La menace des Maritimes (test)

Tivon Cook des X-Men fera face à Marc-Antoine Langevin...

Agrandir

Tivon Cook des X-Men fera face à Marc-Antoine Langevin du Rouge et Or, un quart quasi sans expérience, qui a effectué son premier départ universitaire la semaine dernière contre Bishop's.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Mi-chemin du calendrier régulier, bon moment pour accueillir la visite de Nouvelle-Écosse. Samedi soir, les X-Men de St. Francis Xavier feront connaissance avec le stade du PEPS. Le Rouge et Or a gagné ses 13 derniers matchs interconférences en saison, souvent par une forte marge. Mais cette fois, «c'est un de nos bons matchs à prévoir contre les Maritimes», prédit Glen Constantin. «On voit une bonne équipe sur vidéo et, si je me trompe, je serai le premier heureux», confie le pilote.

Sur un élan

«On a commencé à trouver quelque chose qu'on aimait à la fin du deuxième quart», glisse Gary Waterman, sans élaborer sur ce qui a permis à ses X-Men d'asservir les Huskies de St. Mary's 37-0 en deuxième moitié de leur dernier match. Rencontre où St. F.X. a empilé 569 verges d'attaque nette.

Celui qui en est à sa septième saison à la barre des X-Men estime que son quart-arrière Tivon Cook a su bien protéger le ballon, ne provoquant aucune interception et trois majeurs. Depuis le début de la campagne, Cook a lancé cinq ballons pour le touché et zéro dans des mains rivales.

«Une équipe comme Laval ne se bat pas elle-même et commet peu d'erreurs. On doit éviter de leur donner un terrain court avec des revirements», explique Waterman, rappelant qu'il dispose d'un alignement peu expérimenté.

Puis il y a Ashton Dickson. Le porteur de ballon de cinquième année a amassé 176 verges contre les Huskies, presque autant dans les airs (85) qu'au sol (91). Il mène les Maritimes pour les verges totales (297) après deux matchs. Les receveurs finissants Donald Tabor et Randy Roseway, aussi retourneurs, sont à surveiller.

La défensive «a plié quelques fois, mais sans rompre», illustre le pilote. «Mais on espère que ça ne plie plus autant.» Pas évident après avoir perdu des joueurs étoiles comme le secondeur Ron Omara, meilleur joueur défensif en Atlantique en 2013 promu cet été dans la LCF avec Hamilton, et le demi défensif Demitrius Ferguson, devenu fabricant de noeuds papillon. 

«Nous sommes rapides, mais c'est de la jeune vitesse. Reste à leur montrer comment utiliser cette rapidité au bon endroit et au bon moment. On s'améliore, de nouveaux meneurs émergent chaque semaine», assure celui qui espère mener sa troupe à un premier titre de conférence en 19 ans.

Waterman compte pour l'épauler dans cette quête sur Jim Daley, entraîneur-chef durant cinq saisons dans la LCF et fort de 38 ans d'expérience comme coach de foot.

.

Cuisine évolutive

Le jello défensif du Rouge et Or a mieux pris à Bishop's, samedi passé. Reste à voir si la recette tiendra face à une attaque plus aguerrie comme celle des X-Men. «La cuisine, c'est toujours en évolution!» rétorque le pilote du club de l'UL, soulignant néanmoins que le fait de maintenir les mêmes effectifs sur la ligne tertiaire pour une deuxième semaine de suite s'avère «de bon augure».

Car la passe était devenue une arme de choix contre le Rouge et Or. «Les choses se replacent tranquillement», assure Glen Constantin, dont la troupe affronte selon lui «un des meilleurs quarts-arrières qu'on ait vus depuis longtemps et avec des receveurs très rapides».

Avec l'absence d'Hugo Richard au poste de quart-arrière partant pour un deuxième match consécutif, conséquence d'une commotion cérébrale subie le 12 septembre, Constantin confie encore les rênes de l'attaque à Marc-Antoine Langevin. Presque recrue mais déjà vieux, il a connu son premier départ universitaire la semaine dernière.

Le trio de porteurs formé de Maxime Boutin, Christopher Amoah et Vincent Alarie-Tardif risque encore d'être mis à pleine contribution. 

«Avec Hugo sur les lignes de côté, il est peut-être un peu plus important de s'établir au sol, reconnaît Constantin. Marc-Antoine doit jouer à l'intérieur de ses moyens, sans se mettre plus de pression. Et, peu importe le quart-arrière, c'est toujours bon de maintenir un équilibre offensif [entre passe et course]. Le jeu au sol permet de contrôler l'horloge et de laisser la défensive au banc.»

Après analyse des enregistrements vidéo, le coach estime que St. F.X. «a autant, sinon plus de talent athlétique que certaines équipes de notre conférence». Avec un plaqueur de 360 lb, Tyler Cordeiro, et un secondeur nommé meilleur joueur défensif dans les Maritimes la semaine passée, Daniel Tshiamala, «leur front défensif pourrait nous donner du fil à retordre», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer