Les hauts et les bas de Tony Romo

Alors que l'indiscipline mine les efforts des Cowboys... (Le Soleil)

Agrandir

Alors que l'indiscipline mine les efforts des Cowboys sur le terrain, le quart-arrière Tony Romo se retrouve souvent pressé de lancer le ballon, ce qui ne facilite aucunement sa tâche aux commandes de l'attaque de Dallas.

Le Soleil

Partager

François Ratté

(Québec) On a l'impression depuis quelques années que l'issue de chaque match des Cowboys de Dallas (5-6) repose sur les frêles épaules de Tony Romo. Et comme le quart-arrière des Cowboys a été victime de 15 interceptions en 11 matchs jusqu'à maintenant cette saison - un sommet dans la NFL -, les amateurs et les médias ont de nouveau placé le no 9 au banc des accusés en raison de cette autre saison en dents de scie de «l'Équipe de l'Amérique».

Mais Romo est-il le seul coupable ou tout simplement victime des circonstances? On ne peut nier le fait qu'il a souvent gaffé aux mauvais moments dans le passé. Mais il commet plus de revirements que la moyenne des quarts de la NFL tout simplement parce qu'il n'est pas assez bien entouré et que certains de ses coéquipiers sont parfois dérangés - le temps de quelques jeux - par des crampes aux cerveaux. Les Cowboys se retrouvent alors trop souvent dans des positions désavantageuses, dont ils ont toutes les misères du monde à s'extirper, malgré le bon vouloir du quart de 32 ans.

Les protégés de Jason Garrett ont creusé leur propre tombe lors de leurs quatre derniers matchs à domicile - ce qui est tout-à-fait inaceptable - en tirant de l'arrière 10-0 contre Chicago, 23-0 contre New York (Giants), 13-0 contre Cleveland et 28-3 contre Washington. Ils sont parvenus à remporter une seule de ces rencontres, 23-20 en prolongation contre les Browns.

Comme l'attaque au sol de Dallas est inexistante depuis que DeMarco Murray est tombé au combat à la mi-octobre contre Baltimore, Romo a été contraint de lancer le ballon 50 fois et plus à trois reprises dans les cinq derniers matchs, la meilleure recette pour faire grimper les revirements de façon vertigineuse, peu importe que l'on se nomme Marino, Montana ou Manning.

Seul Matthew Stafford (Detroit) a tenté plus de passes que Romo cette saison (488 contre 456). Même s'il s'en tire un peu mieux que son homologue de Dallas avec 14 passes de touché contre 10interceptions, Stafford et les Lions déçoivent avec un dossier de 4-7.

Les Cowboys amorcent les matchs sur le mauvais pied pour différentes raisons que Garrett est parvenu à identifier, mais pas à corriger. Les joueurs de ligne offensive et défensive ont multiplié les pénalités pour hors-jeu, une belle preuve d'indiscipline, ce qui permet à leurs adversaires de gagner quelques premiers jeux supplémentaires pendant que l'offensive des Cowboys éprouve toutes sortes d'ennuis à convertir de longs troisièmes jeux en premiers essais en début de match.

Des ratés

Comme les blessures n'ont pas épargné la ligne à l'attaque de Dallas, Romo est souvent pressé de lancer le ballon, faisant en sorte que l'ailier rapproché Jason Witten est encore une fois sa cible de prédilection. Le vétéran de 30 ans a le mérite de courir ses tracés à la perfection, ce qui n'est pas nécessairement le cas des ailiers espacés Miles Austin, souvent blessé, et Dez Bryant. Ce dernier aurait pu transformer deux défaites crève-coeurs en importantes victoires contre Baltimore et New York s'il était parvenu à capter la passe précise de Romo pour un converti de deux points contre les Ravens et à demeurer dans la zone des buts après un attrapé spectaculaire contre les Giants.

Même s'il connaît la meilleure saison de sa carrière, le controversé 88 a tendance à confondre le parcours de certains tracés et à faire mal paraître celui qui n'a que quelques secondes pour lancer le ballon en sa direction. Idem pour Kevin Ogletree, porté disparu après avoir entrepris la saison en captant huit passes dans un gain de 24-17 sur les champions en titre du Super Bowl.

Une victoire inatendue qui a fait rêver les amateurs des Cowboys, qui n'ont pas eu grand-chose à se mettre sous la dent au cours des 15 dernières années. Dallas présente une fiche de 125-126 depuis 1997 combinée à un seul gain dans les séries. Et ce n'est pas seulement la faute à Tony Romo!

Manque d'appétit des Cowboys?

Le réseau Fox a consacré un reportage aux trois vétérans des Cowboys, Tony Romo, Jason Witten et DeMarcus Ware, la semaine dernière. Ces trois athlètes termineront leur carrière avec des statistiques intéressantes, mais ils risquent fort de ne pas avoir remporté les grands honneurs comparativement à leurs prédécesseurs Aikman, Smith et Irvin quand viendra le temps d'accrocher leurs crampons. L'ex-porte-couleurs des Giants de New York, Michael Strahan, a soulevé un point intéressant quand il a déclaré qu'il n'avait jamais eu peur de se mesurer à Romo et ses coéquipiers. Selon lui, les leaders actuels des Cowboys ne sont pas suffisamment affamés et manquent de détermination et d'agressivité. Contrairement à Terry Bradshaw qui ne partageait pas ce point de vue, je vois les choses du même oeil que Strahan.

Garrett ne fait pas l'unanimité

Les Cowboys de Dallas présentent une fiche de 13 victoires contre 14 défaites sous la direction de Jason Garrett (photo), qui a succédé à Wade Phillips quand ce dernier a été congédié pendant la saison 2010. Garrett ne fait pas l'unanimité à Dallas, où on lui reproche, avec raison, d'avoir très mal géré l'horloge dans la défaite de 31-29 contre Baltimore, le 14 octobre. Un match dont l'issue a rappelé de mauvais souvenirs aux fans des Cowboys, qui n'ont pas encore digéré la défaite de 19-13 en prolongation face aux Cards de l'Arizona, l'an dernier, alors que Garrett avait trouvé le moyen de «geler» son propre botteur, Dan Bailey, dans les derniers instants du quatrième quart. Au Texas, les noms de Sean Payton et de Mike Holmgren ont circulé abondamment au cours des dernières semaines comme éventuels successeurs de Garrett en 2013.

MES CHOIX

SEMAINE 13

Dimanche: Arizona à NY JETS, CAROLINE à Kansas City, Indianapolis à DETROIT, Jacksonville à BUFFALO, Seattle à CHICAGO, NOUVELLE-ANGLETERRE à Miami, HOUSTON au Tennessee, Minnesota à GREEN BAY, SAN FRANCISCO à St. Louis, Tampa Bay à DENVER, Cleveland à OAKLAND, CINCINNATI à San Diego, Pittsburgh à BALTIMORE et Philadelphie à DALLAS

Lundi: NY Giants à WASHINGTON

SEMAINE 14

Jeudi: DENVER à Oakland

Semaine 12: 10/16 (62,5%)

Semaine 13: 1/1 (100%)

Total: 114/177 (64,4%)

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer