Intensité et diversité, les clés pour vaincre le Vert et Or

Le coordonnateur à l'attaque du Rouge et Or,... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le coordonnateur à l'attaque du Rouge et Or, Justin Ethier, veut présenter une attaque équilibrée entre la course et la passe pour déstabiliser la défensive du Vert & Or.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Intensité. Voilà la clé pour percer la solide défensive du Vert & Or, dimanche. Le mot a été répété samedi par le coordonnateur à l'attaque du Rouge et Or, Justin Ethier, et par son joueur de ligne Philippe Gagnon.

«Ils vont être intenses, on va être intenses. Et c'est ceux qui vont être intenses sur le plus de jeux et le plus longtemps» qui vont ressortir gagnants, a affirmé Gagnon après l'entraînement des siens, samedi avant-midi.

«On ne veut pas juste commencer fort et que ça arrête en deuxième demie. Il faut garder notre niveau d'intensité et notre focus. On ne veut pas juste courir comme des poules pas de tête. Il faut garder notre cohésion», a ajouté le colosse athlète à la barbe volumineuse.

Ethier n'est pas surpris par la qualité du jeu défensif de Sherbrooke, premier au Québec dans toutes les statistiques. La clé de ces succès? «C'est un groupe qui démontre une très, très grande intensité. Il va falloir être en mesure de matcher cette intensité-là», a dit l'entraîneur.

Les membres de la muraille verte et or ont de l'expérience, aucune grande vedette, mais surtout aucune faiblesse. Ça devient donc plus difficile de choisir les bonnes stratégies, admet Ethier.

«Parfois, tu vas affronter une défensive où il y a trois, quatre super joueurs, alors t'es capable d'identifier certaines lacunes et de les attaquer. C'est très dur avec cette défensive, car ils ont été constants et solides à tous les niveaux : front défensif, ligne tertiaire...»

En plus de l'intensité, il y aura donc de la diversité dans la recette offensive du Rouge et Or dimanche. La seule façon de déstabiliser une bonne défensive, c'est de présenter un bon équilibre entre la course et la passe, explique Ethier.

«Il faut être capable de bien bouger le ballon au sol», d'ajouter le quart-arrière Hugo Richard. «C'est notre force. Quand on pourra faire ça, on sera capable de bien lancer le ballon par la suite.»

Lors du point de presse de Glen Constantin, jeudi, c'est le mot préparation qui était à l'honneur. Samedi, l'entraîneur-chef s'est dit satisfait des récents entraînements des siens, qui y ont mis un peu d'extras, comme à l'habitude lors des semaines de grands matchs. Ce n'est pas l'adversaire, mais bien l'enjeu de la rencontre qui explique l'ardeur au travail de ses hommes, selon le coach.

Gagnon a confirmé, quelques minutes plus tard : «On a toujours de bonnes préparations, mais il y a eu un petit effort de plus. On comprend qu'on est déjà rendus dans du football de séries.»

S'il l'emporte, le Rouge et Or sera champion de sa conférence. La suite dimanche après-midi, 13h, au PEPS de l'Université Laval.

La guigne, quelle guigne?

Guigne de la deuxième année pour Hugo Richard? «Non», répond le quart-arrière du Rouge et Or. «J'ai pas une année si difficile. J'ai pas eu de contre-performance.» Les statistiques lui donnent raison. Lors des deux rencontres qu'il a jouées de bout en bout, il a gagné 301 et 276 verges par la passe. Cette saison, il a complété 61,9 % des ses relais. Sa commotion cérébrale vient fausser les données, lui qui a raté deux affrontements et une partie de deux autres. La saison dernière, sa première au niveau universitaire, Richard avait maintenu un taux de complétion de 65,4 % et une moyenne de 322,3 verges par rencontre. Il assure par ailleurs qu'il ne se fera pas une fierté, dimanche, d'être supérieur à son vis-à-vis, Jérémi Roch. «J'ai appris à piler sur mon ego. J'ai pas vraiment de pensées personnelles pendant un match. Je pourrais avoir le pire match de ma carrière, tant qu'on a une victoire, je vais être content.»

Savard enfin en uniforme

Après une longue attente, le receveur de passes Alexandre Savard enfilera pour la première fois de sa carrière l'uniforme rouge et or, dimanche. L'ancien des Cheetahs de Vanier était toujours inadmissible pour jouer au niveau universitaire, «une question de papiers d'ordre scolaire», a expliqué le principal intéressé, mais son dossier a été régularisé plus tôt cette semaine. Savard n'a pas disputé de match depuis la fin 2013, puisqu'il a pris une pause du football l'an dernier. «Je ne sais pas si je vais avoir du temps de jeu, mais pour moi, juste d'être habillé, je suis très content. J'avais faim», a-t-il dit. Son grand patron l'a couvert d'éloges samedi, vantant son éthique de travail. «Il a été extraordinaire. Il a pratiqué très, très fort. Il a été exemplaire», a dit Glen Constantin de celui qui s'entraîne avec l'équipe depuis le début de la saison.

Partager

À lire aussi

  • Québec domine le Vert & Or 36-7

    Sports

    Québec domine le Vert & Or 36-7

    Le Rouge et Or de l'Université Laval n'allait certainement pas se faire chauffer les fesses par le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke à deux... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer