Glen Constantin a dit non à la Colombie-Britannique

Blake Nill (à gauche), ex-coach des Dinos de... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Blake Nill (à gauche), ex-coach des Dinos de Calgary, a été engagé le 9 décembre par les Thunderbirds de l'Université de la Colombie-Britannique. Mais l'équipe de l'Ouest avait auparavant offert le poste à son bon ami Glen Constantin (à droite) qui a refusé, préférant demeurer à la tête du Rouge et Or.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Glen Constantin pourrait aujourd'hui diriger les Thunderbirds de l'Université de la Colombie-Britannique. Mais il a dit non. À ce qui s'avère sans doute l'emploi de coach de football universitaire le plus payant au Canada.

«Si j'avais été n'importe où ailleurs qu'à l'Université Laval, j'aurais sérieusement considéré l'offre», révèle au Soleil l'entraîneur-chef du club de football du Rouge et Or. «Quand on est allé jouer le match de la Coupe Vanier là-bas [à Vancouver, en 2011], j'avais trouvé le campus extraordinaire. Ce programme-là a une histoire riche. Ça fait partie des quatre ou cinq places que je considérerais si je n'étais pas ici.»

L'entraîneur-chef le plus décoré dans l'histoire du football universitaire canadien avec sept Coupes Vanier trouve flatteur l'intérêt des gens d'UBC à son endroit. Mais son attachement pour le Rouge et Or l'empêche d'aller voir ailleurs. «Et encore moins cette année!» ajoute-t-il, à propos de la défaite du 15 novembre dernier. Pour la première fois en 12 ans, sa troupe n'est plus championne de la conférence Québec.

L'appel d'un multimillionnaire

C'est au surlendemain de ce fameux revers en prolongation face aux Carabins de Montréal que le grand argentier du programme de football des Thunderbirds, l'homme d'affaires David Sidoo, a appelé Constantin à son bureau du PEPS. Malgré l'insistance de l'ancien demi défensif devenu courtier multimillionnaire, le coach dit ne pas avoir envisagé d'accepter son offre.

«Au point où je suis rendu dans ma carrière, je ne vais pas me faire passer en entrevue. C'est plutôt moi qui vais passer le programme en entrevue», constate l'homme de 50 ans, sans faire preuve d'arrogance. «J'irais sur place pour évaluer l'encadrement, je discuterais pour voir si on a des chances de gagner.» Il n'est «même pas passé proche» d'aller jeter un coup d'oeil à Vancouver.

Le poste a finalement été donné à Blake Nill, l'ex-patron des Dinos de Calgary et bon ami de Constantin. Les deux hommes se sont rencontrés à Montréal dans les jours précédant le match de la Coupe Vanier et l'affaire semblait déjà pas mal réglée pour Nill.

Les Thunderbirds ont connu une seule saison gagnante au cours des 10 dernières années, en 2011. Les six victoires de cette campagne leur ont toutefois été retirées à cause de l'utilisation d'un joueur inadmissible. Leur dernier titre de conférence remonte à 1997, année où UBC avait aussi remporté le titre canadien.

Selon les informations publiées dans les médias de l'Ouest canadien, le salaire de Nill pour la prochaine saison serait de 200 000$ ou plus.

Constantin assure par ailleurs n'avoir reçu aucun appel d'équipes de la Ligue canadienne de football (LCF) dans les dernières semaines. «Mon choix est connu. Je ne pense plus avoir d'offre de la LCF», affirme celui qui a refusé à de multiples occasions de passer chez les pros.

Fini, le camp d'entraînement en Floride?

Le prochain camp d'entraînement du Rouge et Or, début mars, pourrait bien être le dernier à se tenir en Floride. C'est l'une des propositions qui seront débattues, demain, pour améliorer la parité dans la ligue du Québec.

Les assises du circuit québécois de football universitaire se tiennent demain et jeudi, à Drummondville. Mercredi après-midi, la réunion portera sur les façons de resserrer l'écart entre les meilleures équipes et les autres.

L'idée d'obliger les clubs à tenir leurs camps au Québec sera étudiée. Comme celles de plafonner l'alignement de chaque équipe à 85 joueurs et de limiter le nombre d'entraîneurs à temps plein.

«La Floride, ça représente un faible pourcentage dans la décision d'un gars de venir jouer à Laval», croit Glen Constantin, estimant que l'ambiance lors des matchs au PEPS influence beaucoup plus les recrues. 

Le Rouge et Or emploie sept entraîneurs à temps plein, les Carabins six. On voudrait aussi empêcher que l'un d'eux perçoive un salaire d'un commanditaire de l'équipe, Ameublements Tanguay dans le cas qui nous intéresse. À l'époque, Duane John travaillait chez Tanguay et aujourd'hui, Mathieu Parent. Mais leur boulot comme entraîneur à temps partiel est rémunéré par le Rouge et Or.

Côté alignement, Constantin dit être confortable avec 90 joueurs. «On a 92 casiers. Plus, ça devient difficile de respecter les promesses faites aux joueurs», tranche-t-il. Montréal et Concordia sont reconnues pour avoir des équipes plus nombreuses. 

Une version préliminaire du calendrier de la saison 2015 devrait être émise jeudi. En attendant, McGill demeure sans entraîneur-chef, et ce, depuis le mois d'octobre. Le recrutement devrait s'en ressentir et le problème de parité s'aggraver. Une formation de l'UQTR devrait aussi s'ajouter en 2017. «S'il y a un problème de parité, il va être encore plus grand rendu là», prédit Constantin.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer