Rouge et Or 44 /Gaiters 2: victoire sans bavure

«À part quelques jeux, ç'a été un match... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

«À part quelques jeux, ç'a été un match sans bavure», a résumé un Constantin presque comblé.

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Lennoxville) Même privé de son meilleur joueur, le Rouge et Or a pulvérisé les Gaiters de Bishop's 44-2, samedi, en Estrie. Le quart-arrière suppléant Marc-Antoine Langevin a fait du bon travail dans les limites de ses capacités. C'est tout ce qu'on lui demandait.

«Je ne me souviens pas la dernière fois où on était sortis heureux d'ici. Là, on l'est. On est déjà sortis d'ici avec des plus gros pointages, mais moins contents», a commenté Glen Constantin, avant de quitter la pelouse du Coulter Field.

Cette semaine, voyant que le quart-arrière étoile Hugo Richard ne serait pas remis à temps d'une commotion cérébrale, l'entraîneur-chef du club chouchou de l'Université Laval en avait appelé à «la plus grande victoire collective dans l'histoire du programme».

Bon, il ne faut pas charrier. Mais il est vrai que la victoire de samedi a été acquise grâce «à la contribution des trois volets.

«En défensive, on ne peut pas demander mieux, même si on a donné un peu de verges au sol [123]. Sur les unités spéciales, on a eu des bons retours et des bonnes couvertures [entre autres un touché d'Anthony Dufour sur un retour de dégagement de 57 verges] et, à l'attaque, notre quart-arrière a joué à l'intérieur de ses moyens. À part quelques jeux, ç'a été un match sans bavure», a résumé un Constantin presque comblé.

On ne peut toutefois pas dire que les visiteurs sont partis en trombe. Seulement deux premiers essais au premier quart, deux passes réussies pour Langevin et une maigre avance de 1-0 sur un placement de 29 verges raté contre le vent.

Même qu'au début du deuxième quart, à 9-0, les Gaiters auraient pu rendre les choses intéressantes. À la suite d'une interception ramenée à huit verges des buts, les locaux n'ont été en mesure d'inscrire qu'un maigre point sur un placement de 12 verges raté après une course de trois verges et une passe incomplète. Le retour de botté de Dufour peu après pour le majeur portait la marque à 16-1. La fin était proche.

Il faut dire qu'il y avait plus de crème sur la peau des 1091 spectateurs exposés au gros soleil que chez les adversaires du Rouge et Or. Les footballeurs de la petite université anglophone de l'Estrie sont 0-3 cette saison et n'ont pas gagné depuis 49 semaines.

Manque de synchronisme

«C'est ça qui arrive quand tu es jeune», a insisté le pilote des Gaiters, Kevin Mackey. «On manque de synchronisme, mais ça va venir. Il faut être patients, on a encore la même équipe pour trois ans», s'est consolé celui qui a vu sa troupe encaisser 28 points et trois touchés en deuxième moitié de rencontre. Même si les partants de l'UL ont été remplacés en cours de route.

Outre celui de Dufour, les vainqueurs ont inscrit quatre autres touchés : deux au sol, seize verges pour Christopher Amoah et une pour Vincent Alarie-Tardif; deux longs jeux de passe, 69 verges pour Maxime Boutin et 51 pour Tyrone Pierre. Laval a dominé 476-207 au chapitre des gains offensifs.

Les deux équipes ne pouvaient compter sur leur quart-arrière numéro un. Langevin, du Rouge et Or, a complété 13 de ses 19 passes pour 245 verges et une interception, tandis que Mathieu Demers, des Gaiters, a fait 14 en 25 pour 120 verges et une interception.

Dufour entouré de mauve

Dix joueurs formés chez les Titans du Cégep Limoilou participaient au match de samedi entre le Rouge et Or et les Gaiters. Neuf d'un bord, un de l'autre. Même si l'Université Laval est située à moins de 10 km du Cégep Limoilou, le solitaire était du côté de Québec. C'est pourtant lui qui a eu le plus de succès. Retourneur de botté et receveur de passe, Anthony Dufour a réussi le jeu brise-reins au deuxième quart, ramenant un dégagement sur 57 verges pour le touché. «J'ai juste pogné le ballon et couru droit. L'an passé, je m'étais fait plaquer par le botteur, ici, et les gars m'en ont parlé avant le match. Là, mes démons sont partis», s'est réjoui le 22, qui a cumulé 186 verges de gains en 11 actions avec le ballon, soit huit retours de dégagement (142), un retour de botté d'envoi (28), une passe (8) et une course (8). Après la rencontre, Dufour a pris une photo avec ses anciens coéquipiers des Titans, sur le terrain. Son gilet blanc détonnait dans le groupe de mauves.

Les Carabins bafouent le Vert & Or

En visite à l'Université de Montréal, le Vert & Or (1-2) n'a pas offert l'opposition attendue aux Carabins (2-1). Vaincus 32-13, les gars de Sherbrooke ont été incapables de tirer profit de trois interceptions et de deux ballons échappés par leurs rivaux, dont un à la porte des buts. Les champions en titre de la Coupe Vanier ont quant à eux mis la main sur deux ballons perdus dans la zone des buts adverse. Le receveur recrue des Carabins Louis-Mathieu Normandin a continué de faire sa marque avec trois touchés et 125 verges de gains. Gabriel Cousineau (Montréal) a vu 24 de ses 34 tirs captés pour 292 verges, trois touchés et trois interceptions; Jérémi Roch (photo, Sherbrooke) a fait 18 en 32 pour 261 verges, un touché et une interception. Pendant ce temps, à Concordia, les Stingers (2-1) ont vaincu 33-21 les Redmen de McGill (1-2). Le quart des Stingers Trenton Miller a réussi 27 de ses 38 passes pour 275 verges, deux touchés et une interception. Le porteur Jean-Guy Rimpel a cumulé 135 des 174 verges gagnées au sol par Concordia.

Le R et O, «une équipe comme une autre»

Pour le quart-arrière de Québec Mathieu Demers, le Rouge et Or s'avère «une équipe comme une autre». Même si le pivot produit au Cégep Limoilou affrontait la formation de sa ville natale pour son tout premier départ dans les rangs universitaires. «On a fourni un bon effort collectif. Je crois que c'est le match où on a le mieux joué à l'attaque, mais on aurait aimé mettre plus de points au tableau. Ça va venir», a affirmé le pivot de 21 ans, qui a été utilisé du premier au dernier sifflet. Son patron hésitait à se dire satisfait de la performance du 14, mais «ses lectures étaient là. Il y a une équipe autour de lui et on va regarder la vidéo», a indiqué Kevin Mackey, sans confirmer un deuxième départ pour Demers samedi prochain, à Halifax, contre Saint Mary's.

Le quart du R et O Marc-Antoine Langevin... (La Tribune, Maxime Picard) - image 5.0

Agrandir

Le quart du R et O Marc-Antoine Langevin a complété 13 de ses 19 passes pour 245 verges, deux touchés et une interception.

La Tribune, Maxime Picard

Marc-Antoine Langevin à la hauteur

«Ç'a été moins intense que la semaine passée. La foule était plus silencieuse et le pointage n'était pas le même pantoute», a soufflé le quart-arrière Marc-Antoine Langevin, après son premier départ, victorieux, dans les rangs universitaires.

Le remplaçant de Hugo Richard concédait d'emblée avoir commis quelques petites erreurs tout au long de la rencontre. L'interception du deuxième quart aurait pu coûter beaucoup plus cher. Le receveur Tyrone Pierre, à qui Langevin destinait la passe, prenait tout le blâme. Langevin, lui, parlait d'un manque de communication. Toujours est-il que Pierre et le ballon n'étaient pas au même endroit.

«Justin [Ethier, coordonnateur offensif] nous avait avertis qu'il y aurait des moments difficiles, mais d'être patients et que ça allait débloquer», explique le 16, qui a cumulé 151 de ses 245 verges de gains aériens en deuxième demie. Il s'est bien repris avec Pierre sur une bombe de 51 verges pour le majeur, en fin de troisième quart.

«Faut être patient, il n'a pas beaucoup de vécu. Mais il a bien fait», a affirmé le pilote Glen Constantin, à propos de son quart arrivé en 2011 et ensuite retraité durant deux ans avant de revenir l'an dernier. Il y a huit jours, Langevin est entré d'urgence à mi-chemin dans le match avec un retard de 17-14 et a mené l'équipe à une victoire de 27-24 en prolongation.

Constantin se fait par ailleurs rassurant dans le dossier de Richard. Victime d'une commotion cérébrale le 12 septembre, la recrue par excellence au Canada en 2014 était asymptomatique vendredi. Des tests à l'effort restent à être passés, mais «ça regarde bien» pour un retour au jeu contre Saint Francis Xavier, au PEPS, samedi prochain.

Dallaire aux commandes

Pour sa dernière série offensive, le Rouge et Or a confié le ballon à Christian Dallaire comme quart-arrière. Quart au collégial, Dallaire a été muté parmi les receveurs en début de campagne, ce qui permet d'aligner un troisième quart non officiel chaque match. Le véritable substitut de Langevin, Samuel Chénard, n'a pas vu d'action. Dallaire et Chénard sont recrues.

La défensive a abattu du bon boulot contre la passe. Les 120 verges allouées détonnent avec la moyenne de 353 lors des deux premiers matchs.

Partager

À lire aussi

  • Le Rouge et Or sans pitié pour les Gaiters

    Sports

    Le Rouge et Or sans pitié pour les Gaiters

    Il aurait fallu un miracle aux Gaiters de l'Université Bishop's pour venir à bout du Rouge et Or de l'Université Laval samedi après-midi au Coulter... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer