Rouge et Or: Danny Tam cogne à la porte

Après quatre camps, trois saisons et un transfert,... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Après quatre camps, trois saisons et un transfert, Danny Tam est en voie d'obtenir un poste de partant sur la ligne tertiaire du Rouge et Or.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «À mon arrivée avec le Rouge et Or, Marc Fortier disait : "Ici, on joue au football, on ne joue pas au ballon." Au début, je jouais au ballon. Mais j'ai appris comment jouer au football à Laval.»

Ça aura pris quatre camps d'entraînement, trois saisons complètes et un transfert. Mais Danny Tam est enfin en position pour décrocher un poste de partant sur la ligne tertiaire du Rouge et Or de l'Université Laval.

«L'ajustement a été plus long que prévu», admet le petit numéro 28. «C'est parfois difficile. Tu es en uniforme un match, pas le suivant. Mais je me suis toujours concentré sur ce que je pouvais contrôler, sur ma préparation et mon effort sur le terrain.»

L'athlète de 23 ans de 5' 8'', produit de l'Académie Saint-Louis, livre bataille avec Vincent Chabot et Gabriel Marcoux comme demi de coin. «C'est la décision des coachs. Chaque année, je me prépare pour donner mon meilleur. C'est sûr que c'est valorisant d'avoir la chance de compétitionner pour un poste», indique celui qui peut aussi évoluer comme demi défensif.

«Toujours en test»

Vendredi, durant l'entraînement conjoint avec UBC, Tam en a mis plus que le client en demande. Il a plaqué le receveur Trivel Pinto au sol, alors que tout le monde devait rester debout. Il a essuyé les reproches du quart-arrière adverse et de son propre patron, Glen Constantin. «Je nous trouvais un peu mous, faut essayer de finir les jeux», donne comme seule justification le cousin de l'ancien capitaine des Remparts Mikaël Tam.

La nervosité de se retrouver en audition dans le match présaison d'aujourd'hui? «On est toujours en test, il n'y a jamais un moment où tu n'es pas évalué. Et cette partie-là est encore plus une vraie évaluation, parce qu'on voit quel genre de joueur tu es dans une vraie game», selon Tam.

Constantin ne lui en tient pas rigueur, mais préfère le voir plaquer «quand ce sera le temps». Le grand manitou du Rouge et Or a par ailleurs trouvé que les Thunderbirds avaient offert une meilleure opposition que la veille. La fatigue du voyage en moins, sans doute.

L'alignement de l'UL comptera

64 joueurs, cet après-midi. On déplore plusieurs blessés à l'attaque. Au premier chef, le porteur de ballon Maxime Boutin, les receveurs Tyrone Pierre, Benoît Gagnon-Brousseau et Anthony Dufour, les joueurs de ligne Pierre-Karl Lanctôt, Jason Lauzon-Séguin et Fraser Baikie. Un autre receveur, la recrue Alexandre Savard, n'est toujours pas admissible au plan scolaire.

En défensive, le maraudeur Kevin McGee manque à l'appel, tandis que le plaqueur Vincent Desjardins ne reviendra pas avant octobre.

Marcus Davis, une menace constante

Si tous les yeux sont tournés vers le quart-arrière recrue de 6' 5'' Michael O'Connor, la défensive du Rouge et Or devra se méfier de Marcus Davis (photo). Le receveur de 5' 9'' peut aussi courir avec le ballon, en plus d'être un retourneur hors pair. L'an dernier, il a été nommé meilleure recrue dans l'Ouest. Son frère Terrell, porteur de ballon, s'aligne avec les Thunderbirds. Le principal porteur est toutefois Brandon Deschamps, un rare finissant dans l'alignement des visiteurs au PEPS. Des 57 joueurs inscrits sur le document reçu, on compte 19 recrues et 17 joueurs de deuxième année. Donc plus de 60 % n'ont pas plus d'un an d'expérience universitaire.  

Fracture du pied pour Desjardins

Tout allait bien pour Vincent Desjardins... jusqu'à jeudi. Sorti de l'entraînement en boitant et grimaçant, il est revenu hier muni d'une botte orthopédique. Et avec la moue. Quatre à six semaines sans jouer pour le plaqueur recrue du Rouge et Or. «C'est décevant pour lui parce qu'il était en train de se gagner un poste de partant», a regretté l'entraîneur-chef Glen Constantin. «Ç'allait bien en maudit», a soupiré le numéro 92. Fracture du cinquième métatarse, l'os qui tient le petit orteil. Ça s'est passé durant les un contre un avec UBC, mais pas sur un contact. Un pied mal tourné. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer