L'heure des réponses pour le Rouge et Or

Gabriel Cousineau et Hugo Richard... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Gabriel Cousineau et Hugo Richard

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les amateurs de football universitaire attendent ce moment depuis un an. Un calendrier complet de suspense trouvera son aboutissement samedi après-midi. Le Rouge et Or reprendra-t-il le trône de champion québécois ou est-ce le réel début d'une nouvelle ère, celle des Carabins? Réponse au stade de l'Université Laval.

Pas une défense de titre

Champions en titre des Coupes Vanier et Dunsmore, les Carabins ont fracassé l'an dernier le plafond de verre qui les confinait au rôle d'éternels deuxièmes. «Mais le Rouge et Or est pas mal toujours favori à Québec et, encore une fois, c'est eux qui sont premiers [au classement de saison]», constate Gabriel Cousineau, le quart-arrière partant de l'Université de Montréal.

Sauf qu'«une fois en séries éliminatoires, la fiche n'a plus d'importance», lance du même souffle Gabriel Cousineau. Les deux équipes sont 1-0 en éliminatoires et c'est l'occasion d'être 2-0 en fin de semaine», résume le pivot. Qui assure «ne pas voir ça comme une défense de titre, on voit ça plus comme une chance d'aller gagner un championnat. L'an passé est oublié, les équipes sur le terrain ont changé».

Même que dans le cas des Carabins, ces changements sont relativement récents. Après avoir maintenu des gains moyens de 286 verges par la passe et de 116 verges par la course au cours des cinq premiers matchs de la saison, ils ont renversé leurs tendances avec 182 verges aériennes et 222 verges terrestres de moyennes à leurs quatre dernières sorties.

Une centaine de verges passées des airs au sol chaque semaine. Ce changement de cap coïncide avec la semaine de relâche suivie de la victoire de 22-16 contre Laval à Montréal.

«La défensive de Québec est très physique, très rapide et joue très bien dans son système», analyse Cousineau. «Ils n'ont vraiment pas beaucoup de trous défensivement. Ce sera le travail de la ligne à l'attaque d'ouvrir des trous pour Sean et de me donner le temps de voir la défensive et de décocher une bonne passe.

Sean Thomas-Erlington est le principal porteur de ballon des Carabins. Il avait explosé pour 182 des 220 verges gagnées au sol par Montréal, il y a quatre semaines, en plus de capter quatre passes pour 28 verges et de retourner deux bottés d'envoi sur 43 verges.

Les amateurs de football universitaire attendent ce... (Infographie Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

Richard plus à l'aise qu'en 2014

Hugo Richard n'a que trois défaites en 19 matchs universitaires. Mais chaque fois, le Rouge et Or s'est buté aux Carabins. Tellement que ces échecs répétés auraient pu affecter le moral du quart-arrière étoile.

«En temps normal, ç'aurait eu un effet. Mais dernièrement, j'essaie de travailler sur ma personne, de rester calme. De ne pas me laisser emporter par différentes situations, que ce soit par la pression, les statistiques, les articles... J'essaie de mettre ça de côté et de rester au jour le jour», a confié Richard, jeudi, à la suite du dernier entraînement complet avant la finale de la conférence Québec.

«Je me sens mieux que l'an passé, révèle-t-il. Je vois mieux ce qui se passe devant moi, je comprends beaucoup mieux notre système offensif. Je comprends pas mal plus ce que Justin [Ethier, coordonnateur offensif] veut faire.»

Sa campagne de 2014 a pourtant été auréolée du prix de meilleure recrue au Canada. «Je portais trop attention aux statistiques», avoue le numéro 4. «Je regardais ça chaque semaine pour voir comment je progressais.»

«En même temps, ç'allait super bien, alors c'était un peu normal. Maintenant, je donne moins d'importance à ce genre de choses. Je passe plus de temps avec les gars, pour les activités le soir ou pour faire du vidéo après les entraînements», affirme celui qui a manqué trois matchs à cause d'une commotion cérébrale.

Il estime que les Carabins ont «évolué de façon drastique» depuis la Coupe Dunsmore de l'an dernier, gagné 12-9 par Montréal en prolongation. «Ils ont changé beaucoup leur style défensif, surtout depuis la semaine de relâche [début octobre].» Il admet avoir «paniqué» en première demie de la défaite du 17 octobre à Montréal, mais ajoute que la clé pour son attaque réside dans la capacité de saisir chaque chance qui se présentera samedi.

Partager

À lire aussi

  • Les Carabins s'en vont à Québec confiants

    Football

    Les Carabins s'en vont à Québec confiants

    L'ambiance était morose dans le camp des Bleus, le 5 septembre dernier sur le terrain du PEPS, après la défaite crève-coeur de 9-12 aux mains du... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer