Les Pats et les Packers ont ouvert la machine

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les Packers de Green Bay et les Patriots de la Nouvelle-Angleterre ont suivi des parcours pratiquement identiques cette saison. Ces deux formations ont connu un mois de septembre difficile avant de se ressaisir en octobre pour ensuite retrouver tous leurs moyens - particulièrement en attaque - et malmener depuis six semaines les adversaires qui ont eu le malheur de se retrouver sur leur chemin.

N'oubliez pas qu'il y a à peine deux mois, le quart-arrière Aaron Rodgers invitait les amateurs des Packers à «relaxer» après une défaite de 19-7 encaissée aux mains des Lions de Detroit, un deuxième revers en trois sorties pour les protégés de Mike McCarthy. 

Une semaine plus tard, certains médias de Boston remettaient en question le statut de Tom Brady comme quart partant des Patriots à la suite d'une sévère correction (41-14) servie à la troupe de Bill Belichick par les Chiefs de Kansas City, un certain lundi soir. Après quatre matchs, les Patriots jouaient seulement pour ,500 et certains observateurs croyaient que le duo Brady-Belichick n'était plus à la hauteur de la situation.

Depuis, les Patriots (8-2) ont remporté six gains consécutifs, tandis que les Packers (7-3) ont subi une seule défaite à leurs sept derniers matchs, alors que les Saints de La Nouvelle-Orléans ont profité du fait que Rodgers était ralenti par une blessure à une cuisse pour signer une victoire de 44-23, le 26 octobre dernier.

Le retour en force de Rob Gronkowski a permis à Brady et aux Patriots d'ouvrir la machine et de marquer 243 points lors de leurs six dernières rencontres, une moyenne de 40,5 points par match. Comme si ce n'était pas suffisant, l'attaque au sol a également repris du poil de la bête récemment comme on a pu le constater, dimanche soir, face aux Colts d'Indianapolis.

De leur côté, les Packers ont marqué 276 points à leurs sept dernières sorties, une moyenne de 39 points par rencontre. Et pour la première fois de leur histoire, ils ont dépassé le cap des 50 points lors de deux parties d'affilée, contre Chicago (53) et Philadelphie (53). 

Rodgers a lancé 28 passes de touché jusque-là cette saison, au grand bonheur des ailiers espacés Jordy Nelson et Randall Cobb qui totalisent 19 touchés.

Bonne nouvelle pour les amateurs de football, les Patriots et les Packers ont rendez-vous le 30 novembre au Lambeau Field. Un duel explosif à ne pas manquer.

Un seul touché!

Un seul et unique touché a été réussi lors des deux duels chaudement disputés entre les Carabins de Montréal et le Rouge et Or de l'Université Laval au cours des dernières semaines. On parle pourtant ici des deux meilleures équipes de football du Québec, et peut-être même du Canada, selon certains observateurs.

Dans les deux cas, le jeu n'a pas été à la hauteur de mes attentes. Ce qui n'a pas empêché certains médias électroniques de qualifier la Coupe Dunsmore de «rencontre enlevante et excitante». 

Personnellement, je vais me contenter de parler d'un match serré, où les deux équipes ont gaspillé quelques occasions de marquer - Montréal aurait pu rentrer au vestiaire avec une avance de 13 points après 30 minutes - alors que Laval a raté l'occasion de voler la victoire dans les derniers instants du quatrième quart. 

Malheureusement, les amateurs sont demeurés sur leur appétit quand leurs favoris se sont approchés de la zone des buts de l'adversaire puisqu'ils ont dû se contenter de bottés de placement. Comme si les deux attaques perdaient soudainement tous leurs moyens à l'approche de la zone payante!

Danny Maciocia, l'entraîneur des Carabins, a insisté sur le fait que le football universitaire québécois avait besoin «d'un petit changement» après le gain de ses protégés en prolongation sur les champions en titre de la Coupe Vanier. 

Dommage que le changement en question ne soit pas survenu à la suite d'une victoire ponctuée de quelques touchés des deux côtés et de plusieurs jeux spectaculaires, ce qui aurait permis aux 13 000 amateurs présents au PEPS d'assister à un spectacle beaucoup plus intéressant et aux téléspectateurs de demeurer éveillés devant leur télé.

Désolé pour les puristes, mais les duels mettant aux prises l'élite du football universitaire québécois ne doivent pas se limiter à une affaire de coups de pied à une époque où les pointages élevés se multiplient.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer