Le Vert & Or, un adversaire moins prévisible

Marc Fortier se méfie de l'attaque au sol... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Marc Fortier se méfie de l'attaque au sol du Vert & Or, qui est surtout reconnu comme une menace aérienne.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Avec un quart étoile comme Jérémi Roch, l'attaque du Vert & Or fait de la passe sa priorité. Mais le club de football de l'Université de Sherbrooke a lancé le ballon aussi souvent qu'il a couru avec, à son premier match. Ce qui fait cogiter le cerveau défensif du Rouge et Or.

«C'est une équipe qui aime passer le ballon. Mais ils ont été plus équilibrés la semaine passée. Ils ont couru le ballon pas pire», a analysé le coordonnateur défensif Marc Fortier, jeudi après-midi. L'entraînement léger venait de finir, joueurs et entraîneurs de l'Université Laval allaient monter dans les autocars qui les ont menés dans l'Estrie.

Dans sa victoire de 37-0 contre Concordia, le Vert & Or a tenté33 passes et 30 courses. Presque moitié-moitié. «J'ai hâte de voir ce qu'ils vont nous présenter, de voir leur plan de match», poursuit Fortier.

Au lendemain de l'écrasante victoire de Sherbrooke à Concordia, Laval a vaincu Montréal 12-9. Les champions canadiens en titre ne sont pas parvenus à inscrire le moindre touché aux dépens du Rouge et Or, comme lors la finale de conférence de l'an passé, que les Carabins avaient gagnée.

Ainsi, la défensive du Rouge et Or n'a accordé aucun touché au cours des huit derniers quarts, tous contre les puissants Carabins. Et outre les trois majeurs alloués par les réservistes au dernier quart d'un massacre de 74-18 contre Concordia, l'an dernier, Laval avait aussi tenu l'adversaire hors de sa zone des buts durant les quatre autres quarts précédents. Jeu blanc donc dans 12 des 13 derniers quarts officiels, dont9 contre Montréal.

«La semaine dernière, les Carabins ont assez bien mixé leur attaque», admet Fortier, qui grimace à l'évocation des 415 verges allouées aux Bleus. «Ils ont eu du succès dans les deux phases, ce qui rend ça plus difficile défensivement. Ce n'était pas tout le temps aussi serré qu'on aurait voulu, mais on a joué fort dans les moments critiques.»

Le Vert & Or «peut nous donner un bon défi au sol et courir avec différentes formations. Va falloir être sûr de ne pas se faire prendre en surnombre, de remplir les bons trous», constate-t-il.

Force de frappe

La force de frappe de Sherbrooke s'appuie sur Roch, pivot de cinquième et dernière année. Puis sur de bons receveurs, comme les grands Olivier Émond et Oumar Touré, deux 6'4''. Sans oublier le vétéran Vincent Cléroux-Gaudreau, qui sert de cible à Roch depuis huit ans. Il n'était toutefois pas de l'alignement il y a huit jours.

Au sol, le jeune porteur Félix Marquis-Chevrier semble avoir pris la position de tête avec ses13 courses de la semaine passée. «Il faut juste ne pas donner les gros jeux et on va être pas si pire», résume le coordonnateur défensif du Rouge et Or, avec justesse.

Il compte sur trois recrues parmi ses 12 partants. Deux sont postés sur la ligne, l'ailier Mathieu Betts et le plaqueur Marc-Antoine Ouellet, tandis que le demi défensif Louis-Philippe St-Amant vient d'être muté à la position de nickel (sixième demi défensif). Gabriel Marcoux prend sa place sur la tertiaire et William Pinard est rétrogradé.

St-Amant connaît bien cette position et assure ne pas être intimidé par la grandeur de ses rivaux receveurs. «Ils sont plus grands, mais moins rapides. Ça ne me stresse pas», indique l'athlète de 5'10''.

Les Carabins s'éclatent 42-2

Après avoir déroulé la bannière de leur conquête de la Coupe Vanier 2014 sur le mur du centre sportif de l'Université de Montréal, hier soir, les Carabins (1-1) ont donné une raclée de 42-2 aux Redmen de McGill (1-1). Le quart-arrière Gabriel Cousineau s'est éclaté avec 18 passes réussies en 25 pour 314 verges de gains et des touchés de Régis Cibasu (6 attrapés/163 verges) et Louis-Mathieu Normandin (4/67), son premier dans les rangs universitaires. Will Altéma (11 courses/60 verges) a deux touchés par la course. L'attaque des Carabins a cumulé 517 verges de gains nets contre 181 pour les Redmen. Ces derniers ont perdu leur quart partant Joël Houle sur leur deuxième jeu offensif du match, blessé par un sac. Le porteur de ballon étoile de McGill Luis Guimont-Mota n'a avancé que pour 50 verges sur 12 courses.

Bataille de géants

Anthony Auclair (photo) rencontre rarement plus grand que lui. À 6'6'', le centre-arrière du Rouge et Or domine le paysage, même sur un terrain de football. Mais cet après-midi, à Sherbrooke, ce sera une autre histoire. Auclair sera souvent opposé à l'ailier défensif Alexandre Gagnon, qui mesure 6'8''! Les deux géants de troisième année universitaire sont des amis de l'école secondaire et anciens coéquipiers au sein des Dragons de Beauce-Etchemin, équipe midget. Le numéro 81 de l'Université Laval se demande surtout comment réagira la défensive du Vert & Or contre un centre-arrière ou demi inséré comme lui. Lors de la première semaine d'activités, les Stingers de Concordia n'ont jamais éprouvé ce genre de formation pour contrer la ligne défensive sherbrookoise. L'attaque au sol des Stingers a conclu la soirée avec des pertes nettes de 29 verges. «Sherbrooke montre un front défensif différent de celui de Montréal. Ils font des choses complexes», analyse Auclair.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer