Le Rouge et Or aura Gabriel Cousineau à l'oeil

La défensive du Rouge et Or se concentrera... (Photothèque La Presse)

Agrandir

La défensive du Rouge et Or se concentrera sur le quart-arrière Gabriel Cousineau lors de la finale de demain et tentera de le confondre.

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Meilleur quart-arrière au Canada au chapitre du pourcentage de réussite de ses passes - il en a complété 71,9 % -, Gabriel Cousineau sera le joueur des Carabins que les membres de la défensive du Rouge et Or devront le plus avoir à l'oeil en finale de la Coupe Dunsmore, demain. Mais existe-t-il une clé pour stopper le général de l'attaque montréalaise?

«Cousineau est un très bon quart-arrière et il est très bien dirigé», a souligné Marc Fortier, le coordonnateur défensif du Rouge et Or. «On se le cachera pas, les Carabins peuvent compter sur des coachs qui connaissent bien la game. De son côté, Cousineau ne fait pas d'erreurs. Il protège bien le ballon et il ne prend pas de mauvaises décisions. Nous devrons donc le contenir et lui enlever ses options.

«Notre objectif est donc de créer autour de lui une certaine confusion afin de le forcer à prendre de mauvaises décisions. Et s'il décide de courir, il faudra juste réussir nos plaqués... ce que nous n'avons pas toujours fait à Montréal, car à quelques reprises, il a réussi à s'échapper et à garder des séries offensives vivantes», a ajouté Fortier en faisant référence à la défaite de 13-9.

Une question se pose : sera-t-il possible pour la défensive du Rouge et Or de faire vraiment mieux demain que ce qu'elle avait fait le 1er novembre dernier au CEPSUM. On se rappellera qu'elle n'avait donné que 219 verges par la passe et 74 au sol à la puissante attaque des Carabins, qui avait inscrit un touché et réussi deux placements.

«Nous avions eu une belle performance au niveau de l'intensité et du vouloir des joueurs. C'était vraiment solide. Mais au niveau tactique, nous avions eu quelques difficultés à certains endroits. Et nous n'avions pas fait certains ajustements qu'il aurait fallu faire. À ces niveaux, il y avait donc place à l'amélioration, car on aurait dû en faire un petit peu plus.»

Selon Fortier, l'attaque des Carabins lors du dernier match de la saison était quand même assez différente de celle qui avait foulé le terrain du Stade TELUS-Université Laval en lever de rideau de la campagne. Elle était bien préparée et il avait senti qu'elle était prête à livrer une bonne bataille, et ce, jusqu'à la fin. «Et c'est dans ces moments-là que ça a payé pour eux et qu'ils ont inscrit leurs points.»

Jamais avant le match contre les Carabins, la défensive du Rouge et Or n'avait rencontré autant d'adversité. Fortier a mentionné que malgré la défaite, ses joueurs en avaient appris énormément sur eux-mêmes et qu'ils avaient révélé leur vraie nature

Leçons du 1er novembre

«Nous avons pu voir quel genre d'équipe nous possédions. On a montré que l'on était capables de compétitionner, de tenir notre bout de ne pas s'effondrer dans les matchs serrés. Samedi, ce sont les derniers petits détails auxquels nous porterons attention qui feront la différence.»

Fortier a conclu en disant que ses joueurs n'avaient nullement été ébranlés par leur défaite. «On n'a jamais pensé que l'on était imbattables et nous avons parlé du processus qui nous permettrait de réaliser ce que l'on veut accomplir. On sait que les Carabins forment une bonne équipe et on sait qu'il faut jouer de bons matchs pour les battre. Et c'est là-dessus que l'on met le focus.

«Et on s'arrange pour que le résultat soit différent. Nous avons travaillé toute la semaine afin de nous préparer et d'avoir le meilleur plan de match possible. Et nous continuerons à le faire pendant la journée qu'il nous reste avant la rencontre. Et si pendant celle-ci nous devons procéder à des ajustements, on le fera.»

Matthew Norzil... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

Matthew Norzil

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Matthew Norzil de retour en pleine forme

Mauvaise nouvelle pour les Carabins. Matthew Norzil a retrouvé tous ses moyens. «Ça va très bien», a assuré le vétéran receveur de passes du Rouge et Or. «Je suis à 100 %. Et grâce au volume d'entraînement dont j'ai profité, de même qu'au match que j'ai disputé contre les Stingers, j'ai retrouvé ma condition physique et je me sens beaucoup plus à l'aise avec le système offensif de l'équipe.»

Norzil a comparé ses deux dernières campagnes à des montagnes russes. Blessé lors du premier match des siens en 2013 - il avait subi une déchirure au tendon rotulien du genou droit -, il n'avait pu revenir au jeu que le 29 septembre. Malchanceux, il s'était alors blessé au genou gauche et il avait dû rater le reste de la saison régulière. On comprend donc sa fébrilité de disputer la rencontre de demain.

«Ce fut le pire cauchemar que l'on peut avoir. Je suis très excité de pouvoir enfin jouer et d'aider l'équipe. On veut montrer aux Carabins que l'on est capables d'être meilleurs que nous l'avons été la dernière fois que nous les avons affrontés.»

Norzil pourrait être la carte cachée du Rouge et Or? Talentueux, explosif et rapide, il peut faire mal paraître n'importe quelle défensive. Et comme il n'a disputé que deux rencontres au cours des deux dernières années, les défensives n'ont pas vraiment eu la chance de le voir en action et de trouver des stratégies pour le contrer.  «Je ne suis pas le seul dans cette situation. C'est aussi le cas de Tyrone [Pierre], qui est vraiment bon. Grâce à notre rapidité, nous pouvons étirer le terrain. Et ça, ça peut faire une grosse différence dans un match. Car si le jeu se déploie, il y aura moins de monde dans la boîte. Les Carabins ne nous connaissent pas. Ça va être un défi pour eux de nous arrêter.

«Personnellement, mon objectif est d'apporter un plus à l'équipe. J'y arriverai pas seulement en obtenant de longs gains, mais surtout en aidant l'équipe à obtenir les verges qui lui permettront de prolonger sa séquence en attaque et de garder son rythme.»

Même s'il n'a presque pas joué au cours des deux dernières saisons, Norzil confie qu'il est aujourd'hui un meilleur footballeur qu'il ne l'était. Du haut de la galerie de presse, il a pu étudier les formations rivales. «Je lis beaucoup mieux les défensives et je sais ce qui se prépare.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer