs des Carabins et des Thunderbirds de l'Université de la Colombie-Britannique étaient accompagnés de quelques-uns de leurs meilleurs joueurs, mercredi, lors d'une conférence de presse au dernier étage du Hilton de Québec.

Pendant que Maciocia semble croire que la foule sera de son côté, son vis-à-vis Blake Nill tient le discours d'un homme en territoire ennemi. «J'ai toujours aimé jouer à Québec, j'ai toujours aimé être dans un environnement hostile», a dit celui qui a perdu ses trois finales de la Coupe Vanier en carrière au PEPS.

Thunderbirds négligés

Puisqu'ils affrontent les champions en titre, les Thunderbirds acceptent le statut de négligés sans rechigner - «Cette équipe ne sait même pas ce que c'est de jouer dans les séries», a dit Nill de sa troupe -, mais sa grande vedette, le quart Michael O'Connor, témoigne d'une confiance qui semble aussi habiter ses coéquipiers.

«Nous avons eu à nous battre pour tout ce que nous avons gagné cette saison», a affirmé la spectaculaire recrue. «Je peux comprendre pourquoi les gens hésitent à nous donner le crédit. Mais nous avons battu Laval, nous avons battu Calgary. Chez eux. On a prouvé qu'on peut se mesurer à n'importe quelle équipe au pays.»

Ce n'est pas Maciocia qui va contredire O'Connor. Le Carabins en chef a louangé le travail de Blake Nill et de ses hommes, qui sont passés d'une fiche de 2-6 l'an dernier - avant l'arrivée de Nill - à finalistes de la Coupe Vanier. «Ils ont des fabricants de jeux incroyables. Un jeu par la course bien établi. Vous ne pourrez pas trouver meilleur front arrière en défensive. En les étudiant sur film, on réalise rapidement pourquoi ils sont ici», a énuméré l'entraîneur.

Ça demeure une saison qui a «défié la logique» pour les Thunderbirds, au dire même de leur entraîneur-chef. Nill vise la victoire samedi, mais on sent qu'il pense aussi aux prochaines années, pendant lesquelles son équipe demeurera parmi les favorites.

«Nous voulons affronter la meilleure équipe au pays. Nous voulons affronter les champions défendants. Parce que c'est de cette façon qu'on s'améliore», a-t-il indiqué.

Plus confiant et plus calme

De leur côté, les Carabins entendent profiter de l'expérience acquise lors de leur conquête l'an dernier. Sean Thomas Erlington voit une équipe plus confiante et plus calme que celle de la saison 2014, pourtant championne. «On sait qu'on a les atouts pour pouvoir gagner cette partie-là. Et je pense qu'on va arriver gonflés à bloc», a lancé le porteur de ballon, qui connaît les meilleurs moments de sa carrière depuis la mi-saison. «On dirait qu'il est inarrêtable», l'a d'ailleurs vanté Cousineau.

Maciocia voit Michael O'Connor au niveau supérieur

Le quart des Thunderbirds, Michael O'Connor, (photo) a été couvert... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 3.0

Agrandir

Le quart des Thunderbirds, Michael O'Connor, (photo) a été couvert d'éloges par Blake Nill et Danny Maciocia.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Michael O'Connor était aux premières loges pour recevoir les louanges de Danny Maciocia. L'entraîneur-chef des Carabins a comparé le quart des Thunderbirds à Jesse Palmer, un Canadien qui a joué pour les Giants de New York, dans la NFL.

«Dans les cinq dernières années, c'est le meilleur quart-arrière que j'ai vu sur film», a lancé Maciocia sans détour, mercredi, en parlant de la recrue de 19 ans. «Je crois qu'on pourrait le voir comme quart au niveau supérieur.»

«J'apprécie beaucoup», a répondu le principal intéressé, qui a joué une saison à Penn State, aux États-Unis, avant de se joindre aux Thunderbirds cette année. «Ça signifie beaucoup pour moi de recevoir de tels compliments d'un entraîneur aussi respecté. Je dois maintenant prouver que ce qu'il a dit est vrai.»

Son propre patron, Blake Nill, l'a aussi couvert d'éloges, en plus de blaguer sur ce qui lui avait permis de mettre la main sur un tel talent. «La seule chose que je voulais faire [en faisant venir O'Connor à Vancouver], c'est de prendre une photo de Mike sur le campus pour montrer au monde que c'est le calibre de joueurs que j'amènerais à UBC. Évidemment, j'avais prévu un discours de vente, mais quand il est arrivé ici, à la mi-février, il faisait 15 °C sous le soleil, pendant qu'il y avait six pieds de neige à Ottawa», la ville natale d'O'Connor, a rigolé Nill.

Le quart reconnaît être surpris de se retrouver en finale de la Coupe Vanier à sa première année avec UBC. Il s'attendait à un plus long processus de reconstruction. «Mais après le match présaison contre Laval [victoire de 41-16, en août], je crois que l'équipe s'est dit : "Hé, nous avons toutes les pièces en place. Il n'y a pas de raison qu'on ne puisse pas revenir ici dans une couple de mois." Et on l'a fait!» 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer