Stingers 27/Rouge et Or 42: Tyrone Pierre fracasse un record

Avec une ahurissante récolte de 311 verges en... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Avec une ahurissante récolte de 311 verges en 11 attrapés, Pierre a établi un record du football universitaire québécois.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'attaque explosive du Rouge et Or a fait oublier une fin de match laborieuse en défensive, dimanche. Le receveur Tyrone Pierre a été la grande vedette d'une victoire de 42-27 contre Concordia, match marqué par le retour au jeu réussi du quart-arrière Hugo Richard.

Avec une ahurissante récolte de 311 verges en 11 attrapés, Pierre a établi un record du football universitaire québécois. L'ancienne marque de 305 verges datait de 1980. Le grand 80 avait déjà amassé 142 verges après un quart. Dont 85 sur une bombe de Marc-Antoine Langevin bonne pour le premier touché des favoris des 12 561 spectateurs réunis à l'Université Laval.

Car Pierre n'a quand même pas tout fait seul. Le quart-arrière Langevin a offert une performance magistrale dans ce qui pourrait être sa dernière prestation comme joueur en carrière. Il remplaçait Richard depuis la mi-match du 12 septembre. Dimanche, c'est Richard qui est venu prendre la relève de Langevin en fin de rencontre.

«Marc-Antoine a une maturité et un calme qui font que plusieurs équipes auraient aimé l'avoir», a louangé l'entraîneur-chef Glen Constantin, après avoir vu Langevin gagner 402 verges grâce à 28 passes captées sur 34 tentées (82 %). Deux de ses tirs ont abouti en touché.

«Il faut aussi donner crédit à Justin [Ethier, coordonnateur offensif]. Dans ses plans de match, il s'assure que les jeux soient à l'intérieur des moyens du quart, ce qui est plus facile à dire qu'à faire», a précisé le pilote.

Malgré ce que laisse croire le pointage, le Rouge et Or n'a jamais été inquiété. À 39-7 avec à peine une minute d'écoulée au quatrième quart, Constantin a envoyé son équipe B sur le terrain, surtout en défensive sur la ligne tertiaire.

Miller se réveille

C'est là que le quart des Stingers s'est mis en marche. Trenton Miller et sa bande ont avancé sur 287 verges au cours des 15 dernières minutes de jeu, dont 260 par voie aérienne. Ont suivi trois majeurs sans réplique des visiteurs. Miller a réalisé deux longues passes pour des majeurs de 62 et 68 verges.

«Quand on accepte de faire jouer tout le monde, il faut accepter les bons et les mauvais coups. Ça arrive ! Partout où tu fais des erreurs, ça paraît moins que dans la tertiaire. Ça laisse un petit goût amer, mais on comprend», explique Constantin.

Il n'a pas songé à retourner ses partants sur le terrain. «Je dis toujours aux joueurs : "Ne compte pas sur moi pour te sortir du trouble, tu vas t'en sortir toi-même." Ça montre la force de caractère.»

Le porteur de ballon Christopher Amoah s'est blessé à une cheville et, malgré les béquilles qui le soutenaient durant la deuxième demie, il ne devrait pas rater de match.

Car les équipes du Québec profitent d'une pause à l'Action de Grâce et ne jouent pas avant le 17 octobre. Le Rouge et Or reprendra l'action contre les Carabins, à l'Université de Montréal, où il n'a gagné qu'une fois au cours des quatre dernières années.

Avec la défaite des Carabins (3-2) samedi à Sherbrooke (3-2), la porte est grande ouverte pour le Rouge et Or (5-0) pour rafler un 11e championnat de saison d'affilée. Laval affrontera encore Montréal, Sherbrooke et McGill. «L'occasion est belle, mais le danger qui nous guette, c'est de regarder trop loin. On peut encore finir premier comme troisième», prévient Constantin.

Tyrone détrône un ancien... Stingers

Hors du terrain, il reste toujours poli. Serre la main, dit merci. Mais entre les lignes blanches, Tyrone Pierre s'avère beaucoup moins gentil. Surtout avec les demis défensifs adverses.

Les Stingers l'ont vite compris, dimanche, mais sans trouver de solution. Ce qui a permis au numéro 80 du Rouge et Or d'amasser 311 verges de gains aériens durant l'après-midi, la meilleure performance à ce chapitre dans l'histoire du football universitaire québécois et la quatrième sur la scène canadienne.

«Je ne sais pas quoi dire. Les entraîneurs m'ont permis de jouer et je les remercie 100 millions de fois. Je ne savais même pas pour les records et les verges, je voulais juste jouer et aider mon équipe dans un match un peu serré. Je voulais faire de mon mieux, faire ce que j'avais à faire», a commenté le principal intéressé, dans toute l'humilité qui le caractérise.

L'efflanqué de 20 ans originaire d'Ottawa a effacé un record vieux de 35 ans. Le 20 septembre 1980, le receveur Gérald Prud'homme, justement de Concordia, compilait 305 verges par la passe contre Queen's. Glen Constantin se rappelle que le quart-arrière qui alimentait Prud'homme était Colin Anderson, grand meneur des Stingers au début des années 80.

«Tyrone est vraiment en train de s'épanouir, constate l'entraîneur-chef du Rouge et Or. J'ai toujours dit que si on recrute à l'extérieur du Québec, c'est pour un besoin spécifique ou un grand talent. Et lui, je pense que c'est un grand talent. J'aime les tracés qu'il court, il se démarque. Quelle accélération!»

Le pilote adverse, lui, a bien résumé sa pensée : «Il est un joueur spécial», a laissé tomber Mickey Donovan, qui a vu Pierre diversifier ses tracés, complétant six jeux de 25 verges ou plus et cinq de moins de 15 verges.

Le record d'équipe de 212 verges avait à peine un an et appartenait à Félix Faubert-Lussier. Pierre avait encore du chemin à faire jusqu'au record canadien de 377 verges réalisé en 2001.

Richard en selle

Sur le deuxième majeur de Pierre, au début du quatrième quart, la passe de 12 verges captée dans la zone des buts malgré une double couverture a été lancée par Hugo Richard. Le joueur par excellence au Québec et meilleure recrue au Canada en 2014 revenait de trois semaines d'absence pour cause de commotion cérébrale.

«Le touché a cassé la glace de belle façon. Tout a super bien été, je n'ai eu aucun symptôme. Ç'a été génial. J'ai eu une fin de match avec peu d'action, mais c'était une bonne chose de voir du terrain», a indiqué Richard, qui récupérera son poste de pivot partant lors du prochain match, dans deux semaines.

Ses capacités ont vite été mises à l'épreuve avec une faufilade de trois verges dès sa deuxième action. Un choix de jeu qui a même surpris Constantin. «Je n'avais aucun problème à faire ça, rassure Richard. J'avais dit à Justin [Ethier, coordonnateur offensif] que j'étais de retour à 100 %. Alors lui, il jouait à 100 %.»

Mission plus qu'accomplie pour Langevin

Marc-Antoine Langevin s'est couché dimanche soir en se disant mission accomplie. Dans ce qui pourrait bien être le dernier match de sa carrière de joueur, le quart-arrière a atteint 402 verges de gains aériens. Eh oui ! Pour son prochain match, le Rouge et Or rétrogradera un pivot auteur de 76 % de passes réussies et de gains de 1002 verges en trois matchs et demi. «Je sais que c'est Hugo le premier, c'est lui qui va être là contre Montréal. Moi, je vais être là pour l'épauler et advienne que pourra», affirme celui qui avait été appelé en renfort pour remplacer un Richard blessé, il y a quatre samedis. Finissant de bientôt 25 ans, l'âge limite par règlement, Langevin estime avoir «bien fait de revenir» comme joueur universitaire l'an dernier après deux ans comme entraîneur au collégial. «Mais si tu m'avais alors dit que je serais partant pour trois matchs et que je connaîtrais relativement de succès, je ne t'aurais pas cru. Mieux vaut tard que jamais !» lance-t-il, retrouvant son rôle du substitut auprès de Richard.

Meilleur adversaire, moins bon match

«Trop tard! Il faut faire ça à partir du début du match», a pesté Mickey Donovan, après avoir été témoin d'un semblant de remontée les siens en fin de rencontre. L'entraîneur-chef de Concordia ne s'est pas laissé duper. Ses Stingers n'étaient pas les mêmes que ceux qui ont donné beaucoup plus de fil à retordre aux Carabins, malgré un score semblable, huit jours plus tôt. «On a fait plus d'erreurs mentales que contre Montréal. Notre match était meilleur la semaine dernière et l'adversaire était meilleur cette semaine. Montréal a une excellente équipe, mais je sens encore que Laval est l'équipe que tout le monde poursuit. La preuve, ils sont toujours invaincus», constate l'ancien secondeur étoile et pilote de l'équipe pour une deuxième campagne.

Partager

À lire aussi

  • Le Vert & Or a le dessus sur les Carabins

    Sports

    Le Vert & Or a le dessus sur les Carabins

    Jérémi Roch a fracassé deux records nationaux sur la colline universitaire samedi et le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke a pris la mesure des... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer