La hargne de Duvernay-Tardif séduit Andy Reid

Agressif face aux Steelers, Laurent Duvernay-Tardif (76) en... (AP, Charlie Riedel)

Agrandir

Agressif face aux Steelers, Laurent Duvernay-Tardif (76) en a même perdu son casque lors d'une mêlée.

AP, Charlie Riedel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Kansas City

Avec toutes les combinaisons utilisées pendant le camp d'entraînement, les membres de la ligne à l'attaque des Chiefs de Kansas City ont probablement eu l'impression de jouer à la chaise musicale. Le hic, c'est que ce petit jeu s'est poursuivi même après la conclusion des rencontres préparatoires.

Dimanche, face aux Steelers de Pittsburgh, les Chiefs ont tenté une quatrième combinaison en sept semaines d'activités. Et il semble qu'elle ait porté ses fruits. La ligne à l'attaque a protégé le quart Alex Smith mieux que jamais cette saison et elle a créé des brèches ayant mené à une récolte de 138 verges par la course. Il s'agit de la deuxième meilleure performance de l'équipe au sol cette saison. Et elle a été enregistrée malgré l'absence du demi étoile Jamaal Charles.

Dans la victoire de 23-13, l'entraîneur-chef Andy Reid a senti au sein du groupe une hargne qu'il souhaitait voir. «Je le dis depuis le jour 1 : c'est de là que tout part du côté de l'attaque. J'ai aimé la façon dont les joueurs se sont comportés. Y a-t-il des aspects qu'il faut améliorer? Oui. Nous devons continuer à devenir meilleurs. Mais l'effort était là, il n'y a pas de doute.»

La plus belle surprise

La plus belle surprise, dimanche, est possiblement venue du côté droit de la ligne à l'attaque. Laurent Duvernay-Tardif, particulièrement, a su attirer l'attention de Reid.

L'étudiant en médecine issu de l'Université McGill peut afficher une attitude bon enfant dans le vestiaire, mais il a dévoilé, justement, cette hargne qui caractérise la grande majorité des bons joueurs de ligne à l'attaque. C'était du moins l'opinion de Reid.

«Oh, il a dit ça? C'est agréable!» a réagi le Québécois de 24 ans. «C'est de la façon dont j'ai toujours joué au football dans le passé. Je n'avais pas réalisé à quel point ça représentait un avantage avant que je n'arrive ici. Je voulais que ça devienne ma marque de commerce. Lorsque je suis sur le terrain, je tente de fournir un effort maximal.»

Peut-il maintenir la cadence pendant 60 minutes? «Peut-être que je suis un peu plus fatigué après un jeu, mais le joueur de ligne défensive sera encore plus épuisé, parce qu'il doit travailler comme un déchaîné. C'est comme ça que je vois les choses.»

C'est le genre d'attitude qu'apprécie le quart Alex Smith. Victime de 23 sacs lors des six premiers matchs des Chiefs, il n'a été ramené au sol que deux fois derrière la ligne de mêlée dimanche, face aux Steelers. Et grâce à une meilleure protection, il a affiché des gains de 251 verges par la voie des airs et complété une passe de touché.

«Tout le monde a sa propre personnalité, surtout les gars sur la ligne à l'attaque», a rappelé Smith. «J'ai évolué avec plusieurs joueurs différents et certains sont parmi les plus gentils que vous rencontrerez jusqu'au moment où ils mettent les pieds sur le terrain. C'est quelque chose que vous aimez voir. Vous aimez voir cette confiance, surtout chez un jeune comme Larry.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer