Football collégial: on efface tout... ou presque

Même si le Campus Notre-Dame-de-Foy est favori contre... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Même si le Campus Notre-Dame-de-Foy est favori contre Limoilou, l'entraîneur-chef Marc André Dion demeure prudent.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Place à la vraie saison du football collégial québécois. On efface tout! clament les coachs. Bon, pas tout, tout. C'est le classement de saison qui enflamme la rivalité régionale à Québec dès samedi avec des quarts de finale Lévis-Garneau et CNDF-Limoilou.

La première division compte 10 équipes. Des sept qualifiées pour la course au Bol d'or, quatre sont de la capitale. Et on a droit à deux derbys régionaux éliminatoires d'entrée de jeu. Du jamais-vu, les quatre formations de Québec évoluant dans la même ligue pour la première année.

«Ça commence pour vrai!» lance l'entraîneur-chef des Faucons du Cégep de Lévis-Lauzon. Richard Savoie et sa bande accueillent les Élans du Cégep Garneau. Lévis a servi une raclée de 69-30 à Garneau en ouverture de calendrier. Mais c'était il y a plus de deux mois, aussi bien dire une éternité.

«On est favoris et c'est plaisant de jouer à la maison. Mais Garneau a bien fini la saison [3-3] et ils ont un historique en séries», souligne le pilote des Faucons, bien au fait que ses prochains rivaux ont conquis le titre québécois en 2011 et en 2008.

Savoie compte quand même sur la troupe la plus productive du circuit avec plus de 42 points marqués en moyenne par match, menée en attaque par le quart-arrière le plus prolifique avec 2368 verges par la passe en saison, Francis Bois. Une machine très bien huilée. «Mais tout ça est effacé», tranche le coach, insistant sur l'importance de s'attarder à chaque étape qui mène au but ultime.

Le CNDF favori

Le Notre-Dame du Campus Notre-Dame-de-Foy part aussi largement favori dans son duel face aux Titans du Cégep Limoilou. Mais le CNDF non plus ne se fie pas à son triomphe de 41-14 contre Limoilou, survenu à la cinquième semaine. «Ce n'est plus le même adversaire. Ce sera deux équipes différentes qui s'affronteront», affirme Marc-André Dion.

Son Notre-Dame a encaissé ses deux revers de la saison au cours des trois dernières semaines, avant de se relever avec une victoire serrée de 47-45 contre Lévis, samedi passé. Dion avoue qu'une troisième défaite aurait semé beaucoup de doute dans son esprit et celui de ses joueurs.

L'an dernier, ni Garneau, éliminé, ni Limoilou, alors en deuxième division, n'ont participé à cette après-saison du plus haut niveau collégial. Autant Claude Juneau que Dave Parent, entraîneurs-chefs à Garneau et à Limoilou, se disent à l'aise dans le rôle de négligés.

«Il n'y a pas grand monde qui nous donnait une chance de faire les séries. Et là, il n'y a encore pas grand monde qui nous donne une chance de gagner ce match éliminatoire. Mais si on réussit à éviter les revirements, on est un club dangereux», prévient Parent, ajoutant que ses Titans sont en mode survie depuis le dernier match de la saison régulière, qu'ils se devaient absolument de gagner contre Garneau. Ce qu'ils ont fait de belle façon, 26-5.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer