Rouge et Or: esprit de revanche... pour certains

Il y avait de l'intensité lors de l'entraînement... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Il y avait de l'intensité lors de l'entraînement du Rouge et Or mardi.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Même s'il n'est pas à proscrire, le mot revanche ne sera pas sur toutes les lèvres des joueurs du Rouge et Or d'ici leur premier match de la saison, samedi soir, contre les Carabins de l'Université de Montréal.

«Ça serait mentir de dire qu'il n'y en a pas [d'esprit de revanche]», a affirmé le Rouge et Or en chef, Glen Constantin, après l'entraînement des siens, mardi soir. «Il y a une partie de ça. Mais moi, je ne veux pas que ce match-là définisse notre saison. Si la revanche sert de motivation, tant mieux. Mais je ne veux pas [qu'un joueur] brûle ses énergies en pensant à ça. Je ne veux pas qu'on soit juste animés par la revanche.»

Le vétéran Charles Vaillancourt a repris un discours similaire, quelques minutes plus tard. «Ça va changer d'une personne à l'autre, mais moi, ce n'est pas ma revanche que je veux prendre en fin de semaine, vraiment pas. Contre n'importe quelle équipe, je vais être primé pour les battre, je vais amener de l'énergie.»

Carabins et Rouge et Or se retrouveront donc samedi soir, au PEPS, pour le premier match de la saison. Ce sera aussi le premier duel entre les deux équipes depuis que Montréal a battu Laval en finale de la Coupe Dunsmore, l'an dernier, alors que l'équipe de Danny Maciocia avait bouleversé la hiérarchie du football universitaire québécois en détrônant celle de Glen Constantin 12-9 en prolongation.

Quelques semaines plus tôt, les Carabins avaient aussi battu le Rouge et Or, à Montréal cette fois, au compte de 13-9. Dans ces deux rencontres, Laval n'a réussi aucun touché.

Corriger les erreurs

Le Rouge et Or a foulé le terrain pour la première fois depuis sa cinglante défaite de 41-16, samedi, contre les Thunderbirds de l'Université de la Colombie-Britannique, lors d'un match pré-saison. 

L'entraînement a servi à corriger les erreurs commises trois jours plus tôt, a dit Constantin. «Que ce soit des erreurs physiques ou mentales ou d'intensité. On les a vues sur film, on en a discuté. On a une trop bonne équipe pour se laisser abattre par cette mauvaise performance-là.»

Mardi, au dire des entraîneurs, les joueurs avaient retrouvé leur aplomb et leur énergie. «Bel intensité, bel enthousiasme. On ne peut pas demander mieux», a dit Justin Ethier, qui admet que les pratiques menant à un duel contre les Carabins sont généralement plus intenses que les autres.

«Il ne fallait pas que les gars arrivent ici la tête en bas, maussades, a dit Vaillancourt. Les gars avaient de l'énergie, ils ont travaillé. C'est l'esprit que je voulais de cette équipe-là», a constaté le colosse de 6'4'' et de 325 livres, ajoutant que les vétérans se sont rencontrés après le match de samedi pour «mettre les points sur les i et les barres sur les t».

«On recommence à zéro»

Du côté des Carabins, Danny Maciocia estime que le mot revanche sert bien la cause des médias, mais reflète mal la réalité. «On recommence à zéro», a affirmé l'entraîneur-chef montréalais, mardi après-midi. «C'est sûr que côté médiatique, tout le monde aimerait faire référence à un match revanche. Mais ce n'est pas tout à fait ça, parce qu'il y a plusieurs joueurs qui vont jouer samedi qui ne faisaient pas partie des deux organisations l'an passé.»

Maciocia croit par ailleurs que ce n'est pas une défaite - aussi cuisante soit-elle - qui changera la perception des autres équipes envers le Rouge et Or. «Ça reste toute une machine de football qui est bien dirigée avec des excellents éléments en place. Ça reste une des meilleures équipes au Canada.» Le clé pour la victoire samedi soir sera de limiter le nombre d'erreurs, croit-il.

Pression continuelle

La défaite de samedi contre les Thunderbirds ne met pas une pression supplémentaire sur le Rouge et Or, affirme Justin Ethier. Gagne ou perd, la pression est forte et constante, et ce, depuis longtemps, dit-il. «Il faut remonter à la première conquête de la Coupe Vanier [en 1999] pour sentir qu'il n'y a aucune pression dans l'air, pis que tout est l'fun. Depuis cette conquête, [...] cette pression a toujours été là. Notre organisation - les coachs, les joueurs -, on vit bien avec ça. Je te dirais pas qu'on l'a sentie plus [cette semaine]», a assuré le coordonnateur à l'attaque.  Jean-Nicolas Patoine

Carabins et Rouge et Or au sommet

Les Carabins de l'Université de Montréal et le Rouge et Or de l'Université Laval occupent les deux premières positions du classement canadien du football de SIC, publié mardi. Champions en titre de la Coupe Vanier, les Carabins ont reçu 25 des 30 votes de première place. Les Mustangs de Western complètent le trio de tête. Aucune autre équipe du Québec ne fait partie de la liste. Sans doute un effet de leur retentissante victoire de 41-16 contre le Rouge et Or samedi, les Thunderbirds de l'Université de la Colombie-Britannique occupent le septième rang du classement, malgré leur piètre fiche de deux victoires et six défaites la saison dernière. Les votants sont des membres de l'Association des journalistes de football du Canada.  

Avec la collaboration d'Olivier Bossé

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer