L'attaque du Rouge et Or veut se ressaisir à l'aube des séries

Le coordonnateur offensif, Justin Ethier, veut une attaque... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le coordonnateur offensif, Justin Ethier, veut une attaque équilibrée entre la passe et la course. Le Rouge et Or peut se le permettre avec un quart solide en Hugo Richard, un groupe de receveurs diversifié et une bande de porteurs de ballon.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'attaque aérienne du Rouge et Or connaît ses premiers ratés de la saison. Juste avant d'entrer en phase éliminatoire. Et voilà que les Stingers s'amènent avec la deuxième défensive la plus étanche aux passes de Hugo Richard cette saison, après celle des Carabins.

«Avec le dernier match à Montréal, celui contre Concordia a été le plus difficile pour notre attaque», a convenu Justin Ethier, mercredi soir, à sa sortie de l'entraînement quotidien. «Alors la dernière chose qui va arriver, c'est qu'on va se laisser endormir par le fait que ç'a été plus difficile pour eux dans les dernières semaines», promet le coordonnateur offensif du club de l'Université Laval. Les Stingers ont une seule victoire à leurs quatre dernières sorties.

Samedi dernier, à l'Université de Montréal, le Rouge et Or a réalisé sa plus faible récolte offensive de la campagne avec 364 verges d'attaque. Dont seulement 138 amassées à l'aide de 14 passes réussies sur 28 (50 %), toutes les pires marques de la saison pour le quart-arrière Richard et sa bande de receveurs.

Dans cette unique défaite de la saison subie au compte de 13-9, la troupe de Québec a couru 30 fois pour des gains au sol de 226 verges, quand même mieux que deux autres rencontres du calendrier régulier. De là à dire qu'Ethier n'a pas ouvert tout grand son cahier de jeux, il n'y a qu'un pas que lui-même ne franchit pas.

«On avait un plan de match spécifique contre les Carabins, on a joué pour gagner», assure-t-il. «On pensait pouvoir courir et ç'a assez bien marché, mais notre attaque aérienne n'a pas assez produit. Il y a certains jeux que Hugo voudrait revoir, mais sur d'autres, la protection n'était pas adéquate. Sur certains jeux, la pression n'aurait pas dû arriver aussi rapidement», analyse Ethier.

Richard a effectué 11 de ses 28 lancers dans la dernière moitié du quatrième quart, c'est-à-dire quand on jouait le tout pour le tout. Onze passes, c'est ce qu'il avait tenté dans toute la première demie. Le Rouge et Or a malgré tout opté pour la passe 48 % du temps dans ce match, contre 51 % au cours des sept premières rencontres et l'ensemble du calendrier de huit matchs réguliers.

Première fois que la formation de l'UL essaie plus de passes que de courses durant la saison régulière depuis 2008, la meilleure saison du quart Benoît Groulx.

Du fil à retordre

Pour sa part, Ethier continue de frapper sur le clou de l'équilibre, luxe qu'il peut se permettre avec un jeune quart aussi solide, un groupe de receveurs aussi diversifié et un personnel de porteurs de ballon aussi garni.

Le 4 octobre, la défensive de Concordia avait donné du fil à retordre au Rouge et Or en n'allouant «que» 367 verges, soit 216 par la passe et 151 au sol. Seule autre fois où Richard n'a pas vu au moins 20 de ses ballons captés (18 en 30).

«Les Stingers étaient bourrés de blessures et en ont subi d'autres durant notre match», se rappelle Ethier. «Là, ils ont plusieurs joueurs qui reviennent, dont leur bon secondeur intérieur Travis Bent et des joueurs de la ligne défensive. Ils nous avaient bien contenus au sol et ont une excellente tertiaire.»

Cette victoire de 32-16 du Rouge et Or cachait un affrontement moins serré que ne l'indiquait le pointage, Concordia ayant inscrit deux touchés pour 13 points au cours des deux dernières minutes de jeu.

Incertitudes sur la ligne offensive

Les joueurs de ligne offensive Charles Vaillancourt (orteil) et Jason Lauzon-Séguin (cheville) ont joué les spectateurs, mercredi soir. On ne sait pas s'ils joueront samedi. Le bloqueur Karl Lavoie et le secondeur Mathieu Masseau sont de retour d'une blessure et devraient être de la partie... Les équipes d'étoiles québécoises seront dévoilées jeudi. À entendre les salves d'applaudissements dans le caucus après l'entraînement de mercredi, une dizaine de joueurs du Rouge et Or y seront honorés... Le secondeur des Carabins de Montréal Byron Archambault a été nommé joueur défensif par excellence au Canada pour la dernière semaine... Le receveur de passes et quart-arrière substitut Christian Dallaire, des Condors de Beauce-Appalaches (collégiale, division 2), s'alignera avec le Rouge et Or, l'an prochain... Le dernier revers du Rouge et Or en demi-finale québécoise remonte à 2002, contre Concordia, 29-21. Preuve que ça fait longtemps, les Stingers avaient ensuite perdu contre les Redmen de McGill, en finale. Laval a depuis gagné les 11 championnats de Ligue... Sur les huit Coupes Vanier du Rouge et Or, quatre ont été soulevées au terme de saisons d'une défaite (2003, 2004, 2006 et 2012). 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer