Aucun doute dans les têtes des joueurs du Rouge et Or

Le vétéran demi défensif Thomas Girard soutient que... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le vétéran demi défensif Thomas Girard soutient que les récents insuccès du Rouge et Or n'ont pas miné la confiance de l'équipe.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les nouveaux insuccès du Rouge et Or n'ont en rien infléchi l'aplomb des joueurs. À ce qu'ils disent, du moins.

«Il n'y a aucun doute dans nos têtes. On sait qu'on a une bonne équipe», répond tout de go Thomas Girard, demi défensif de cinquième et dernière saison dans les rangs universitaires. «UBC a su exploiter nos erreurs, mais là on sait exactement ce qu'on a mal fait. C'est une question de détails. On connaît nos erreurs et on peut juste faire mieux cette semaine», assure celui dont l'unité a accordé 352 verges de gains par la passe aux Thunderbirds, samedi dernier, dont 209 en première demie.

Pas de doute, les visiteurs de Vancouver comptaient sur un bon quart-arrière recrue en Michael O'Connor. Mais avec quatre campagnes universitaires sous les crampons, près de 70 % de ses passes complétées et 292 verges aériennes par match l'an dernier, Gabriel Cousineau, pour Montréal, n'a pas grand-chose à lui envier.

«On sait qu'ils vont passer le ballon, c'est comme ça qu'ils ont connu du succès l'an dernier», constate Girard, à propos de l'attaque des Carabins qui privilégiait davantage la course il y a quelques années. 

La ligne tertiaire de la formation de Québec compte sur un alignement expérimenté. Outre Girard, le maraudeur Jean-Philippe Bolduc et le demi de coin Vincent Chabot en sont aussi à leur dernière saison universitaire. Le coin Alex Hovington entame sa quatrième année, tandis que William Pinard, demi défensif, est le petit jeune avec un bagage de déjà deux saisons. Auparavant demi défensif, Bolduc étrenne toutefois une nouvelle position.

De là à dire qu'UBC a étalé au grand jour la faiblesse du Rouge et Or, ça reste à voir, dit-il. «Si les autres équipes veulent penser ça, c'est parfait. On va se nourrir de ça», rétorque le toujours calme Girard. Il rappelle que la défensive lavalloise n'a accordé aucun touché au cours de la dernière finale québécoise, match gagné par Montréal à coups de bottés.

L'étincelle

Selon Félix Faubert-Lussier, la semaine dernière, le Rouge et Or n'avait pas cette étincelle qui a caractérisé nombre de victoires du club chouchou de l'Université Laval. Cette défaite hors concours contre UBC a montré d'importantes failles autant en attaque qu'en défensive, une rareté. Le receveur inséré n'était pas du match, mais a recouvré la santé. Il estime que sa bande ne s'est «pas assez investie contre UBC». «Oui, on avait peut-être un peu Montréal en arrière de la tête», admet-il.

Une confrontation entre les deux puissances québécoises ne manquera donc pas d'étincelles. Faubert-Lussier assure avoir pleine confiance dans le quart-arrière de deuxième année Hugo Richard, «un des plus grands compétiteurs que je connaisse». «Et nous avons encore une des meilleures lignes offensives au Canada», ajoute le receveur le plus sollicité par Richard l'an dernier. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer