Rouge et Or: le Hec Crighton à Richard?

Avec ses 2440 verges de gains aériens et... (Collaboration spéciale Andrew Dobrowolskyj)

Agrandir

Avec ses 2440 verges de gains aériens et ses 22 touchés contre seulement trois interceptions, le quart-arrière du Rouge et Or, Hugo Richard, est un candidat sérieux pour le trophée Hec Crighton remis annuellement au joueur par excellence du football universitaire canadien.

Collaboration spéciale Andrew Dobrowolskyj

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Le Hec Crighton a-t-il déjà été gagné par une recrue?» a demandé Glen Constantin, jeudi, comme ça, au détour d'une conversation à bâtons rompus.

La réponse est non. Jamais un joueur de première année n'a été élu joueur par excellence de la saison au football universitaire canadien. Le titre est décerné depuis 1967. La question n'est pas pour autant dénuée d'intérêt. Surtout quand c'est l'entraîneur-chef du Rouge et Or qui la pose.

Son quart-arrière connaît une première campagne universitaire exceptionnelle, à la hauteur d'un vainqueur du Hec Crighton. Le prix de recrue de l'année au Canada et le trophée Peter Gorman sont déjà presque acquis à Hugo Richard. Reste à voir si en plus d'une pléiade de records, il pourra franchir cette nouvelle frontière.

«On voit bien que Hugo a des chiffres qui le mettent dans une position pour obtenir des honneurs individuels», a admis le coordonnateur à l'attaque Justin Ethier, samedi, alors qu'il allait assister à un match de première division collégiale. Comme quoi les champions ne prennent pas de congé.

Candidat sérieux

«Mais je ne suis pas ce que les autres font au Québec et au Canada. Quand j'analyse une autre équipe, c'est surtout la défensive que je regarde», poursuit Ethier. Il saura maintenant que le porteur de ballon de l'Université Laurier, Dillon Campbell, fait flèche de tout bois avec 1458 verges de gains au sol et 13 touchés en 8 matchs. Le joueur de quatrième année avance en moyenne de 7,9 verges par course.

Quant à Richard, ses 67,2 % de passes réussies pour 2440 verges de gains aériens, 22 touchés et seulement trois interceptions en sept rencontres en font un candidat sérieux. Il commence déjà à effacer le passage des quarts étoiles Benoît Groulx et Mathieu Bertrand dans le livre des records du club de l'Université Laval.

«Il est un quart-arrière de grand talent, aucun doute! atteste Ethier. «Si on m'avait dit que Hugo allait avoir une excellente première saison universitaire, je n'aurais pas été surpris. On savait dès l'an passé qu'il serait une recrue de premier plan et qu'il était capable de le faire.

«Mais pas à ce point-là, reconnaît le coach. À la lumière de ses statistiques au cégep, on aurait été satisfait s'il avait complété 60 % de ses passes. Dans un match comme hier [vendredi, à McGill], 24 en 39 [61,5 %], 379 verges, trois touchés et pas d'interception, ils ne sont pas nombreux les jeunes quarts-arrières qui auraient reconnu certaines erreurs et n'auraient pas été pleinement satisfaits. Mais Hugo est très exigeant envers lui-même.»

Bien entouré

Ethier souligne tous les autres joueurs de talent qui entourent Richard - autant la ligne que les receveurs ou les porteurs de ballon - lui facilitent la vie. N'empêche que Bertrand et Groulx ont aussi eu à vivre des saisons où le Rouge et Or gagnait par des écarts énormes et où on les retirait du jeu après trois quarts.

«En 2003, on avait l'une des attaques les plus talentueuses avec une ligne extraordinaire», rappelle-t-il. La bande à Bertrand avait entre autres écrasé Sherbrooke 94-0 et Bishop's 92-3. En 2008, Groulx s'était également farci McGill en déroute à deux reprises, comme Richard dans le dernier mois, des victoires de 67-7 et 67-8. Groulx était ensuite devenu le quatrième de l'histoire à soulever le Hec Crighton et la Coupe Vanier la même année.

***

Sur les traces de Johnny Manziel

Le titre de meilleur footballeur universitaire au Canada n'a jamais été décerné à une recrue en 47 ans d'histoire. Aux États-Unis, ils ont mis 77 ans à inscrire le nom d'un joueur de première année sur le trophée Heisman. L'honneur est revenu à Johnny Manziel, en 2012. En 13 matchs réguliers, le quart-arrière de Texas A&M avait réussi 68 % de ses passes (295/434), gagné 285,1 verges en moyenne par match (total 3706) et complété 2,9 passes de touché par interception (26-9). Hugo Richard est à 67,2 % (154/229), à 348,6 verges de gains moyens (2440) et à un ratio de 7,3 (22-3). Le futur choix de première ronde des Browns de Cleveland courait toutefois pour 108,5 verges (1410) et 1,6 touché (21) à chaque rencontre, contre 24,4 (171) et 0,9 (6) pour le meneur de jeu du Rouge et Or.

«Johnny Football» était en fait une recrue de deuxième année ou redshirt freshman, c'est-à-dire qu'il faisait partie des Aggies l'année précédente, mais n'avait pas joué. Une pratique courante dans la NCAA. L'an dernier, le quart de Florida State, Jameis Winston, est devenu le deuxième redshirt freshman à gagner le Heisman.

***

Main pleine de receveurs

Justin Ethier se réjouit de «l'excellente chimie qui s'est installée entre Félix et Hugo». Même s'il joue centre-arrière, Félix Faubert-Lussier a tenu vendredi ses huitième et neuvième passes de Hugo Richard dans la zone des buts cette année, égalant un record d'équipe datant de 2007. L'entraîneur responsable de l'offensive souligne la contribution à McGill des receveurs recrues Anthony Dufour (deux attrapés pour 27 verges et son premier touché en carrière universitaire), Benoît Gagnon-Brousseau (5/70 verges) et Tyrone Pierre (2/59 verges), ainsi que du demi inséré de deuxième année Anthony Auclair (4/57 verges). Ethier se sait nanti en receveurs, alors que le finissant Matthew Norzil, le joueur de troisième année Dominic Labbé et la recrue Marco Dubois n'étaient pas en uniforme.

***

Demi-finale contre Concordia

Tout indique que les Stingers de Concordia (4-3) seront les visiteurs à l'Université Laval pour la demi-finale québécoise, le 8 novembre. Le Vert & Or (4-3) les ont neutralisés 29-0, samedi, à Sherbrooke. Le receveur Sébastien Blanchard a enregistré un quatrième match de plus de 100 verges cette saison (119). Le Vert & Or devait triompher par au moins huit points pour détenir le bris d'égalité et doit gagner chez ses voisins de Bishop's, la semaine prochaine. Ces mêmes Gaiters (1-6) que les Carabins de Montréal (6-1) ont écrasés 56-8, samedi. Le pivot Gabriel Cousineau a réussi 21 de ses 27 passes pour 372 verges et deux touchés. Cousineau domine au Canada avec 72,7 % de passes complétées. Le Rouge et Or (7-0) visite les Carabins, samedi prochain.

***

Pas inquiet pour Bourassa

Après deux matchs ratés pour blessure, Guillaume Bourassa (photo) a été le porteur de ballon le plus utilisé vendredi avec 10 courses pour 58 verges de gains nets et un touché. Le demi-offensif de cinquième et dernière saison a toutefois laissé tomber quatre ballons en quatre parties cette saison, un par match.

«Guillaume en est un autre qui est super exigeant avec lui-même, et je comprends qu'il soit frustré. Mais c'est un vétéran et j'ai super confiance en lui», assure le coordonnateur à l'attaque, Justin Ethier. Au quatrième quart, à 42-0, la recrue Christopher Amoah a pris la relève. Il a couru neuf fois, dont une chevauchée de 70 verges, pour 161 verges au total et un majeur.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer