Le transfert du Rouge et Or dans la NCAA, «une lubie»

Le directeur du service des activités sportives de... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Le directeur du service des activités sportives de l'Université Laval, Christian Gagnon, mentionne que si l'équipe de football du Rouge et Or était transférée dans la NCAA, toutes les autres équipes sportives devraient aussi l'être.

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La défaite du Rouge et Or face aux Carabins de Montréal lors du match de la Coupe Dunsmore n'a pas réussi à faire oublier les problèmes de parité au sein du circuit universitaire du RSEQ. Et pour une énième fois, certains se sont demandé si, pour recevoir une meilleure opposition à longueur de saison, la formation lavalloise ne devrait pas se tourner du côté de la NCAA. Une perspective intéressante, mais qui pourrait difficilement se concrétiser.

«On ne pourrait pas avoir une équipe dans la NCAA et d'autres dans le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) et à Sport interuniversitaire canadien (SIC)», a mentionné Christian Gagnon, le directeur du service des activités sportives à l'Université Laval. «Si notre équipe de football décidait d'aller dans la NCAA, toutes nos autres formations devraient aussi le faire. C'est comme ça qu'a dû procéder Simon Fraser, il y a quelques années. 

«Un tel projet n'est pas dans nos cartons présentement. Nous avons 14 corporations. Et il faudrait parler à chacune d'elle. Présentement, dire ou écrire que l'on pourrait aller dans la NCAA, c'est une lubie.»

Gagnon a expliqué que financièrement, à l'exception peut-être de l'équipe de football, les autres formations du Rouge et Or n'auraient pas les moyens de payer les dépenses inhérentes à leur saison du côté américain, où les voyages seraient plus longs et plus onéreux à cause du transport - certains voyages devant se faire en avion - ,des frais d'hôtel et de repas.

«Même au Québec, ce n'est pas toujours évident. Les présidents de chaque club doivent travailler très fort afin de trouver le financement nécessaire pour leur formation. Pour espérer voir un jour nos équipes jouer dans la NCAA, il faudrait un petit miracle financier, soit l'implication d'une douzaine de Jacques Tanguay dans nos différents programmes.»

Pour le directeur du SAS, un dernier obstacle rendrait presque impossible la migration de toutes les équipes du Rouge et Or vers les États-Unis. Les longs voyages ne favorisant pas les études. «Nous faisons affaires avec des étudiants-athlètes. Pas des professionnels. Le volet académique est aussi important, sinon plus que le développement sportif. Ce que l'on veut avant tout, c'est que nos athlètes aient un diplôme lorsqu'ils nous quittent.»

Une dernière question se pose. Même si, une fois acceptées dans la NCAA, les équipes du Rouge et Or pouvaient choisir la division dans laquelle elles pourraient évoluer, pourraient-elles toutes être compétitives? Car même en division 2, le calibre des équipes américaines est très fort.

Équilibrer sans affaiblir

Selon Gagnon, c'est à l'amélioration du football universitaire ici que les universités québécoises devront d'abord travailler. Les représentants des universités membres du circuit de football du RESQ se rencontreront en janvier à ce sujet et c'est à ce moment que seront débattues les idées qui pourraient permettre au circuit québécois de retrouver une certaine parité. Selon lui, la solution n'est pas de niveler vers le bas en adoptant des règlements qui auraient pour effet de pénaliser les meilleures formations.

«Les gens ne peuvent pas vouloir niveler par le bas. Je ne pense pas qu'ils veulent ça. Si on le faisait, on ne serait plus assez compétitifs pour rivaliser avec les meilleures équipes de l'Ontario et de l'Ouest.»

Le directeur du SAS a mentionné qu'avant même de penser à un circuit pancanadien, la solution au manque de compétition pour les meilleures équipes du RSEQ comme le Rouge et Or passerait peut-être par des matchs interconférence avec des formations de l'Ontario.

Des problèmes de taille

À défaut de jouer dans la NCAA où il pourrait croiser le fer avec des formations compétitives, le Rouge et Or ne pourrait-il pas disputer des matchs hors concours face à des équipes universitaires américaines? Même si tout est possible, le défi serait de taille sur le plan de la logistique.

Le Rouge et Or devrait d'abord s'entendre avec sa rivale concernant l'application des règlements. Les différences sont nombreuses entre le football canadien et le football américain, à commencer par le nombre d'essais qui est de trois du côté nord de la frontière contre quatre aux États-Unis.

Ces mêmes règles poseraient un problème de taille sur le terrain. Le terrain du Stade TELUS-Université Laval ne serait pas réglementaire pour y présenter du football de la NCAA. Trop long de 10 verges (110 verges contre 100) et trop large d'une douzaine de verges (65 contre 53,3), le terrain utilisé au football canadien présente aussi des différences dans la zone des buts qui a 20 verges de profondeur comparativement à 10 verges sur le terrain américain. De plus, les poteaux des buts sont situés sur la ligne des buts au Canada alors qu'aux États-Unis, ils sont sur la ligne de fond. S'ajoutent quelques autres différences.

Mais les plus optimistes diront que le défi de taille de présenter un match hors concours entre une équipe de la NCAA et le Rouge et Or pourrait malgré tout être surmonté. Sous la direction de Mike Labadie, la formation lavalloise n'avait-elle pas joué cinq matchs contre des équipes américaines comme les NorthStars de Canton Junior College (2), les Cavaliers du Clinch Valley College et les Huskies du Maine Central Institute (2) en 1995 lors de sa saison préparatoire? 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer