Rouge et Or: bilan émotif pour Gascon-Nadon

Arnaud Gascon-Nadon lors de son dernier match au... (Photo Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Arnaud Gascon-Nadon lors de son dernier match au PEPS samedi

Photo Le Soleil, Pascal Ratthé

Partager

Sur le même thème

Jean François Tardif
Le Soleil

(Québec) «C'était mon dernier match au Stade TELUS-Université Laval. C'est gros... L'année dernière, je n'avais pas réellement pensé à ça parce que j'avais toujours derrière la tête que j'allais revenir. Là, je sais que c'est terminé. Je passe à autre chose, je tourne la page et je continue. C'est une nouvelle étape qui commence. Mais en même temps, je sais que j'ai eu ici les plus belles années de ma vie.»

Inébranlable lorsqu'il se retrouve sur la ligne défensive du Rouge et Or, Arnaud Gascon-Nadon était très émotif au moment de parler de son dernier match en carrière devant ses partisans. Et c'est sans aucune gêne, avec parfois des trémolos dans la voix, qu'il a laissé parler son coeur afin de dévoiler la couleur de ses sentiments pour le Rouge et Or qu'il a joint pour le début de la saison 2010.

«Quitter les États-Unis [Rice University] pour venir ici a vraiment été la meilleure décision de ma vie. Toutes les personnes que j'ai croisées avec l'équipe et les gars avec qui j'ai évolué vont demeurer des membres de ma famille pour le reste de ma vie. C'est cliché de le dire, mais ce que l'on vit à Laval est pas mal différent d'ailleurs. Nous sommes des athlètes qui viennent d'un peu partout au Québec et on arrive à jouer ensemble et à s'entendre. Ce que je vais retenir le plus de mon passage avec l'équipe, ce sont les relations que j'ai bâties.»

Gascon-Nadon a ajouté qu'il n'oublierait également pas les partisans de la formation lavalloise qui l'ont toujours encouragé et appuyé tout au long de sa carrière de trois saisons avec le Rouge et Or. Des partisans qu'il a tenu à remercier. «Je suis vraiment reconnaissant pour toute leur appréciation. Tout ce que j'ai vécu à Laval va demeurer gravé pour toujours dans ma mémoire. C'est incroyable combien j'ai ressenti d'amour de leur part après la rencontre contre Acadia. Je suis demeuré longtemps sur le terrain et les fans ne voulaient pas me laisser aller. Et moi non plus je ne voulais pas partir.»

LE PEPS, un sanctuaire

La dernière semaine a été fertile en émotions pour Gascon-Nadon. Non seulement a-t-elle été très émotive, mais elle a aussi été frustrante par moment. Blessé lors du match de la Coupe Dunsmore contre le Vert & Or, le no 45 a sérieusement douté qu'il pourrait évoluer une dernière fois sur son terrain.

«Et j'ai trouvé ça vraiment dur. Finalement, la chance a fait que j'ai réussi à revenir assez rapidement d'une blessure qui aurait pu être sérieuse. J'ai pu jouer et aider mes coéquipiers à gagner notre match face aux Axemen.»

Gascon-Nadon a indiqué que la rencontre de samedi avait été très émotive. En se préparant, il avait réalisé que c'était non seulement son dernier match local, mais que c'était aussi le dernier de Frédéric Plesius, Dominique Noël, Jonathan Drolet, Mathieu Bouvette et Félix Bisson-Audet. «C'était vraiment gros. On savait tous que l'on passait à autre chose, mais que le PEPS allait rester pour nous un sanctuaire. On n'y passe tellement de temps. Je suis certain qu'il n'y a personne au pays qui a la même relation que nous avec son stade, sa foule et sa ville.

«C'est très triste, mais en même temps, c'est la vie. Il faut passer à autre chose.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer