Rouge et Or: un mur encore plus solide?

Jean-Alexandre Bernier (à gauche) que l'on voit ci-dessus... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Jean-Alexandre Bernier (à gauche) que l'on voit ci-dessus en compagnie d'Alexander Hovington fait partie d'un front défensif plus impitoyable que jamais, alors que l'équipe n'a accordé en moyenne que 42,2 verges par la course par rencontre, cette saison.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le front défensif actuel du Rouge et Or est-il le plus solide que le club chouchou de l'Université Laval ait jamais aligné? Certaines statistiques montrent que oui, d'autres que non. Et les chiffres ne disent pas tout.

Avec 253 verges accordées par la course au cours de ses six premiers matchs, soit 42,2 verges en moyenne par rencontre, le Rouge et Or se dirige vers un record d'équipe en frais d'imperméabilité terrestre.

Une simple projection permet de croire que les 374 verges (46,8/match) allouées en 2005 seront bientôt de l'histoire ancienne. Même chose pour les 411 verges (45,7/match) de 2010, la véritable marque à battre puisque le calendrier régulier comptait alors neuf affrontements au lieu de huit, comme en 2005 et en 2014.

«On a un mélange de plein de sortes de joueurs et on est plus expérimentés. C'est sûr qu'on a un groupe vraiment spécial», atteste le vétéran plaqueur Jean-Alexandre Bernier, qui en est à sa sixième année à bord. De par son efficacité défensive, Laval est l'équipe affichant le plus faible nombre de plaqués (39,7/match) sur les 27 formations canadiennes. Pareil comme en 2010 (42,0/match).

«Mais c'est très difficile de comparer», prévient du même souffle le numéro 89. «En 2010, on avait d'excellents joueurs. On n'a qu'à penser à Frédo [Plesius] et à Arnaud [Gascon-Nadon].» Deux étoiles universitaires évoluant maintenant chez les pros.

Record difficile à battre

Le Rouge et Or avait donné un infinitésimal total de 58 points en neuf sorties, en 2010, record qu'il serait très surprenant de battre avec déjà 51 au compteur. Sa défensive contre le jeu aérien s'avérait encore plus impénétrable que cette année, avec 175,7 verges allouées par la passe en moyenne contre 193,8 en ce moment.

«La ligue a changé! Ça court moins, ça passe plus le ballon», tente d'expliquer Bernier. Mais c'est faux. Jusqu'ici cette saison, au total des six équipes du Québec, il se court 137 verges, se passe 98 verges et se marque 15 points de plus chaque semaine. Vrai qu'une équipe comme Montréal a davantage tendance à lancer le ballon qu'il y a quatre ans, mais Sherbrooke a parcouru le chemin inverse.

Sûr que demain soir, à l'Université McGill, le front défensif de l'UL risque d'être plus impitoyable que jamais. Lors du dernier duel face aux Redmen, il y a un mois, le Rouge et Or avait cédé 28 petites verges au sol. McGill est avant-dernier au Canada avec une moyenne de 74,7 verges de gains par la course par match.

Tout indique de plus que les Redmen remettront à nouveau leur attaque entre les mains du quart-arrière recrue Joël Houle. Celui-ci avait perdu son poste au profit de Pierre-Luc Moquin pour le dernier départ, une raclée de 45-0 contre Sherbrooke. Mais Moquin s'y est blessé et voilà Houle de retour en selle.

Le Rouge et Or (6-0) s'en prend à des Redmen (0-6) inoffensifs, privés de leur quart-arrière numéro un (Dallon Kuprowski), de leur meilleur porteur de ballon (Luis Guimont-Mota) et leur as receveur de passes (Jean-Philippe Paquette).

----

Bourassa est prêt

Son claquage à la cuisse lui aura fait louper deux matchs. Mais Guillaume Bourassa est fin prêt à entreprendre la dernière ligne droite de sa dernière campagne universitaire. «Je connais cette blessure et je sais si je peux jouer ou pas. Là, je peux», assure le seul porteur de ballon au Québec à afficher une moyenne de plus de 100 verges par match cette saison (100,7), ce qui le place au cinquième rang canadien. Faut dire que le demi offensif n'a disputé que trois des six affrontements jusqu'ici, étant suspendu pour la rencontre d'ouverture.

Bourassa a offert sa meilleure prestation contre McGill (13 courses pour 173 verges et un touché), mais a aussi subi une blessure fâcheuse en fin de rencontre alors qu'il venait de passer de longues minutes au banc. Le Rouge et Or retrouve justement les Redmen, demain. «Je dois y aller de façon plus intelligente», grimace-t-il, ne sachant pas encore s'il retrouvera ses postes de porteur partant et de membre des unités spéciales.

Samuel Fournier... (Photothèque Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Samuel Fournier

Photothèque Le Soleil

Les Alouettes embauchent Samuel Fournier

Samuel Fournier effectue un retour au football actif. Centre-arrière chez le Rouge et Or de 2006 à 2009, il a été embauché au sein de l'équipe de réserve des Alouettes de Montréal. Le natif de Lacolle, 28 ans, avait joué chez les pros en 2010 et en 2012, avec Edmonton et Hamilton. Les Tiger-Cats l'avaient sélectionné en troisième ronde (19e au total) en 2010. En juillet dernier, il avait obtenu un essai avec les Alouettes, qui avaient plutôt retenu le vétéran Dahrran Diedrick. Celui-ci s'est blessé en septembre, tout comme un autre centre-arrière canadien, Steven Lumbala. En ce moment, Jerod Zaleski est le centre-arrière partant, devant Jean-Christophe Beaulieu et Bryn Roy. Les Alouettes ont aussi intégré à leur brigade d'entraînement Ismaël Bamba, ex-receveur de passes du Vert & Or de Sherbrooke.

Un entraînement épié par les Blue Bombers

Les soirs froids de la fin octobre amènent les recruteurs de la LCF au PEPS. Mercredi, le directeur général adjoint des Blue Bombers de Winnipeg, Ted Goveia, avait le capuchon serré et les yeux ouverts. Il s'intéresse à trois membres de la ligne offensive du R et O, au premier chef le bloqueur Danny Groulx, classé quatrième espoir en vue du prochain repêchage. Le bloqueur Karl Lavoie (16e) et le garde Charles Vaillancourt, admissible en 2016, sont sans doute ses autres cibles. Mais Goveia n'aime pas que les gros garçons. Le botteur français Boris Bede «pourrait bien être aussi bon qu'un Américain», croit-il. Deux grands receveurs recrues ont capté son attention pour le futur, Marco Dubois et Tyrone Pierre. Goveia sera aux entraînements de Montréal et de Concordia, mercredi, puis assistera aux trois matchs québécois, demain et samedi.

Lindsey surpasse Richard

Sept passes de touché et 506 verges de gains aériens n'ont pas suffi à Hugo Richard pour être nommé joueur offensif par excellence de la dernière semaine au Canada. C'est un autre quart-arrière, Jazz Lindsey (Guelph, 6-1), qui a le plus impressionné avec 34 passes réussies en 53 pour 513 verges de gains, quatre touchés et une interception. Sa performance est surtout survenue dans un chaud duel contre les Mustangs de Western (5-2), que les Gryphons ont vaincus 49-46 grâce à 11 points dans les deux dernières minutes.

Partager

À lire aussi

  • Rouge et Or: garder le cap sur la coupe

    Football

    Rouge et Or: garder le cap sur la coupe

    Dernier match avant le sprint final de novembre. Le Rouge et Or football livre un rare match du vendredi, ce soir, à l'Université McGill. Contre des... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer