Le Rouge et Or gagne en prolongation, mais perd Richard

Le quart-arrière Hugo Richard a été frappé solidement... (La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Le quart-arrière Hugo Richard a été frappé solidement à quelques reprises par les joueurs défensifs du Vert & Or. Le passeur de deuxième année du Rouge et Or a dû quitter le match au troisième quart. Sans lui, Laval a tout de même trouvé le moyen de l'emporter.

La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Vert & Or n'a jamais été aussi près de battre le Rouge et Or. Samedi, les gars de Québec sont repartis de Sherbrooke vainqueurs 27-24 en prolongation. Victoire arrachée au prix de la perte de Hugo Richard, le quart-arrière sans doute victime d'une commotion cérébrale.

Pour un deuxième match en deux cette saison, un placement du botteur Dominic Lévesque sur le dernier jeu du match a permis au club de l'Université Laval de gagner. Cette fois au «cinquième quart», placement de neuf verges pour celui qui en avait raté un de 40 verges à 38 secondes de la fin du temps régulier. Le ballon s'était arrêté sur le poteau de gauche.

«On n'avait pas un bon focus. J'en ai parlé cette semaine, j'en ai parlé à l'hôtel ce matin, j'en ai parlé dans le bus et j'en ai reparlé à la demie», pestait Glen Constantin, après la rencontre.

«Je ne sais pas si les gars prenaient ça à la légère, mais on n'avait aucune raison de le faire. Est-ce qu'on a appris la leçon sans avoir payé le prix? Ça reste à être vu», avance l'entraîneur-chef, qui récoltait sa 100e victoire de saison régulière à la barre du Rouge et Or.

Au grand malheur des 9291 spectateurs, la deuxième plus grosse foule de l'histoire du Vert & Or, les visiteurs ont ouvert les hostilités avec un jeu de passe de 72 verges de Richard à Benoît Gagnon-Brousseau pour le majeur sur le troisième jeu du match. Ce qui en a peut-être conforté certains dans leur certitude que ce serait un après-midi facile.

Mal leur en prit, car à la demie, les deux équipes rentraient au vestiaire à 14-14, une première en 21affrontements. Et c'est à peu près à ce moment-là que la tête de Richard s'est mise à lui tourner, conséquence d'une course en fin de demie.

«Quand on est sortis à la demie, Hugo a été évalué et il semblait correct», explique Constantin. Richard est revenu au troisième quart, mais pas longtemps. «C'est quand il est ressorti après son interception que le personnel médical s'est aperçu qu'il n'était pas correct.»

Une option à éliminer

Le pivot de deuxième année et meilleure recrue au Canada l'an passé venait encore de porter le ballon de son propre chef. «On essaie d'éliminer ça le plus possible, on ne veut pas de quart-arrière qui court tant que ça. À la fin de la demie comme ça, tu n'as pas vraiment besoin de courir. Peut-être qu'avec son caractère compétitif et bouillant, il s'est mis dans le trouble», regrette le patron.

Le bloqueur à droite Jason Lauzon-Séguin a reçu un coup de casque et n'a pas fini le match à cause d'une blessure au cou.

Au final, Constantin s'est dit «content d'avoir gagné ce match-là, mais loin d'être satisfait». Fier néanmoins de la résilience de sa troupe, en retard 17-14 au moment de perdre son as offensif. De voir le quart substitut Marc-Antoine Langevin «jouer une demie comme ça, c'est exceptionnel pour un gars qui n'a pas vu beaucoup d'action dans sa carrière».

Pendant ce temps dans la campagne sherbrookoise, les Stingers de Concordia prenaient la mesure des Gaiters de Bishop's 38-18. Un match de 8 interceptions, 5 ballons échappés et 26 pénalités. Le Rouge et Or se rend à son tour à Lennoxville samedi prochain, peut-être avec Langevin aux commandes de son offensive.

«Ce n'est pas idéal si Hugo ne joue pas, mais on a une équipe qui peut gagner des matchs sur les trois volets [attaque, défensive et unités spéciales]», conclut Constantin.

Lessard : «J'y ai cru!»

«J'y ai cru! Et là, de passer si proche... câline!» a lâché un David Lessard dépité au possible. «Je suis fier des gars, mais on n'a pas gagné», n'a pu que constater l'entraîneur-chef du Vert & Or, qui venait de voir sa bande incapable d'avancer en prolongation sur deux passes échappées et un placement de 42 verges loupé. L'analyse du quart-arrière Jérémi Roch était sans appel : «On ne convaincra personne et on n'atteindra pas nos objectifs tant qu'on ne les aura pas battus. On veut être une équipe championne et pour ça, va falloir les battre», a expliqué le cinquième quart dans l'histoire du football universitaire canadien à gagner plus de 10000 verges par la passe en saison en carrière. Avec ses 384 de samedi, dont 277en première demie, il est à 10055. Roch a aussi établi un record d'équipe avec ses 56eet 57e passes de touché.

La première passe de Langevin

À sa dernière année universitaire, le quart-arrière Marc-Antoine Langevin a lancé sa première passe en match officiel. Un tir pour 29 verges de gains à Marco Dubois. Et dans la série suivante sa première passe de touché, jeu de neuf verges à Félix Faubert-Lussier. Le Rouge et Or a inscrit 10 points lors des deux premières séries de Langevin. «C'était beau à voir! J'ai été surpris que ça roule bien comme ça. On joue au football pour des moments comme ça», a commenté le numéro16, appelé à relever un Hugo Richard sonné. L'attaque de Laval s'est ensuite mise en mode terrestre, cumulant 196 de ses 222 verges au sol en deuxième demie. Le porteur Maxime Boutin (photo) en a récolté 119 verges en 20courses. Langevin a réussi 9 de ses 13 passes pour 112 verges et un majeur. Richard avait fait 9 en 17 pour 166 verges, un touché et une interception. Richard a aussi marqué un six points sur une course d'une verge.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer