David Sidoo: le Tanguay d'UBC

David Sidoo... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

David Sidoo

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Au lieu des meubles, lui, c'est le pétrole, les mines, la haute technologie. Même le cannabis thérapeutique! Comme Jacques Tanguay le fait avec le Rouge et Or depuis 20 ans, David Sidoo s'est mis en tête de prendre en main le programme de football de l'Université de la Colombie-Britannique et de l'amener au sommet. Portrait d'un ambitieux aux poches profondes.

«Le plus important, ce n'est pas tant l'argent que d'installer le meilleur homme en place», a exposé David Sidoo, hier matin, après l'entraînement conjoint entre le Rouge et Or et les Thunderbirds. «Et on a le bon gars avec Blake Nill comme entraîneur-chef. Tu peux essayer de construire le plus haut gratte-ciel, si la fondation est croche, il va tomber. Je fais la même chose avec mes entreprises. Embauche les meilleures personnes, soutiens-les avec tout ce dont elles ont besoin et laisse-leur faire leur travail.»

Les deux équipes se retrouvent cet après-midi au stade du PEPS pour un vrai match hors concours. L'homme d'affaires de Vancouver n'avait de cesse de s'extasier sur les installations sportives de l'Université Laval et l'esprit de champion qui émanent du club de football chouchou de Québec.

«J'aimerais bien jouer un match avec notre équipe de 1982 contre celle de Laval de 2015», lance l'homme de 56 ans, sourire en coin, en faisant allusion à l'équipe d'UBC championne de la Coupe Vanier. «On avait des gars pas mal solides. Ce serait plaisant de le faire en football virtuel [fantasy football], pour voir.»

Pétrole et cannabis

D'abord courtier, le financier a fondé American Oil & Gaz au tournant des années 2000, entreprise vendue 600 millions $ 10 ans plus tard. Le couple Sidoo a déjà été propriétaire du grand restaurant Lumière, à Vancouver, où sont passés les chefs Robert Feenie et Daniel Boulud. 

David Sidoo est entre autres à la tête de East West Petrolum, qui a des intérêts en Inde, en Roumanie, en Nouvelle-Zélande, au Maroc et en Californie. National Green BioMed, qu'il a fondé avec l'ex-député et ministre fédéral libéral Herb Dhaliwal, qui a aussi des racines indiennes, vient de donner 1 million $ pour une recherche universitaire sur les effets thérapeutiques du cannabis sur les patients séropositifs et sidatiques.

Il dit toujours s'entourer des meilleures personnes, quitte à aller quérir leurs conseils. Il a tenté d'arracher Glen Constantin du Rouge et Or, en vain, mais n'hésite pas depuis à lui demander son avis. Il est en contact avec David Braley, financier du foot à McMaster et propriétaire des Lions de la Colombie-Britannique dans la LCF. Jusqu'en mai, Braley possédait aussi les Argonauts de Toronto. 

Entouré de quatre autres riches anciens d'UBC, il travaille à la relance du football à UBC. «Si tu ne gagnes pas et que les étudiants ne viennent pas aux matchs, quel est le but? Depuis 17 ans, on n'a pas gagné avec constance.»

En 2011, «on avait perdu un match éliminatoire par 50 points contre Calgary [62-13], qui avait ensuite perdu par 30 à Laval [41-10]. J'avais dit : "Voyez-vous comme on est loin? On doit faire un changement draconien"», poursuit celui qui se donne trois ou quatre ans pour atteindre le sommet.

«Je regarde le palmarès de coach Nill et il frappe à la porte chaque deux ou trois ans», dit-il, à propos de celui qui a fait de Saint Mary's et de Calgary des puissances du football universitaire canadien.

Sidoo et la Fondation du 13homme ont mis 500 000 $ de rénovations pour le stade et les vestiaires, 150 000 $ pour une nouvelle salle d'entraînement et bientôt 1 million $ dans un tout nouveau centre académique. Un deuxième physiothérapeute et un conseiller pédagogique à temps plein ont aussi été embauchés.

«Je ne me considère même pas proche de Jacques Tanguay, qui a mis sur pied une franchise et une marque incomparable avec le Rouge et Or. Mais comme lui, j'aime bâtir. Si le Rouge et Or perdait par 40 ou 50 points, les gradins seraient vides. Tout le monde aime les vainqueurs!» conclut celui qui devra se reprendre pour rencontrer Tanguay, celui-ci étant aux Îles-de-la-Madeleine avec les Remparts.

Une équipe dans le sang

David Sidoo et sa femme, Manjy, passent une fin de semaine sport et tourisme dans la capitale. Ils ont même peut-être vu AC/DC, vendredi soir. Un de leurs fils, Jordan, qui est barreur dans l'équipe d'aviron de l'Université de la Californie à Berkeley, les a rejoints pour voir le match d'aujourd'hui entre UBC et le Rouge et Or. Il parle bien français, selon son père. L'autre fiston, Dylan, étudie à la prestigieuse École de cinéma de l'Université Southern California et y joue au rugby.

Fils d'immigrants indiens qui ont eu cinq enfants - son père travaillait dans une scierie à 12 000 $ par année -, le jeune David (photo) a vite pris goût au football. Il a joué comme maraudeur et retourneur pour UBC de 1978 à 1982, menant comme capitaine les Thunderbirds à leur première conquête de la Coupe Vanier, en 1982. Sidoo a ensuite évolué durant six saisons dans la LCF, devenant le premier joueur d'origine indienne à atteindre un tel niveau au football. Il a été intronisé au Temple de la renommée du football de la Colombie-Britannique.  

Olivier Bossé

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer