Quarts aux destins opposés

Dans le coin rouge, une équipe en quête d'élan après une défaite qui a ébranlé... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Dans le coin rouge, une équipe en quête d'élan après une défaite qui a ébranlé les colonnes de son temple toujours bien bâti. Dans le coin vert, une formation en progression qui espère prouver la suprématie de son architecture au Québec. En action, deux quarts talentueux aux destins opposés cette saison. Ça s'annonce corsé, dimanche après-midi, alors que l'Université Laval et l'Université de Sherbrooke s'affronteront, au PEPS.

Juste un peu mieux

Battu 27-24 en prolongation lors du dernier duel face au Rouge et Or, le Vert & Or n'aurait pas eu besoin de grand-chose. Juste un petit plus pour enfin avoir le dessus sur son rival de Québec pour la première fois en 13 saisons d'existence.

«Ç'aurait pris un jeu de plus à gauche, un plaqué de plus à droite, un attrapé de plus! Il n'en manquait pas beaucoup et c'est ça qui est excitant, mais en même temps affligeant. Ç'a été de faire un jeu de plus et Québec l'a fait, pas nous», explique l'entraîneur-chef David Lessard.

La tentation de courir s'avérera grande, surtout quand on vient de voir Montréal venir à bout de Laval grâce au jeu au sol et à la défensive. Défensive que Sherbrooke montre d'ailleurs plus solide que jamais.

«Tu te présentes tout le temps avec l'idée d'imposer ton jeu au sol, mais l'adversaire n'a pas tout le temps la même idée que toi, s'esclaffe Lessard. Les choix qu'ils vont faire en défensive vont dicter un peu la marche à suivre pour notre attaque.»

Avec le retour au jeu réussi du porteur de ballon Isaac Lauzon, la semaine dernière, il se dit aussi confiant de courir que de lancer le ballon. «Montréal a fait du bon travail d'exécution dans les moments-clés [contre Laval], ce qui a permis d'aller chercher des gros jeux au sol qui ont fait la différence. À nous d'être aussi opportunistes qu'eux! Quand la brèche va se présenter, à nous de la frapper avec vitesse et d'aller chercher le maximum de verges», fait-il valoir.

Lessard compte surtout sur le meilleur passeur de l'histoire du football universitaire canadien, Jérémi Roch, auteur du record de 10 964 verges par la passe en carrière. «Le plus impressionnant, c'est qu'il n'en parle pas, on n'en parle pas. Il s'en sacre! Jérémi était pas mal plus content après la victoire contre Montréal [du 3 octobre] qu'après avoir brisé le record, le match suivant. Il est au service de l'équipe.»

Dans le coin rouge, une équipe en quête d'élan après... (Infographie Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

Jouer à son niveau

Le Vert & Or version 2015 est l'une, sinon la meilleure formation sherbrookoise depuis l'arrivée de l'université dans le football, en 2003, selon Glen Constantin. La défensive, première au Québec, impressionne l'entraîneur-chef du Rouge et Or.

«Il n'y a pas vraiment un individu qui se distingue. Ils font un bon travail d'équipe», analyse Constantin, dont les hommes avaient connu des ennuis au sol lors du premier match entre les deux équipes, remporté 27-24 en prolongation par Laval. «On avait résolu le problème en deuxième demie», rappelle-t-il.

Il a aussi eu de bons mots pour le quart Jérémi Roch, plus prolifique bras de l'histoire du football universitaire canadien. «C'est un grand passeur. Il a tout le temps eu un bon synchronisme avec ses receveurs. Ce sera important pour nous de mélanger nos couvertures pour mettre un peu d'incertitude dans leur jeu.»

L'attaque aérienne demeure la grande force des prochains visiteurs au PEPS, mais ceux-ci «veulent et peuvent» aussi courir avec le ballon, a souligné Constantin.

Pendant que Roch bat des records, son vis-à-vis Hugo Richard semble vivre la guigne de la deuxième année. Il a soigné une commotion cérébrale qui lui a fait rater deux matchs complets et une bonne partie de deux autres. À son premier départ en plus d'un mois, samedi dernier, il a offert une performance en demi-teinte (25 en 42, 276 verges). Richard n'est toutefois qu'«une partie du puzzle», dit Constantin, selon qui les quarts ont trop de crédit quand ça va bien et trop de blâmes quand ça va mal.

L'entraîneur compte d'ailleurs présenter une offensive variée dimanche afin de contrer la muraille venue de l'Estrie. «Il n'y a pas de mauvaise journée pour courir avec le ballon», affirme-t-il.

Selon le joueur de ligne défensive Marc-Antoine Ouellet, le Rouge et Or a travaillé cette semaine sur l'importance de «jouer à son niveau» pendant tout le match, un élément qui a fait défaut autant samedi dernier contre les Carabins que le 12 septembre contre Sherbrooke.  Jean-Nicolas Patoine

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer