À l'an prochain pour Antony Dufour

Le receveur de passes du Rouge et Or Antony... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le receveur de passes du Rouge et Or Antony Dufour a été blessé au genou dimanche dernier contre le Vert et Or.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Tout indique qu'Antony Dufour a subi dimanche la blessure qu'«un joueur de football ne veut pas avoir». Le retourneur de bottés du Rouge et Or s'est déchiré le ligament croisé antérieur (genou). Si les examens médicaux le confirment, sa saison est terminée et six mois de réhabilitation l'attendent.

Vue de la galerie de presse, la scène était touchante. Un athlète blessé, assis sur une civière, qui reçoit les accolades d'encouragement de ses coéquipiers. Vécue par Dufour, c'était un enfer, mélange de douleur et de dévastation.

«J'ai reçu un coup sur le coude en même temps, mon coude est gros comme une balle, mais je l'ai même pas senti. Ce n'est même pas descriptible comme douleur. Sur le coup, c'est incroyable.» Quelques minutes après, le médecin François Marquis avait déjà reconnu les signes d'une déchirure.

Sa tristesse ne s'estompe que tranquillement, admet Dufour, qui se déplaçait en béquilles, mercredi. «Depuis hier [mardi], c'est moins pire un peu, mais mettons que j'ai trouvé ça tough», a lancé l'étudiant en orientation, à qui il reste deux saisons à Laval. «J'ai vu mes chums pas mal pour me changer les idées un peu, parce que c'est dur à avaler.»

Choquante mésaventure

Ce qui rend cette mésaventure encore plus choquante pour le receveur de passes de 22 ans, c'est qu'elle a été causée par un plaqué à l'extérieur des limites du terrain. Sur un botté de reprise, après le seul touché du match de Sherbrooke, Dufour a capté le ballon, puis s'est dirigé vers les lignes de côté à sa gauche. Il a hésité entre couper vers l'intérieur, le choix risqué, et sortir du terrain, le jeu prudent. Il a opté pour la prudence, mais s'est quand même fait frapper.

«L'autre n'a pas arrêté. Je m'attendais plus ou moins [au contact]. Mon pied est resté coincé. Mon genou a twisté», a-t-il raconté mercredi, pendant l'entraînement des siens, tout près de l'endroit où s'est produit cet impact malheureux.

Dufour avait réussi un touché sur un retour de 74 verges quelques minutes plus tôt, son plus long de la saison. Un jeu qui a donné le ton à ce match remporté 36-7 par Laval.

Mercredi, Glen Constantin n'a pas caché sa déception de perdre son meilleur retourneur. Mais l'entraîneur pense déjà à la suite. Un nouvel homme doit se lever et prendre le relais.

«Le malheur de l'un, c'est l'opportunité de l'autre. C'est pour ça qu'on a 90 joueurs. C'est froid comme réflexion [...], mais il faut aussi penser à une autre personne pour combler le poste», a dit le Rouge et Or en chef, assurant au passage que Dufour sera bien encadré pendant sa convalescence.

Malgré la tristesse, ce dernier démontrait déjà une attitude positive, mercredi. «Je suis bien entouré. Je ne suis pas inquiet que je vais revenir aussi fort, même plus.»

À Québec... grâce à la télé

Le demi défensif du Rouge et Or Denver... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 3.0

Agrandir

Le demi défensif du Rouge et Or Denver Wright est natif de North York, près de Toronto.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Si l'Ontarien Denver Wright s'aligne avec l'Université Laval, c'est grâce... à la télévision. Le natif de North York, près de Toronto, a raconté mercredi avoir vu le Rouge et Or au petit écran lors d'une finale de la Coupe Vanier, il y a quelques années. «J'étais vraiment impressionné», a dit le souriant demi défensif au Soleil.

Avant d'arriver dans l'équipe de pratique du Rouge et Or en 2013, Wright est passé par les États-Unis, où il a étudié au secondaire avant d'intégrer les rangs des Mountain Lions de l'Université Concord (deuxième division), en Virgine Occidentale. «Je n'aimais pas vraiment, alors j'ai choisi de revenir ici. Mon premier choix était Laval. [...] J'ai essayé de parler avec l'Université de Toronto, mais c'est trop proche de ma maison», a raconté Wright en riant.

Le numéro 14 se souvient avoir reçu un bel accueil dès le départ. À l'époque, il parlait peu de français, mais ses coéquipiers l'ont aidé à mieux comprendre et à mieux s'exprimer. Wright étudie d'ailleurs en français langue seconde.

L'athlète de 22 ans a effectué son premier départ en deux ans de carrière à l'Université Laval, dimanche en remplacement d'Alex Hovington, blessé. Son jeu inspiré, morceau non négligeable de la solide sortie défensive du Rouge et Or, lui a valu les éloges de son entraîneur, Glen Constantin.

«Je suis vraiment content, mais je dois aussi travailler plus fort pour faire mieux les prochains matchs», a affirmé Wright, mercredi, avec cette humilité typique aux joueurs de l'Université Laval. 

En vitesse

Auteur de quatre sacs du quart - un record d'équipe - dans la victoire de 36-7 contre Sherbrooke, dimanche, Mathieu Betts a été nommé joueur défensif de la dernière semaine au Canada. Avec 11 réussites du genre cette saison, le joueur de ligne recrue est premier au pays, ex-aequo avec Jesse St. James des Axemen d'Acadia. Il leur reste un match pour battre le record canadien, qui est de 12,5... Le demi de coin Marc-Olivier Simard a repris l'entraînement. Il s'était blessé au coude lors du match contre St. Francis Xavier, le 26 septembre, et avait dû subir une opération. Retour aussi pour le joueur de ligne défensive Vincent Desjardins, qui n'avait pas vu d'action depuis sa fracture au pied subie pendant le camp d'entraînement. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer