NFL: le sinueux parcours d'Andy Mulumba

Les jeunes de l'Académie Saint-Louis ne se sont... (LE SOLEIL, Photo Erick Labbé)

Agrandir

Les jeunes de l'Académie Saint-Louis ne se sont pas fait prier, jeudi, pour demander l'autographe du secondeur des Packers Andy Mulumba (à droite) et celui de Joe Whitt (au centre), entraîneur des demis défensifs à Green Bay.

LE SOLEIL, Photo Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Andy Mulumba n'a pas pris le chemin le plus court jusqu'à la NFL. Et les obstacles continuent de se dresser devant le secondeur des Packers de Green Bay, qui se remet d'une grave blessure au genou. «J'ai un parcours difficile, mais ce n'est pas impossible!»

Le footballeur de 25 ans passe quelques jours à Québec. Débarqué de la Californie mercredi, il repart dimanche. Entre-temps, il aimerait récupérer sa valise égarée par la compagnie aérienne. L'ancien joueur des Spartiates du Cégep du Vieux Montréal compte voir un peu plus de la ville que l'hôtel, le terrain et l'autocar de ses précédentes visites pour les matchs collégiaux contre les Élans de Garneau.

Né au Congo, il arrive à Montréal à 12 ans. Commence le foot à 13. Passe du collégial québécois à la NCAA américaine, à Eastern Michigan, avant d'être embauché par les Packers à titre de joueur autonome, en 2013.

Parmi les jeunes joueurs de l'Académie Saint-Louis et les autres qui l'entendront ce soir en conférence, bon nombre le considèrent comme une idole. «Je me vois juste comme une autre personne qui a accompli son rêve», tempère-t-il. «Mais si c'est l'image qu'ils ont de moi et que ça les inspire à créer leur propre parcours et à continuer jusqu'à la fin, tant mieux.»

Cheminement canadien

Formés pour leur part dans les rangs universitaires québécois, Laurent Duvernay-Tardif (Kansas City) et David Foucault (Caroline) sont deux autres Québécois qui ont réalisé le rêve NFL, cette année. «C'est quelque chose de gros!» s'exclame Mulumba. «Je suis content de voir que c'est possible de le faire du Canada. Si tu as le talent, tu n'as besoin d'aller aux États-Unis pour atteindre la NFL. C'est possible pour tout le monde.»

Foucault et Mulumba ont un ami en commun, Simon Légaré, bloqueur chez les Alouettes de Montréal. Les deux joueurs de la NFL se sont rencontrés l'été dernier, à un match des Alouettes. Mulumba et Duvernay-Tardif se sont quant à eux croisés sur le terrain du Lambeau Field, le 28 août dernier, lors d'un match présaison entre Packers et Chiefs.

Mulumba s'est déchiré le ligament croisé antérieur du genou droit deux semaines plus tard, au quatrième quart d'un match régulier contre les Jets de New York. Maintenant presque six mois qu'il a été opéré. «Je ne suis pas encore là où j'étais, mais j'ai encore beaucoup de temps devant moi», indique celui qui occupait un rôle important au sein des unités spéciales.

Après Québec, il repart à Thousand Oaks, lointaine banlieue nord de Los Angeles, où il s'entraîne avec ses coéquipiers Clay Matthews, Aaron Rodgers et David Bakhtiari, en plus du frère de l'autre, Casey Matthews, des Eagles de Philadelphie. Mulumba retourne à Green Bay le 16 avril, premiers entraînements d'équipe le 20.

«Je vais y aller tranquillement, faire certaines activités», prévient celui qui espère être fin prêt pour le camp présaison, à la mi-juillet. Ce sera sa dernière de trois années de contrat.

Joe Whitt portait la bague des champions du... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 2.0

Agrandir

Joe Whitt portait la bague des champions du 45e Super Bowl (2011). 

Le Soleil, Erick Labbé

Le poids d'une bague

L'Académie Saint-Louis a beau être une école privée, l'établissement secondaire de Québec avait rarement vu un aussi beau bijou. Joe Whitt portait la bague des champions du 45Super Bowl (2011). «C'est la première fois que je la porte en un an. À 40 000 $, elle est plus en sûreté à la maison», a répondu l'entraîneur des demis défensifs des Packers de Green Bay à un élève curieux. «Et elle est très lourde, pas confortable du tout.»

Il s'agit aussi de la seule série fabriquée en platine, a de plus révélé Whitt aux deux journalistes. Les autres équipes championnes optent plutôt pour l'or, jaune ou blanc, ou l'argent. «La nôtre a été faite durant le lock-out [du printemps 2011], alors on a réussi à passer ça en douce», laisse-t-il tomber, sourire en coin.

La moitié des 180 joueurs des quatre équipes de foot de l'ASL étaient venus entendre Whitt et Andy Mulumba, jeudi matin, dans la grande salle de l'école. Les joueurs de première et de deuxième secondaire étaient plutôt à l'entraînement, au stade Chauveau.

Après un 5 à 7 à 200 $ par personne au Château Frontenac, jeudi, les deux membres de la NFL s'adresseront à 625 spectateurs ce soir, à 20h, au pavillon Palasis-Prince de l'Université Laval. L'entrée coûte 50 $. Il restait encore 40 places, jeudi. L'argent amassé va au programme de football de l'ASL, dirigé par l'ancien joueur du Rouge et Or Daniel Fleury. Environ 25 000 $ sur un budget annuel de 10 fois plus. Cette activité de financement se tient pour une 13e année. Plusieurs figures connues du football québécois y ont participé au fil des ans, mais jamais de membre de la NFL.

Une visite était aussi prévue à l'hôtel de ville pour signer le livre d'or en compagnie du maire, aujourd'hui. Mais le cabinet de Régis Labeaume a annulé l'activité mercredi, sans autre explication. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer